Reference : Contribution à l'enseignement de la traduction au Niger : le renforcement du français...
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Arts & humanities : Languages & linguistics
http://hdl.handle.net/2268/215580
Contribution à l'enseignement de la traduction au Niger : le renforcement du français langue cible dans la formation des futurs traducteurs.
French
[en] Contribution to translation teaching in Niger : improving translators' knowledge of French as a target language in translator training.
Amadou Gazali, Alkassoum mailto [Université de Liège - ULiège > > > Doct. lang., lettres & trad. (paysage)]
26-Jun-2018
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
Doctorat en langues, lettres et traductologie
xx, 354 + 88
Defays, Jean-Marc mailto
Monseur, Christian mailto
Pagnoulle, Christine mailto
Delabastita, Dirk mailto
Issa Daouda, Abdoul Aziz mailto
[en] Translation teaching ; Translation Studies ; French As a Foreign / Second Language
[fr] Enseignement de la traduction ; Traductologie ; Français Langue Étrangère / Seconde
[en] Teaching translation is a very old activity. While it often used to be performed in the context of language learning, it has changed fundamentally over the past few decades, i.e. since the institutionalization of translation as an autonomous scientific discipline with specific objects and methods. Now, it covers not only linguistics but also other fields including the operating aspect of knowledge and has undergone more methodological transformations over half a century than it did since the Middle-Age, or even since Cicero.

In Niger, however, the situation has not yet changed. Teaching translation has remained part of language learning. In this context, the learners’ translation competence is directly associated to linguistic competence. But the latter is far from satisfactory for quite a lot of Niger students, whatever their field of study. In fact, several studies confirmed the poor performance of Niger students in relation to mastery of their working language, French. Indeed, despite its exclusive status as the language of administration and education, French is not mastered enough to be used as a basis for the learning of another language and even less for translation purposes.

This is why this study is based on the hypothesis according to which improving the target language in translator training would largely contribute to upgrade their translation competence. It therefore aims to enhance Niger prospective translators’ translation competence by improving their knowledge of the working language. To this end, an experimental research method is used that relies on a classical type scheme involving pre- and post-experimentation observations. An experimental treatment is applied between the two observation stages, which consists of language remedial courses. The verification of the hypothesis depends on operational aspects of the study as well as on the results yielded by the interpreting of collected data.
[fr] L’enseignement de la traduction est une activité très ancienne. Jadis souvent confiné au domaine de l’apprentissage des langues, il a, dans les dernières décennies, changé fondamentalement suite à l’institutionnalisation de la traduction comme discipline scientifique à part entière, dotée d’objets et de méthodes d’étude propres. Il recouvre à présent des domaines non exclusivement linguistiques, dont le volet opératoire de la connaissance. Dans ce cadre, il a connu plus de mutations méthodologiques en un demi-siècle que depuis le Moyen-âge, voire depuis Cicéron.

Mais, au Niger, l’enseignement de la traduction est resté enfermé dans son cadre originel, c’est-à-dire dans une perspective purement linguistique où les méthodes sont directement alignées sur les méthodes d’apprentissage des langues étrangères. Dans ce cadre, la compétence traductionnelle est directement associée à la compétence linguistique des apprenants. Or, cette dernière reste encore à atteindre dans le chef de la plupart des étudiants nigériens, toutes disciplines confondues. En effet, un nombre important d’études soulignent le piètre niveau de performance de l’élève nigérien en lien direct avec le contrôle de sa langue de travail, le français. Il faut remarquer que malgré son statut exclusif de langue de l’administration et de l’enseignement, la langue française n’est pas suffisamment maîtrisée, à plus forte raison, capable de servir de tremplin pour l’apprentissage d’une autre langue, moins encore de la traduction.

C’est pourquoi, dans le cadre de la présente étude, il est posé au départ l’hypothèse selon laquelle le renforcement de la langue cible dans la formation des traducteurs contribuerait largement au renforcement de leur compétence traductionnelle. L’objectif poursuivi à travers cette recherche est donc d’amener les apprentis traducteurs nigériens à renforcer leur compétence traductionnelle au départ du renforcement de leur langue de travail, le français dans le cadre de leur formation traductologique. Pour ce faire, la démarche employée s’inscrit dans un cadre expérimental utilisant un dispositif de type classique à observations pré- et post-expérimentales séparées par une phase dite de traitement expérimental caractérisé par une remédiation linguistique. La vérification de l’hypothèse de départ dépend, assurément, non seulement de l’opérationnalité de cette expérimentation, mais aussi des résultats de l’interprétation des données issues de cette dernière.
General public
http://hdl.handle.net/2268/215580

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Table des matières.docxPublisher postprint23.03 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.