Reference : Analyse des risques environnementaux liés aux pratiques phytosanitaires dans les écos...
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Life sciences : Aquatic sciences & oceanology
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Life sciences : Entomology & pest control
Life sciences : Agriculture & agronomy
http://hdl.handle.net/2268/229146
Analyse des risques environnementaux liés aux pratiques phytosanitaires dans les écosystèmes aquatiques du bassin cotonnier (Nord Bénin)
French
[en] Analysis of environmental risks related to phytosanitary practices in cotton production in the aquatic ecosystems of the cotton basin (North Benin)
Gouda, Abdoul-Ibrachi mailto [Université de Liège - ULiège > > > Doct. sc. agro. & ingé. biol. (Paysage)]
15-Nov-2018
Université de Liège, ​Gembloux, ​​Belgique
Doctorat en sciences agronomiques et ingénierie biologique
xvi, 187 + 13
Schiffers, Bruno mailto
Toko Imorou, Ibrahim mailto
Francis, Frédéric mailto
Scippo, Marie-Louise mailto
Mergeai, Guy mailto
Kestemont, Patrick mailto
[fr] Coton ; pesticides ; Evaluation de risque ; écosystème aquatique ; Bénin
[en] Cotton ; pesticides ; risk assessment ; aquatic ecosystem ; Benin
[fr] Au Bénin, la filière coton occupe une place prépondérante dans l’économie nationale. Sa production est confrontée aux attaques des bioagresseurs induisant des pertes de 50 à 70%. Faute d’alternatives durables, le recours aux produits phytopharmaceutiques (PPP) est généralisé et mal encadré. Une enquête sur les pratiques phytosanitaires auprès de 150 producteurs de coton indique que seulement 19% des PPP sont homologués au Bénin pour le coton. 75% des producteurs n’ont reçu aucune instruction et 5% une formation sur les traitements. Par conséquent, 75% des opérateurs sur-dosent les insecticides, 80% ne se protègent pas et les emballages vides sont abandonnés ou parfois employés à des fins domestiques. Des scénarios établis sur base des observations ont permis d’estimer que l’exposition potentielle des producteurs dépasse significativement, pour toutes les substances actives identifiées, les valeurs d’AOEL, parfois de plus de 50 fois.
Au moyen d’un traceur (tartrazine), la dérive générée par un appareil à dos et une canne centrifuge a été quantifiée dans des conditions météorologiques identiques. Les résultats démontrent qu’une hauteur de pulvérisation plus élevée et l’emploi d’une canne de pulvérisation centrifuge engendrent des pourcentages de dérive significativement plus élevés. Les quantités transférées par voie aérienne vers les retenues d’eau sont faibles et les gouttelettes se dispersent jusqu’à une distance de 16 m quel que soit l’appareil utilisé. Au moyen de collecteurs installés sur les parcelles de coton et de prélèvements dans la retenue d’eau, le transfert des pesticides par ruissellement a été quantifié après plusieurs épisodes pluvieux au cours de la campagne 2016 - 2017. Les résultats indiquent la présence systématique de l’acétamipride (surtout dans la phase aqueuse) et du chlorpyrifos (surtout sur les sédiments), ce qui s’explique par leurs propriétés de solubilité et d’adsorption aux particules de sol. Toutefois les résultats indiquent aussi que les quantités transférées par ruissellement sont faibles et dépendent de la pluviométrie, des caractéristiques du milieu (pente, couvert et structure du sol), de certaines pratiques phytosanitaires ou culturales. Aux concentrations observées dans le milieu récepteur, le risque écotoxicologique de l’acétamipride serait négligeable (IRE = 4) pour les organismes aquatiques, les vers de terre et les oiseaux. Par contre, les concentrations en chlorpyrifos dans le milieu pourraient être dommageables à ces organismes (IRE = 272). Pour remédier à cette situation, des actions d’aménagement des abords des retenues d’eau et de sensibilisation des producteurs aux bonnes pratiques phytosanitaires sont nécessaires.
[en] In Benin, the cotton sector occupies a preponderant place in the national economy. Its production is confronted with attacks from pests and diseases causing losses of 50 to 70%. In the absence of sustainable alternatives, the use of plant protection products (PPPs) is widespread and poorly regulated. A survey of 150 cotton farmers on phytosanitary practices shows that only 19% of PPPs are registered in Benin for cotton. 75% of producers have not received any instruction and 5% have received training on treatments. As a result, 75% of operators overdose insecticides, 80% do not protect themselves and empty packaging is abandoned or sometimes used for domestic purposes. Scenarios based on the observations have made it possible to estimate that the potential exposure of producers significantly exceeds the AOEL values for all the active substances identified, sometimes by more than 50 times.
Using a tracer (tartrazine), the drift generated by a backpack device and a centrifugal rod was quantified under identical weather conditions. The results show that a higher spraying height and the use of a centrifugal spray can generate significantly higher drift percentages. The quantities transferred by air to the water reservoirs are small and the droplets disperse up to a distance of 16 m regardless of the device used. Using cotton plot collectors and water retention sampling, the transfer of pesticides by runoff was quantified after several rainfall events during the 2016-2017 season. The results indicate the systematic presence of acetamiprid (mainly in the aqueous phase) and chlorpyrifos (mainly on sediments), which is explained by their solubility and adsorption to soil particles. However, the results also indicate that the quantities transferred by runoff are low and depend on rainfall, environmental characteristics (slope, soil cover and structure) and certain phytosanitary or cultural practices. At concentrations observed in the receiving environment, the ecotoxicological risk of acetamiprid would be negligible (IRE = 4) to aquatic organisms, earthworms and birds. However, chlorpyrifos concentrations in the environment could be harmful to these organisms (IRE = 272). To remedy this situation, actions to develop the surroundings of water reservoirs and to raise producers' awareness of good phytosanitary practices are necessary.
Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (Belgique) - ARES
PRD Aquatox Bénin : Influence des pratiques phytosanitaires en milieu cotonnier sur l’agrosystème aquatique et la qualité sanitaire des poissons produits dans les retenues d’eau au nord Bénin (AquaTox-Benin)
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/229146

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Thèse GOUDA Abdoul-Ibrachi Version Finale.pdfPublisher postprint6.43 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.