Doctoral thesis (Dissertations and theses)
The challenging coexistence of forest elephants and selective logging in central Africa
Scalbert, Morgane
2024
 

Files


Full Text
2024_Scalbert_Thesis.pdf
Author postprint (8.12 MB)
Request a copy

All documents in ORBi are protected by a user license.

Send to



Details



Abstract :
[en] The ongoing sixth extinction crisis, marked by an alarming acceleration in defaunation rates amidst escalating human pressure, highlights the need for innovative approaches to establish a balance between human activities and nature conservation, especially as the expanse of exclusive protected areas is limited. This thesis explores the potential of sustainably managed timber concessions to address this challenge, focusing on the understudied interactions between logging and the forest elephant (Loxodonta cyclotis), an emblematic species of African tropical forests facing tremendous population decline. To unravel the intricate relationships between logging, forest elephants, and commercial timber species, three key research questions are addressed through an original approach that combines literature reviews (Chapter 2) and on-the-ground data collection in two logging concessions and a national park. Logging concessions were certified either for legality (SEFAC concession in Cameroon) or sustainability (Precious Woods concession in Gabon). The national park is Lopé, located in central Gabon, and home to the largest known concentration of forest elephants in Africa. First, we assessed the impact of logging on the presence, abundance, and activity patterns of forest elephants (Chapter 3). Camera trap surveys and dung counts on line transects, conducted in a 3900-hectare area in the Gabon concession, before and after logging, revealed that logging did not induce elephants to flee. Contrarily, their abundance increased in certain areas nine months after logging. Logging intensity, measured by the number of trees harvested per hectare, and logging road density were identified as factors positively influencing forest elephant abundance. Second, we examined how logging tracks and roads influenced the movements of forest elephants (Chapter 4). Despite the conventional perception of roads having negative impacts on wildlife, camera traps in the Cameroon concession detected elephants more frequently on logging roads than on skid trails and elephant tracks, particularly at night and in recently logged areas. This shift in movement patterns could have long-term consequences on the distribution of species dispersed by forest elephants. Third, we determined what role forest elephants play in the regeneration of timber species (Chapter 5). Camera traps placed at the base of fruiting trees have identified forest elephants as primary seed dispersers for four high-value timber species: Tieghemella africana, Detarium macrocarpum, Baillonella toxisperma, and Bobgunnia fistuloides. While other mammals may consume or transport their seeds on short distances, only elephants can disperse them over considerable distances (except for humans who were also identified as seed dispersers of Baillonella toxisperma). Hence, forest elephants play a pivotal role in facilitating the regeneration of valuable timber resources. In conclusion, this thesis challenges preconceptions regarding the impact of logging on emblematic species like the forest elephant. The results demonstrate that responsible logging, within a sustainable management framework that incorporates rigorous law enforcement, road access control, and low-impact logging practices, can contribute to preserving the populations of this iconic species. Sustainable management certifications such as FSC or PEFC should be promoted. However, the responsibility of preserving forest ecosystems in timber concessions should extend beyond concessionaires. The introduction of both financial and non-financial incentives is crucial for the widespread adoption of sustainable management practices in the forestry sector, fostering a more harmonious coexistence between human activities and nature.
[fr] La sixième crise d'extinction en cours, marquée par une accélération alarmante des taux de défaunation dans un contexte de pression humaine croissante, met en évidence la nécessité d'approches innovantes pour établir un équilibre entre les activités humaines et la conservation de la nature, d'autant plus que l’expansion des aires protégées est limitée. Cette thèse explore le potentiel des concessions forestières gérées durablement pour relever ce défi, en se concentrant sur les interactions peu étudiées entre l'exploitation forestière et l'éléphant de forêt (Loxodonta cyclotis), une espèce emblématique des forêts tropicales africaines dont les populations sont en considérable déclin. Pour élucider les relations complexes entre l'exploitation forestière, les éléphants de forêt et les essences de bois d’oeuvre, trois questions de recherche sont abordées à travers une approche originale qui combine synthèse de la littérature (Chapitre 2) et collecte de données sur le terrain dans deux concessions forestières et un parc national. Les concessions forestières sont certifiées soit pour leur légalité (concession SEFAC au Cameroun), soit pour leur durabilité (concession Precious Woods au Gabon). Le parc national de la Lopé, situé au centre du Gabon, abrite la plus grande concentration connue d'éléphants de forêt d’Afrique. Premièrement, nous avons évalué l'impact de l'exploitation forestière sur la présence, l'abondance et le rythme d'activité des éléphants de forêt (Chapitre 3). Des inventaires par pièges photographiques et comptage de fèces sur des transects linéaires, menés dans une zone de 3900 hectares dans la concession du Gabon, avant et après son exploitation, ont révélé que l'exploitation forestière n'a pas incité les éléphants à fuir. Au contraire, leur abondance a augmenté dans certaines zones, neuf mois après l’exploitation. L'intensité de l'exploitation, mesurée par le nombre d'arbres abattus par hectare, et la densité de routes d’exploitation ont été identifiées comme des facteurs influençant positivement l'abondance des éléphants de forêt. Deuxièmement, nous avons examiné comment les pistes et routes d'exploitation influencaient les mouvements des éléphants de forêt (Chapitre 4). Bien que dans la littérature, les routes soient souvent considérées comme ayant un impact négatif sur la faune, les pièges photographiques dans la concession du Cameroun ont détecté des éléphants plus fréquemment sur les routes d’exploitation que sur les pistes de débardage et les pistes d'éléphants, en particulier la nuit et dans les zones récemment exploitées. Ce changement dans les patrons de déplacement pourrait entraîner des conséquences à long terme sur la distribution des espèces dispersées par les éléphants de forêt. Troisièmement, nous avons déterminé le rôle des éléphants de forêt dans la régénération des espèces de bois d’oeuvre (Chapitre 5). Des pièges photographiques placés à la base d’arbres en fruit ont permis d'identifier les éléphants de forêt comme principaux disperseurs de graines pour quatre espèces de bois de grande valeur : Tieghemella africana, Detarium macrocarpum, Baillonella toxisperma et Bobgunnia fistuloides. Alors que d'autres mammifères peuvent consommer ou transporter leurs graines sur de courtes distances, seuls les éléphants peuvent les disperser sur des distances considérables (à l'exception des humains qui ont également été identifiés comme disperseurs de graines de Baillonella toxisperma). Les éléphants de forêt jouent donc un rôle essentiel en facilitant la régénération de ressources ligneuses précieuses. En conclusion, cette thèse remet en cause les idées reçues sur l'impact de l'exploitation forestière sur des espèces emblématiques comme l'éléphant de forêt. Les résultats démontrent qu'une exploitation forestière responsable, mise en oeuvre dans un cadre de gestion durable qui intègre une application rigoureuse de la loi, un contrôle de l'accès aux routes et des pratiques d'exploitation à faible impact, peut contribuer à préserver les populations de cette espèce iconique. Les certifications de gestion durable telles que FSC ou PEFC devraient être encouragées. Toutefois, la responsabilité de la préservation des écosystèmes forestiers dans les concessions forestières ne devrait pas être confiée aux seuls concessionnaires. L'introduction d'incitations financières et non financières est cruciale pour l'adoption généralisée de pratiques de gestion durable dans le secteur forestier, favorisant une coexistence plus harmonieuse entre les activités humaines et la nature.
Disciplines :
Environmental sciences & ecology
Author, co-author :
Scalbert, Morgane ;  Université de Liège - ULiège > TERRA Research Centre
Language :
English
Title :
The challenging coexistence of forest elephants and selective logging in central Africa
Defense date :
12 April 2024
Institution :
ULiège - Université de Liège [Gembloux Agro-Bio Tech], Gembloux, Belgium
Degree :
docteur en sciences agronomiques et ingénierie biologique
Promotor :
Doucet, Jean-Louis ;  Université de Liège - ULiège > TERRA Research Centre > Gestion des ressources forestières
Vermeulen, Cédric ;  Université de Liège - ULiège > TERRA Research Centre > Gestion des ressources forestières
President :
Lejeune, Philippe ;  Université de Liège - ULiège > TERRA Research Centre > Gestion des ressources forestières
Jury member :
Brostaux, Yves  ;  Université de Liège - ULiège > TERRA Research Centre > Modélisation et développement
Ngama, Steve ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Gestion des ressources forestières
Bretagnolle, François;  UB - Université de Bourgogne [FR] > Biogéosciences
Blake, Stephen;  Saint Louis University [USA] > Biology Department
Available on ORBi :
since 05 April 2024

Statistics


Number of views
268 (39 by ULiège)
Number of downloads
53 (15 by ULiège)

Bibliography


Similar publications



Contact ORBi