Unpublished conference/Abstract (Scientific congresses and symposiums)
Un MOOC au défi de l’apprentissage actif – Étude des activités didactiques déployées entre transmission et construction des savoirs
Fettweis, Véronique; Pirotte, Gautier; Verpoorten, Dominique
2020Colloque Didactifen 2020 - Identifier, modéliser et surmonter les obstacles liés à l'apprentissage
 

Files


Full Text
Didactifen juillet 2020 - Fettweis, Pirotte, Verpoorten .pdf
Publisher postprint (124.21 kB)
Download

All documents in ORBi are protected by a user license.

Send to



Details



Keywords :
MOOC; Hybride; Web 2.0
Abstract :
[fr] La présente communication rend compte de l’effort d’une équipe de développement d’un MOOC pour surmonter un obstacle devenu très courant dans la production de ce type de cours massif et ouvert : le glissement vers une pédagogie de type transmissif ou instructiviste. Les MOOCs (Massive Open Online Courses) ont en effet une « double origine avec en arrière-plan des intentions bien différentes » (Dejean & Mangenot, 2016, p.420). Ce diagnostic renvoie aux options qui se présentent, jusqu’à aujourd’hui aux concepteurs de MOOCs. S’inscriront-ils plutôt dans le sillage du MOOC princeps « Connectivism and Connected Knowledge » (Downes & Siemens, 2008) qui, en cohérence avec son titre, promouvait, comme premier ressort de l’apprentissage, les interactions et collaborations des participants entre eux, au travers d’outils 2.0 (blogs, groupes de discussion, flux RSS, agrégateurs de contenus, environnements distribués, etc.) ? Ou préféreront-ils positionner leur MOOC comme un « xMOOC » (par opposition aux cMOOCs : MOOCs Connectivistes), basé sur une série de vidéoconférences suivies de tests automatisés et embrassant peu ou prou un paradigme d’enseignement traditionnel basé sur les contenus et l’enseignant ? Aujourd’hui, le second courant a nettement pris l’ascendant, entrainé notamment par les plateformes spécialisées et une tendance générale à la standardisation du format. Il n’est donc pas étonnant que ce type de MOOC affiche, dans l’enquête de Margaryan et al. (2015) un score très bas au niveau des principes de qualité pédagogique « collective knowledge », « collaboration » ou « differentiation » ou qu’il suscite des avis réservés quant à sa capacité à contribuer à une transformation fondamentale de l’éducation (Depover, Karsenti, Komis 2017 ; Toven-Lindsey et al., 2015). Dans ce contexte de prévalence incontestable du modèle xMOOC, est-il encore possible de concevoir un MOOC qui, sans avoir la radicalité des cMOOCs, pourrait en réactiver certains traits, y compris dans le cadre de pédagogies hybrides, en plein développement ? C’est à cette question que nous chercherons à répondre, par l’étude de cas du « MOOC - La fabrique de l’aide internationale » (2057 inscrits en 2018 et 1721 inscrits en 2019). Pour ce faire, nous présenterons donc, dans un premier temps, les trois traits par lesquels ce MOOC peut prétendre trancher avec la pratique habituelle dans la majorité des MOOCs d’aujourd’hui, à savoir : (1) un scénario pédagogique de type collaboratif via l’intégration d’une simulation parlementaire en ligne et d’outils 2.0, (2) l’utilisation sur le campus de l’Université de Liège du MOOC associé à une accréditation et (3) l’intégration résolue d’activités réflexives à la scénarisation pédagogique. Dans un deuxième temps, nous évaluerons dans quelle mesure ces trois traits originaux sont perçus et appréciés par les apprenants du MOOC et plus particulièrement par les étudiants de l’Université de Liège. Enfin, nous tenterons de voir, sur cette base, si l’intégration d’outils 2.0 dans les MOOCs couplée à des pratiques pédagogiques connectivistes peuvent répondre aux exigences de qualité en matière d’enseignement universitaire et enrichir les pistes d’action des courants pédagogiques qui insistent sur l’apprentissage inclusif. Par rapport aux thèmes et niveaux d’investigation du colloque Didactifen, la présente communication relate une démarche d’ingénierie didactique visant à surmonter un obstacle connu dans les MOOCs et plus largement dans les cursus : un déséquilibre entre des activités d’apprentissage davantage portées sur la transmission du savoir et des activités d’apprentissage davantage portées sur la construction du savoir. La communication relève dès lors à la fois de l’Axe 2 « Obstacles en contexte de classe. Centration sur les enseignants » (au niveau du design pédagogique du MOOC) et de l’Axe 3 « Obstacles en contexte de classe. Centration sur les savoirs et les compétences » (au niveau de la réception des activités et de l’intention pédagogique générale imprégnant le MOOC).
Disciplines :
Education & instruction
Author, co-author :
Fettweis, Véronique ;  Université de Liège - ULiège > IFRES
Pirotte, Gautier  ;  Université de Liège - ULiège > Département des sciences sociales > Socio-anthropologie du développement
Verpoorten, Dominique  ;  Université de Liège - ULiège > IFRES : Pédagogie de l'Enseignement supérieur
Language :
French
Title :
Un MOOC au défi de l’apprentissage actif – Étude des activités didactiques déployées entre transmission et construction des savoirs
Publication date :
07 July 2020
Event name :
Colloque Didactifen 2020 - Identifier, modéliser et surmonter les obstacles liés à l'apprentissage
Event organizer :
ULiège - Université de Liège
Event place :
Liège, Belgium
Event date :
Du 7 juillet 2020 au 8 juillet 2020
Available on ORBi :
since 09 November 2020

Statistics


Number of views
194 (15 by ULiège)
Number of downloads
88 (5 by ULiège)

Bibliography


Similar publications



Contact ORBi