Reference : Effet du vieillissement sur l’inhibition visuelle : Exploration à travers une tâche d...
Scientific congresses and symposiums : Poster
Social & behavioral sciences, psychology : Theoretical & cognitive psychology
http://hdl.handle.net/2268/247638
Effet du vieillissement sur l’inhibition visuelle : Exploration à travers une tâche de MCT incluant des similitudes visuelles
French
[en] Effect of aging on visual inhibition: Exploration through an WM task including visual similarities
Kerhardy, Nolwenn mailto [Université de Tours > Département de Psychologie > Centre de Recherche sur la Cognition et l'Apprentissage > Master 2 >]
Gregoire, Coline mailto [Université de Liège - ULiège > Département de Psychologie > Département de Psychologie >]
Fay, Séverine mailto []
Majerus, Steve mailto [Université de Liège - ULiège > Département de Psychologie > Département de Psychologie >]
28-May-2020
Virtuel
Yes
No
International
3éme Journée Scientifique des Jeunes Chercheurs en Psychologie
25-28 mai 2020
Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage
Tours
France
[fr] mémoire à court terme visuelle ; inhibition ; vieillissement
[fr] INTRODUCTION. L’évolution de la capacité à maintenir des informations visuelles pendant un court laps de temps (i.e. en mémoire à court terme, MCT) dans le vieillissement reste complexe à étudier. Cette difficulté réside principalement dans ses liens étroits avec l’inhibition requise pour maintenir, stocker et discriminer des informations visuelles. En effet, l’inhibition est un processus essentiel à la régulation et à la suppression des informations visuelles qui ne sont pas utiles pour une action en cours (e.g. la conduite automobile). Cette étude visait donc à mieux comprendre les effets de l’âge sur la capacité à reconnaitre sur une courte période, des informations visuelles comme déjà rencontrées ou non lorsque celles-ci sont visuellement proches. Nous nous attendions à des performances plus faibles lorsque la proximité visuelle entre des éléments était plus élevée, et d’autant plus pour des participants âgés du fait d’un déclin des capacités d’inhibition avec l’âge.
METHODE. 24 adultes jeunes (20-40 ans) et 24 adultes âgés (60-80 ans) ont réalisé une tâche de reconnaissance en MCT visuelle. Les participants ont mémorisé des séries de 4 figures. A la fin de chaque série, une figure-test était présentée et les sujets devaient décider le plus rapidement possible si elle faisait partie des 4 figures mémorisées ou non. 30 essais négatifs étaient présentés où les figures-test négatives étaient très proches de la figure-cible (-) recrutant ainsi des processus d’inhibition pour leur rejet correct. Par ailleurs, 30 essais négatifs neutres (e.g. -) et 30 essais positifs (e.g. ►- ►, items à reconnaître) étaient également présentés. Tous les participants ont aussi réalisé le STROOP afin de mesurer leurs capacités d’inhibition.
RESULTATS. Une première analyse de variance portant sur les essais positifs a montré un effet significatif du groupe d’âge, les adultes âgés ayant plus de difficultés que les jeunes à reconnaître une figure comme identique à une autre. Une seconde analyse de variance portant sur les essais négatifs a montré que les essais neutres étaient mieux réussis que les essais avec inhibition : les participants arrivaient à mieux rejeter la figure-test lorsqu’elle était totalement différente de la cible (i.e. essais neutres) que lorsqu’elle en était proche (i.e. essais avec inhibition), indiquant que les similitudes visuelles ont créé des interférences en mémoire auxquelles les participants sont sensibles. Cependant, les adultes âgés n’étaient globalement pas moins performants et pas plus affectés par ces
interférences que les jeunes, bien que les résultats aient mis en évidence un effet délétère de l’âge sur les capacités d’inhibition au STROOP.
Par ailleurs, les capacités d’inhibition des participants étaient corrélées positivement à leurs performances aux essais positifs et aux essais négatifs avec inhibition mais pas aux essais négatifs neutres.
Ainsi, dans ce protocole, les capacités d’inhibition apparaissent déterminantes pour reconnaitre des figures identiques et pour rejeter des figures proches. Les effets d’âge spécifiques aux essais positifs suggèrent l’utilisation par les participants âgés, d’une stratégie plus conservatrice que les jeunes visant à rejeter la figure lorsqu’ils ne sont pas sûrs de l’avoir rencontré.
Psychologie et Neuroscience Cognitives - PsyNCog ; Centre de Recherche sur la Cognition et l'Apprentissage - CeRCA
Researchers ; Students
http://hdl.handle.net/2268/247638

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
JSJC2020_PosterCommenté_Kerhardy,Grégoire,Fay,Majerus.mp4Poster présenté virtuellement par Nolwenn Kerhardy dû au contexte Covid-19Author postprint196.52 MBView/Open

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
JSJC2020_Poster_Kerhardy,Grégoire,Fay,Majerus.pdfVersion .pdf du poster non commenté912.34 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.