Reference : Initiatives locales: entre territorialisation et administration des enjeux alimentaires
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Life sciences : Environmental sciences & ecology
http://hdl.handle.net/2268/239408
Initiatives locales: entre territorialisation et administration des enjeux alimentaires
French
Feyereisen, Marlène mailto [Université de Liège - ULiège > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > Gouvernance de l'environnement >]
6-Sep-2019
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
docteur en Sciences
389
Stassart, Pierre M
Claire Lamine
Semal, Nathalie mailto
de Sainte Marie, Christine
Bauler, Tom
Marechal, Kévin
Le Velly, Ronan
[en] Depuis les années 1980, une série d’évènements remet en question le modèle alimentaire productiviste et sa capacité à construire la durabilité. Ces enjeux stimulent la construction d’initiatives alimentaires qui focalisent sur la qualité des produits (par ex. agriculture biologique, commerce équitable, slow food, circuits courts, local). Parmi ces initiatives alimentaires, l’alimentation locale construit la qualité sur base de la proximité. Mais ces initiatives, si elles tentent de construire un système alimentaire durable, font aussi face à certaines limites. De nombreux travaux montrent notamment comment les initiatives locales reproduisent certaines inégalités qui remettent en question leur capacité à construire des relations entre les acteurs du système alimentaire qui soient à la fois justes pour l’environnement et pour les humains.
Dans le sillon de ces travaux, cette thèse tente de mieux comprendre de quelle manière les initiatives de production, commercialisation et distribution alimentaires locales participent à construire la durabilité du système alimentaire. Pour ce faire, deux initiatives locales sont analysées avec une approche de sociologie pragmatique (théorie de l’acteur-réseau et économie des conventions), combinée avec une approche territoriale : les Grosses légumes et la Coopérative fermière de la Gaume. Ces deux initiatives qui évoluent sur le même territoire rendent compte de deux processus de construction du territoire et des enjeux alimentaires : un processus de territorialisation et un processus d’administration. L’analyse rend compte de rapports de force entre ces deux manières de se lier au territoire, et montre que les réseaux qui adoptent un processus d’administration tendent à limiter la capacité d’action de ceux qui adoptent un processus de territorialisation. Le rôle des pouvoirs publics et de leurs instruments est ici déterminant. Ces dynamiques ont pour conséquence de réduire la capacité du territoire à construire un système alimentaire durable et à répondre aux enjeux de justice sociale. Les résultats de cette thèse invitent à déplacer le regard et penser la durabilité non plus au niveau des initiatives locales, mais à celui du territoire. Plusieurs pistes construites sur base des apprentissages de cette thèse sont alors esquissées.
http://hdl.handle.net/2268/239408

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
FeyereisenMThese2019.pdfAuthor preprint7.4 MBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.