Reference : Parents d’un enfant en rémission de cancer : facteur de vulnérabilité de l’intoléranc...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Human health sciences : Multidisciplinary, general & others
http://hdl.handle.net/2268/223841
Parents d’un enfant en rémission de cancer : facteur de vulnérabilité de l’intolérance à l’incertitude dans l’ajustement psychoclinique et cognitif
French
Vander Haegen, Marie mailto [Université de Liège - ULiège > Département de Psychologie > Psychologie de la santé >]
Etienne, Anne-Marie mailto [Université de Liège - ULiège > Département de Psychologie > Psychologie de la santé >]
Jun-2018
AFPSA: abstract
Yes
No
International
10ème Congrès francophone de psychologie de la santé
du 13 juin 2018 au 15 juin 2018
AFPSA
Metz
France
[en] Introduction. L’ajustement clinique et psychologique des parents d’un enfant en rémission de cancer résulte d’une interaction de facteurs conatifs, cognitifs et psychologiques. Cette recherche examine le rôle du facteur de vulnérabilité de l’intolérance à l’incertitude (II) dans l’ajustement psychoclinique des parents. Méthode. 61 parents d’un enfant en rémission de cancer (min. 4 années à max. 6 années et 11 mois avec une chimiothérapie néo-adjuvante durant les soins) participent à l’étude. La présente étude est longitudinale et quasi expérimentale combinant des questionnaires relatifs au modèle de l’intolérance à l’incertitude, à la détresse clinique (ex. inquiétudes, symptômes anxieux) et deux tâches neuropsychologiques (Stroop test/Stroop émotion). Résultats. Les résultats descriptifs confirment l’existence d’une détresse clinique durable dans le temps ainsi que la présence du facteur de vulnérabilité d’II. Les modèles corrélationnels démontrent une relation positive entre le facteur d’II et les niveaux de détresse du parent (p < 0.05). Les modèles de régression et de médiation montrent l’effet de l’II entre l’ajustement clinique du parent et le processus attentionnel d’orientation de l’attention sélective envers les stimuli négatifs (p < 0.05). Les analyses des mesures répétées (ANOVA) décrivent une stabilité du niveau d’intensité de l’II au cours du temps avec un maintien de stratégies comportementales et cognitives inadaptées (p < 0.05). Enfin, les analyses de modération ne démontrent aucun effet d’interaction du sexe et du temps de rémission sur le niveau d’II et celui de ses facteurs de maintien (p > 0.05) permettant d’appréhender le facteur de risque d’II comme d’un facteur idiosyncratique. Conclusions. Cette étude souligne l’importance de détecter l’intensité de l’II chez le parent dès l’entrée de l’enfant dans le circuit des soins oncologiques. Cette recherche fournit des pistes d’intervention futures dans l’intégration du modèle de l’intolérance à l’incertitude dans la prise en charge globale du parent afin d’améliorer son ajustement psychoclinique.
Mots-clés : cancer pédiatrique, rémission, ajustement parent, facteur de vulnérabilité, intolérance à l’incertitude
http://hdl.handle.net/2268/223841

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
2018 METZ Vander Haegen & Etienne, ABSTRACT .docxabstractAuthor preprint109.95 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.