Reference : Modéliser pour comprendre les phénomènes
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Chemistry
http://hdl.handle.net/2268/203817
Modéliser pour comprendre les phénomènes
French
[en] Modelling to understand chemical phenomena
Karous, Hamad mailto [Université de Liège > Département de chimie (sciences) > Département de chimie (sciences) >]
Nihant, Brigitte mailto [Université de Liège > > Centre interfacultaire de formation des enseignants (CIFEN) >]
Leyh, Bernard mailto [Université de Liège > Département de chimie (sciences) > Laboratoire de dynamique moléculaire >]
22-Oct-2016
14
No
No
PlayFul Science 10
le 22 octobre 2016
Science en Stage
Bruxelles
Belgique
[fr] Modèle scientifique ; Démarche expérmentale ; Modélisation
[fr] Il existe actuellement un consensus sur le fait que les scientifiques ne décrivent pas la réalité telle qu’elle est dans toute sa complexité mais qu’ils en construisent des représentations qui leur permettent de l’expliquer partiellement et de la maîtriser, partiellement également. De telles représentations sont généralement appelées des modèles et le processus de leur construction est la modélisation. Les référentiels et programmes de sciences insistent de plus en plus, dans un souci d’authenticité épistémologique, sur la nécessité de confronter les élèves aux modèles établis et à leur élaboration, afin qu’ils se constituent une vision aussi fidèle que possible de l’entreprise scientifique.
Le concept de modèle possède des composantes multiples et il n’est pas aisé d’en donner une définition compacte, complète et définitive. On pourrait tenter de dire, en bref, que modéliser, c’est simplifier délibérément pour pouvoir expliquer et agir efficacement. On peut envisager différents types de modèles qui ne s’excluent pas mutuellement. On les rencontrera dans les différentes activités expérimentales que nous proposons.
(i) On peut tout d’abord modéliser une situation expérimentale complexe (une pile commerciale ou un accumulateur, par exemple) par une autre situation apparentée mais plus simple et dont on contrôle mieux les paramètres, afin de mettre leur influence en lumière. Diverses expériences sur les piles (de Daniell, entre autres) illustrent cet aspect. Les expériences proposées sur la diffusion entrent également dans cette catégorie.
(ii) En chimie, le principe explicatif fondamental consiste à fonder les observations macroscopiques sur des processus décrits au niveau sub-microscopique (atomes, molécules, ions, électrons). Cette représentation sub-microscopique peut être schématique et/ou symbolique. Pour plusieurs des expériences proposées, on demande de représenter schématiquement les mouvements des particules concernées. On demande aussi de traduire le phénomène en un langage symbolique, l’écriture de la réaction chimique. Ici aussi, il s’agit d’une modélisation : quand on écrit HCl(aq), par exemple, on remplace une situation complexe et relativement mal définie – des ions H3O+ et des ions Cl- hydratés avec éventuellement plusieurs couches d’hydratation – par une écriture compacte qui représente de manière conventionnelle l’essentiel de l’information dont on a besoin dans un but déterminé (un titrage, par exemple).
http://hdl.handle.net/2268/203817

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
H.karous_B.Nihant_B.Leyh_Scienceenstage_2016.pdfPublisher postprint1.58 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.