Reference : Remembrement et érosion
Scientific journals : Article
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Earth sciences & physical geography
http://hdl.handle.net/2268/67826
Remembrement et érosion
French
Bollinne, Arthur [F.S.A.Gs > Laobratoire de la Science du Sol > > >]
Binard, Marc mailto [Université de Liège - ULiège > Département de géographie > Laboratoire SURFACES - Unité de Géomatique - Geomatics Unit > >]
Sep-1980
Propriété terrienne
La Société Nationale Terrienne
393
289-291
No
National
Bruxelles
Belgique
[fr] L’augmentation de la surface des parcelles et par là-même l’augmentation du facteur pente (L.S. moyen + 13%) et, accessoirement, la diminution de surfaces semées perpendiculairement à la pente (P moyen + 1%) aggravent le risque érosif.
Cette augmentation du risque érosif, le remembrement pourrait y remédier. En effet, dans les trois premiers quartiers du remembrement étudié, l’augmentation du risque érosif est due à la fois à l’agrandissement des parcelles et au nouveau redécoupage parcellaire qui a favorisé le semis parallèle à la pente. Dans le quatrième quartier par contre, l’augmentation du risque érosif résultant de l’agrandissement des parcelles a été compensée par une réduction du semis parallèle à la pente.
Il apparaît donc que le nouveau découpage parcellaire, en favorisant le semis perpendiculaire à la pente, peut annuler l’augmentation du risque érosif résultant de l’agrandissement des parcelles. De plus, les nouveaux chemins sont susceptibles de réduire l’érosion tant par leur tracé lui-même que par leur incidence sur le nouveau parcellaire.
Quant aux inconvénients érosifs résultant de ces nouveaux chemins ils peuvent être évités par des mesures adéquates.
Il va de soi que les remembrements ne sont et ni ne peuvent être conçus exclusivement en vue de lutter contre l’érosion des sols. Néanmoins, si dans la conception des remembrements, il était tenu compte de la possibilité de lutter contre l’érosion, il ne fait aucun doute que leur réalisation pourrait conduire à une diminution sensible du risque érosif alors qu’actuellement ils contribuent à augmenter celle-ci.
La présente note ne vise pas à apporter de solutions aux problèmes posés par l’érosion dans les remembrements. Elle se donne simplement pour but d’attirer l’attention sur l’importance du phénomène et ses conséquences.
Jusqu’à présent, en effet, il semble qu’on s’est montré, par le passé, insuffisamment attentif à ces problèmes alors que l’érosion est responsable d’une perte de rendement moyenne de l’ordre de 3 à 5% (A. Bollinne et al., 1978).
I.R.S.I.A.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/67826

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
bolline_binard_1980.pdfPublisher postprint27.18 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.