Scientific conference in universities or research centers (Scientific conferences in universities or research centers)
La friche urbaine, espace d’émancipation ou laboratoire de la ville néolibérale : les paradoxes d’un modèle
Bianchi, Michaël
2023
 

Files


Full Text
Texte.pdf
Author preprint (3.4 MB) Creative Commons License - Attribution, Non-Commercial, No Derivative
Request a copy

All documents in ORBi are protected by a user license.

Send to



Details



Keywords :
friches urbaines; ville néolibérale; modèles urbains; tiers paysage; TAZ
Abstract :
[fr] La friche urbaine est aujourd’hui une figure familière aux disciplines de l’urbanisme. Objet d’attentions autant au sein du monde académique que des politiques de la ville, elle a pourtant été jusque dans les années 1970 une illustration de l’impensé urbanistique. Les développements qui lui ont été consacrés ensuite, parmi lesquels les travaux de Robert Smithson ou de Gordon Matta-Clark, sont nés dans les contextes conjoints de la désindustrialisation des pays occidentaux et de la déshérence culturelle du modernisme. Elles ont fleuri conjointement aux pratiques d’appropriation d’espaces délaissés dont la communauté de Christiania à Copenhague, ouverte en 1971 sur un ancien site militaire, est un exemple saillant. Ces pratiques s’ancrent tout aussi bien dans des motivations politiques que matérielles, mettant en jeu des modes de vie et de socialisation alternatifs, une distanciation des contraintes culturelles ou économiques qui impriment la vie urbaine, voire une licence pour des pratiques en marge de la légalité. Cette culture s’est ensuite inscrite en creux des développements de la ville néolibérale, profitant des interstices de temps et d’espace qui s’y ouvrent : entreprises délocalisées, projets publics enlisés, infrastructures et périphéries délaissées. Elle est le trait commun entre les « Zones d’Autonomie Temporaire » décrites et théorisées par Hakim Bey (1991), les marches du collectif Stalker dans les « Territoires Actuels » de Rome (1995), les « Terres Communes » imaginées par Yvan Detraz à Bordeaux (2000) ou le Tiers-Paysage décrit par Gilles Clément (2004), pour ne citer que quelques repères dans un paysage théorique et expérienciel foisonnant. Ces exemples ont en commun de valoriser la friche comme espace d’expérimentation sociale, politique ou biologique, lieu de pratiques émancipatrices à l’instar des expériences séminales des années 1970. La figure de la friche est également mobilisée depuis les années 1990 au sein des pratiques de planification urbaine. Comme l’a indiqué Philippe Bachimon (2014), cette mobilisation ne va pas sans paradoxes. L’appropriation et la valorisation de l’espace délaissé, qui s’y conçoit à l’origine comme une pratique émancipatrice pour ceux qui y participent, peut s’y voir à terme détournée au profit de sa marchandisation. Comme il a pu être question de mise au travail du vivant dans la gestion « optimisée » des espaces verts urbains (voir notamment Ernwein, 2019), une forme de mise au travail des pratiques informelles est à l’oeuvre dans ces scénarios de mobilisation des friches, oeuvrant in fine à leur valorisation foncière.
Disciplines :
Human geography & demography
Author, co-author :
Bianchi, Michaël  ;  Université de Liège - ULiège > Unité de Recherches de la Faculté d'Architecture (URA)
Language :
French
Title :
La friche urbaine, espace d’émancipation ou laboratoire de la ville néolibérale : les paradoxes d’un modèle
Publication date :
25 May 2023
Event name :
Les modèles urbains face à l’informalité : Quels apports pour la production territoriale ?
Event organizer :
UMR 8586
Université Panthéon Paris Sorbonne
CNRS
Event place :
Paris, France
Event date :
25/05/2023
Audience :
International
Development Goals :
11. Sustainable cities and communities
Name of the research project :
Les modèles urbains face à l’informalité
Available on ORBi :
since 12 November 2023

Statistics


Number of views
46 (4 by ULiège)
Number of downloads
5 (3 by ULiège)

Bibliography


Similar publications



Contact ORBi