Reference : Interactions entre changements environnementaux et migrations dans l’Ouest du Camerou...
Scientific journals : Article
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Earth sciences & physical geography
http://hdl.handle.net/2268/242443
Interactions entre changements environnementaux et migrations dans l’Ouest du Cameroun : exemple de la commune rurale de Kékem." ; "Interactions between environmental changes and migration in the West Region of Cameroon: example of the rural commune of Kékem.
French
Tchokouagueu, Franck Aurélien []
Bruckmann, Laurent mailto [Université de Liège - ULiège > Département de géographie > Service de géographie rurale (LAPLEC) >]
Ozer, Pierre mailto [Université de Liège - ULiège > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) >]
2019
Geo-Eco-Trop
Tome 2
299-308
Yes
International
0379-0452
[en] Changement climatique ; migration ; Cameroun
[en] L’étude s’intéresse aux problèmes environnementaux observés dans la commune rurale de Kékem (Cameroun) et aux migrations, en s’interrogeant sur les réponses actuelles des populations auxdits changements. Ce travail a pour objectif de mesurer l’impact des changements environnementaux sur les émigrations dénombrées, ainsi que celui des immigrations passées sur les dégradations environnementales observées dans la commune. Les entretiens menés auprès de 93 ménages et 10 personnes ressources révèlent que Kékem connait depuis une vingtaine d’années des changements environnementaux continus en partie dus à certaines activités des populations migrantes dans la commune. Les terres agricoles perdues à la suite des changements environnementaux sont à l’origine de l’augmentation de la valeur des terres, et conséquemment, de la récupération des terres des migrants, notamment des moins riches. L’une des réponses des ménages aux problèmes susmentionnés est la migration de certains membres vers les grandes villes. Il ressort également un fort contraste entre les groupes de migrants. Ceux ayant un réseau familial à l’arrivée ont au même titre que les sédentaires, voire plus, accès aux terres agricoles. A contrario, les migrants sans réseau familial à Kékem ont des difficultés d’accès aux habitats appropriés, d’accès aux terres agricoles et de conservation des terres.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/242443

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
pub_432_08.pdfPublisher postprint557.31 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.