Reference : Le tandem Médecin-Infirmier fait son COMInG Out
Diverse speeches and writings : Article for general public
Human health sciences : General & internal medicine
http://hdl.handle.net/2268/228972
Le tandem Médecin-Infirmier fait son COMInG Out
French
Belche, Jean Luc mailto [Université de Liège - ULiège > Département des sciences cliniques > Médecine générale >]
28-Jun-2018
Medi-Sphere
Reflexion Medical Network
No
National
1372-0627
Kraainem
Belgium
[en] primary care ; General practitioner ; nurse practitioner
[fr] Longtemps appelé «Assisteo», il est devenu, histoire d’évacuer la connotation de subordination, «CoMInG» (Collaboration Médecins Infirmiers Généralistes). Mais où en est donc ce projet financé par la Région wallonne, qui scrute concrètement les formes de collaboration qu’un tandem MG-infirmier peut idéalement revêtir? Ne fait-il pas peur par son aspect ‘délégation de tâches’, donc possible manque à gagner?

La recherche-action CoMInG, inédite, a désormais dépassé la moitié de sa durée programmée: elle a démarré en septembre 2017 et se clôturera en février 2019. C’est le Dr Jean-Luc Belche, confrère liégeois chargé de cours au département de médecine générale de l’ULiège, qui endosse la fonction de chef de projet. Les chercheurs comptent tant des MG que des infirmiers dans leurs rangs. Ils visitent et échangent régulièrement avec les six «GRAL» -à savoir les «groupes de recherche-action locaux»- sélectionnés pour le projet.

Ceux-ci se situent à Mons, Gilly, Neufchâteau, Bertogne, Wanze et Ciney. L’échantillon a été construit de façon à refléter la palette de modes d’organisation qu’on rencontre sur le terrain, du MG solo en ‘cheville’ avec un ou des infirmiers jusqu’à la maison médicale au forfait, le tout en milieu citadin ou campagnard.

L’expérience est sous-tendue par une réflexion, et chez certains par des appréhensions, sur la délégation de tâches et ses conséquences. L’enthousiasme peut varier. Côté doré de la médaille, le MG récupère du temps médical. Revers: il perd peut-être en cédant aux infirmiers certains suivis la dimension ‘relation humaine’ - et y laisse quelques honoraires, aussi.

Quoi qu’il en soit, si on délègue le plus simple et routinier, il ne reste au MG que le compliqué, qui prend du temps, et sa rémunération dans un système dominé par l’acte ne change pas pour autant… «Effectivement, les études montrent que la gestion de la complexité doit être valorisée différemment», indique le Dr Belche. «De mon point de vue, c’est la 2ème ligne qui pourrait avoir moins de boulot dans cette évolution. Si le MG fait davantage de complexe, il y aura aussi moins de références à la seconde ligne.»

L’article complet sur le sujet vous attend dans le Medi-Sphère n°595, de ce jeudi 27 juin.
Région wallonne : Direction générale de l'Action sociale et de la Santé - DGASS
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/228972

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
document.pdfPublisher postprint247.55 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.