Reference : Chacun son (Peuple) et la (République) sera bien gardée? ; Analyse du peuple dans les...
Scientific journals : Article
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/227054
Chacun son (Peuple) et la (République) sera bien gardée? ; Analyse du peuple dans les discours du Front national et de la France insoumise
French
Debras, François mailto [Université de Liège - ULiège > Département de science politique > Département de science politique >]
Jul-2018
Revue Nouvelle
Revue Nouvelle a.s.b.l.
5
75-86
Yes
National
0035-3809
Bruxelles
Belgium
[fr] Populisme ; Peuple ; France ; Front national ; FN ; France insoumise ; FI ; LFI ; Rhétorique ; Idéologie ; Identité ; Elite ; Europe ; Union européenne ; bouc-émissaire ; Travail ; Patrie ; Culture ; Homogène ; Communautarisme ; Islam ; Immigration ; Diversité ; Nation ; Démocratie ; République ; Souveraineté ; Représentation ; Partis ; Inégalité ; Egalité ; Légitimité ; Oligarchie ; Minorité ; Majorité ; Référendum ; Consultation populaire ; Dégagisme ; Slogan ; Peuple uni ; Notre peuple ; Peuple protestataire ; Peuple identitaire ; Peuple-plèbe ; Peuple-nation
[fr] En France, au lendemain du premier tour des élections présidentielles de 2017, Marine Le Pen se retrouve face à Emmanuel Macron. Le front républicain a du « plomb dans l’aile ». Les consignes de vote pour faire barrage au Front national ne sont pas claires. Jean-Luc Mélenchon, président de la France Insoumise, refuse d’appeler à voter pour Emmanuel Macron. Ses adversaires l’accusent de faire le jeu du Front national tandis qu’il martèle qu’il ne votera pas FN. De l’autre côté du spectre politique, Marine Le Pen quant à elle, en appelle aux électeurs de la France Insoumise pour faire barrage contre le président du jeune parti La République En Marche.
L’objectif de Jean-Luc Mélenchon, ce sont les législatives qui se profilent à l’horizon. Or, pour peser dans la campagne, le candidat le sait et le déclare, « il faut rester groupés ». Toute consigne de vote constituerait en effet une potentielle source de division. Mais division de qui ? Des Français ? De son électorat ? Et dans quel sens ?
Marine Le Pen, présidente du Front national, et Jean-Luc Mélenchon, président de la France Insoumise, sont deux leaders populistes, qualifiés comme tels et se revendiquant tous deux comme tels. Le cœur de leur rhétorique, c’est le peuple. Nous nous posons donc la question de savoir si ce peuple renvoie aux mêmes individus. Pouvons-nous déceler des similitudes, dans le champ discursif, entre le peuple de Marine Le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon qui justifieraient une absence de consigne de la part du candidat la France Insoumise ? A l’inverse, sommes-nous face à un terme commun, « peuple », mais renvoyant à des corps distincts, chaque parti ne s’adressant pas « au » peuple mais à « son » peuple ?
Pour répondre à cette question, nous proposons, dans un premier temps, de définir le peuple et la notion de populisme au travers de la littérature scientifique. Dans un second temps, nous étudierons les discours des représentants du Front national et de la France Insoumise tout en mobilisant les apports théoriques précédemment analysés. En guise de conclusion, nous dégagerons les similitudes et les différences relevées entre le peuple de Marine Le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/227054

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Chacun son peuple (FDEBRAS).pdfAuthor preprint110.7 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.