Reference : Gestion de l’alimentation des porcs et contraintes de l’élevage porcin au Sud-Bénin
Scientific journals : Article
Life sciences : Animal production & animal husbandry
http://hdl.handle.net/2268/226490
Gestion de l’alimentation des porcs et contraintes de l’élevage porcin au Sud-Bénin
French
[en] Pig feeding management and pig farming constraints in Southern Benin
Kiki, P. []
Dahouda, M. []
Toleba, S. []
Ahonou, S. []
Dotché, I. []
Govoeyi, B. []
Antoine-Moussiaux, Nicolas mailto [Université de Liège - ULiège > Dpt. de gestion vétérinaire des Ressources Animales (DRA) > Biostatistique, économie, sélection animale >]
Mensah, G. []
Farougou, S. []
Youssao Abdou Karim, I. []
Dehoux, J.P. []
2018
Revue d'Élevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux
Expansion Scientifipue Française
71
1-2
Yes (verified by ORBi)
International
0035-1865
1951-6711
France
[fr] porcin ; système d’élevage ; aliment pour animaux ; alimentation ; Bénin
[fr] Dans le but de caractériser les pratiques d’alimentation des porcs dans les départe- ments de l’Ouémé et du Plateau au Sud-Bénin, une enquête a été réalisée auprès de 151 éleveurs de porcs. Cette étude a permis d’identifier trois groupes d’éle- veurs. Le groupe 1 (32,5 % des personnes enquêtées) était composé en majorité d’éleveurs sans instruction scolaire qui élevaient beaucoup plus la race locale. Dans le groupe 2 (49,6 % des enquêtés), les éleveurs avaient en majorité le niveau d’étude primaire ou secondaire. La quasi-totalité des éleveurs de ce groupe élevait des porcs de race améliorée. Le groupe 3 (17,9 % des enquêtés) était constitué majoritairement d’éleveurs sans instruction scolaire ou d’éleveurs ayant le niveau primaire. Ces éleveurs ont opté généralement pour l’élevage des races améliorées. Les éleveurs du groupe 2 élevaient majoritairement leurs animaux dans des enclos construits en dur (61,3 %) et en semi-dur (38,6 %). Ils les nourrissaient avec une ration formulée par eux-mêmes (86,7 %). Les restes de cuisine et les résidus agri- coles, de même que les fourrages étaient davantage valorisés dans les groupes 1 (57,1 %) et 3 (55,6 %), où les éleveurs de porcs étaient principalement des agri- culteurs. Cependant, l’utilisation d’aliments complets commerciaux était plus fré- quente dans le groupe 3 (37,0 %) que dans le groupe 1. Les contraintes les plus fréquentes pour les trois groupes étaient le manque de disponibilité des aliments, l’augmentation du coût de ces aliments, et le manque de ressources financières. L’alimentation demeure une contrainte importante pour la productivité porcine au Bénin qui mérite d’être améliorée par la mise au point de formules alimentaires équilibrées selon chaque stade physiologique, et élaborée à partir des ressources alimentaires locales et bon marché.
http://hdl.handle.net/2268/226490

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
18_REMVTa.pdfPublisher postprint467.18 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.