Reference : Evaluation d’un dispositif d’aide à la réussite par les étudiants : le cas du cours d...
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Social & behavioral sciences, psychology : Education & instruction
Life sciences : Anatomy (cytology, histology, embryology...) & physiology
http://hdl.handle.net/2268/218389
Evaluation d’un dispositif d’aide à la réussite par les étudiants : le cas du cours de Biologie en premier bachelier de la Faculté des Sciences à l’ULiège
French
Poffé, Corentin mailto [Université de Liège - ULiège > > Centre interfacultaire de formation des enseignants (CIFEN) >]
Rigo, Pierre mailto [Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la vie > GIGA-R : Biologie cellulaire >]
Thiry, Marc mailto [Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la vie > GIGA-R : Biologie cellulaire >]
Hindryckx, Marie-Noëlle mailto [Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la vie > Didactique des sciences biologiques >]
11-Jan-2018
Yes
No
International
30e colloque de l’ADMEE-Europe : L’évaluation en éducation et en formation face aux transformations des sociétés contemporaines
du 10 au 12 janvier 2018
Luxembourg
[fr] évaluation par les étudiants ; régulation des dispositifs ; enseignement de la biologie
[fr] Depuis l’année académique 2011-2012 et suite à un taux d’échecs à l’examen important (85 % de notes inférieures à 10/20), un dispositif d’aide à la réussite a été mis en place pour les étudiants de la Faculté des Sciences à l’Université de Liège pour le cours de Biologie. Ce dispositif à participation obligatoire prend place chaque année, au tout début du cursus universitaire des étudiants inscrits en bachelier scientifique.
Brièvement, ce dispositif consiste en différentes séances de travail au cours desquelles les étudiants sont répartis par section en sous-groupes d'une trentaine de personnes et gérées par un encadrant. Préalablement à chaque séance, les étudiants doivent réaliser un devoir qu’ils présentent à l’encadrant afin de se voir ouvrir l’accès à la séance. Durant celle-ci, les étudiants sont amenés à résoudre des exercices d’application en lien avec les autres activités du cours (séances théoriques, laboratoires…). Pour chaque exercice, un étudiant propose aux autres sa résolution et ses condisciples la corrigent, la complètent, etc. Ce n’est qu’en fin de processus que l’encadrant intervient pour valider la résolution à laquelle ont abouti les étudiants. Les exercices à résoudre proposés sont très proches de ceux auxquels les étudiants seront soumis à l’examen du cours de biologie (Poffé, Rigo, Thiry & Hindryckx , 2015 ; Poffé, Rigo, Hindryckx et Thiry, 2017).
Au cours des séances, le rôle des encadrants est de vérifier la réalisation du devoir par chacun des étudiants ; d’organiser les interventions des étudiants en respectant le canevas de séance préalablement établi ; de valider la production finale à laquelle les étudiants ont abouti face au problème posé. Durant les phases de travail des étudiants, les encadrants sont également amenés à répondre à leurs questions, tant sur des éléments de savoir que sur des méthodes de résolution de problèmes (comprendre une question complexe, identifier les procédures de résolution à mettre en oeuvre et produire une réponse complète et structurée).
À la fin de chacune des séances, les étudiants sont invités à remplir un questionnaire, identique pour toutes les séances. Il comprend une quinzaine de propositions réparties en différentes catégories : la difficulté du devoir et la qualité de la réponse produite par l’étudiant ; l’augmentation des chances de réussite à l’examen (savoirs et/ou méthodes de résolution et/ou implication dans l’étude) ; l’aide apportée par l’encadrant ; la capacité de la séance à apporter des réponses aux questions des étudiants. Pour chaque proposition, les étudiants doivent se positionner sur une échelle à quatre valeurs, allant de « pas du tout d’accord » à « tout à fait d’accord ».
Les encadrants sont également amenés à renseigner leur avis par le biais de questionnaires du même type que ceux remplis par les étudiants, mais avec des questions adaptées à leur rôle. Ce questionnaire est également identique d’une séance à l’autre.
Cette évaluation par questionnaire veut placer tous les protagonistes dans une posture réflexive par rapport à leur travail : les étudiants par rapport à leur façon de travailler un cours universitaire et les encadrants, dans leur façon de se mettre à disposition de l’apprentissage des étudiants.
En fin de quadrimestre, tous les questionnaires sont dépouillés et analysés. Pour chaque séance et pour chaque proposition, la fréquence de chacune des quatre possibilités de réponse est calculée. Ces fréquences sont portées en graphiques. Ces résultats sont comparés entre séances d’une même année et également d’une année à l’autre. Les résultats de cette analyse, accompagnés de différentes données factuelles (taux de réussite aux différentes évaluations, analyse de l’activité des étudiants sur l’espace en ligne dédié au cours, résultats à l’examen…) sont présentés à toute l’équipe d’encadrants. Lors de cette réunion, chaque séance de l’année est discutée. L’ensemble des données permet d’alimenter cette discussion qui porte tant sur les éléments à maintenir pour l’année suivante, que sur les éléments à revoir, compte tenu notamment, de l’avis des étudiants et des encadrants. Ces éléments sont tout autant des éléments de méthodologie que des savoirs scientifiques à faire acquérir.
Chaque année, le dispositif d’aide à la réussite et son articulation avec les enseignements sont donc modifiés en fonction des résultats issus de l’analyse des questionnaires et des suggestions des étudiants. On constate que, si, dans un premier temps, la régulation du dispositif s’est opérée essentiellement sur des modifications d’ordre logistique (adéquation des horaires, amélioration de la communication des attentes vers les étudiants, réglage du niveau de difficulté du devoir, par exemple), cette dernière s’est petit à petit affinée. En effet, après quelques années de fonctionnement, l’équipe est parvenue à un dispositif dont l’efficacité était globalement satisfaisante (questionnaires montrant un taux global de satisfaction des étudiants élevé et un taux de réussite à l’examen en évolution positive) et a souhaité s’engager dans des essais de méthodologies d’enseignement plus variées (une séance en classe inversée, une séance en classe puzzle…). À chaque fois, les questionnaires ont permis d’évaluer les impacts de ces méthodologies sur la satisfaction des étudiants par rapport à leurs apprentissages en vue de l’évaluation certificative du cours.
La communication tendra à montrer comment la prise en compte systématique des avis de tous les protagonistes (étudiants et encadrants), collectés au travers des questionnaires, a permis une régulation de plus en plus fine du dispositif d’aide à la réussite et une augmentation significative du taux de réussite des étudiants à l’examen du cours de biologie (passage de 15 à 30 % de réussite).
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/218389

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
ADMEE.pdfAuthor postprint2.08 MBView/Open
Open access
Evaluation d’un dispositif d’aide à la réussite par les étudiants.pdfPublisher postprint35.42 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.