Reference : Prevalence of the hypovitaminosis D among Moroccan woman consulting in ambulatory medicine
Scientific journals : Article
Human health sciences : Laboratory medicine & medical technology
http://hdl.handle.net/2268/212638
Prevalence of the hypovitaminosis D among Moroccan woman consulting in ambulatory medicine
French
Nejjar, Basma mailto [Université de Liège - ULiège > > > Form. doct. sc. biomed. & pharma. (paysage)]
Bour, Abdellatif []
Beaudart, Charlotte mailto [Université de Liège > Département des sciences de la santé publique > Epidémiologie clinique >]
Bruyère, Olivier mailto [Université de Liège > Département des sciences de la santé publique > Santé publique, Epidémiologie et Economie de la santé >]
CAVALIER, Etienne mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Service de chimie clinique >]
Nov-2016
Journal of Innovative Research and Applied Sciences
3
2
476-483
Yes
International
[fr] vitamine D ; deficience ; femme
[en] Meknès
[en] Actuellement, la vitamine D est considérée comme une hormone aux effets pleïotropes et ne peut plus être limitée uniquement qu’à la prévention du rachitisme et de l’ostéomalacie. Une déficience en vitamine D dans l’organisme est corollaire à une panoplie de pathologies osseuses et extra osseuses chroniques. Objectif : La présente étude s'intéressait à la prévalence de l'hypovitaminose D chez les femmes en médecine ambulatoire dans la région de Meknès au Maroc. Matériel et méthodes : Un échantillonnage de convenance de 1247 femmes pour lesquelles un clinicien avait prescrit le dosage de la 25 Hydroxyvitamine D(25OHD) était sélectionné entre Janvier 2013 et Décembre 2015 auprès de deux laboratoires. La concentration de la 25OHD, la saison de son dosage et l'âge ont été recensés. La calcémie n’était évaluée que pour 759 femmes de l'échantillon. Résultats : La prévalence de l'hypovitaminose D, pour un seuil inférieur à 20 ng/ml, était de 70,1%, et variait significativement en fonction de la saison et de l'âge. Les prescriptions du dosage de la 25OHD émanaient à 52.8% de médecins généralistes et de rhumatologues et 32,8% des dosages étaient enregistrés en hiver. La calcémie était de 2,28 mg/l (ET 0,22) chez les 759 (60,8%) femmes, 188 (37,8%) parmi elles, présentaient une hypocalcémie et une hypovitaminose D. La régression logistique indiquait que la saison (Exp (B)=0,23, p<0.01) était un facteur associé à la variation de l'hypovitaminose D. Conclusion : L’hypovitaminose D représente
Mots
un problème de santé publique et les médecines doivent être sensibilisés à ce sujet.
http://hdl.handle.net/2268/212638

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
Basma ManuscriptRef.2-ajiras071116.pdfPublisher postprint819.76 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.