Reference : LE CONTRÔLE DES NORMES RELATIVES À LA MODÉRATION DES RÉMUNÉRATIONS AU REGARD DU DR...
Scientific journals : Article
Law, criminology & political science : Social law
http://hdl.handle.net/2268/211972
LE CONTRÔLE DES NORMES RELATIVES À LA MODÉRATION DES RÉMUNÉRATIONS AU REGARD DU DROIT DE NÉGOCIATION COLLECTIVE
French
Clesse, Jacques mailto [Université de Liège > Département de droit > Droit social >]
Kéfer, Fabienne mailto [Université de Liège > Département de droit > Droit social >]
Jun-2017
Revue de Droit Social
La Charte
1-2
89-112
Yes (verified by ORBi)
0035-1113
Bruxelles
Belgium
[fr] rémunération ; modération salariale ; droit de négociation collective
[nl] loon ; loonmatiging ; recht op collectief onderhandelen
[fr] En moins d’une semaine, deux lois ayant un impact important sur le montant des salaires sont entrées en vigueur. La loi du 23 avril 2015 concernant la promotion de l’emploi impose un saut d’index. La loi du 28 avril 2015 établit la marge maximale pour l’évolution du coût salarial pour les années 2015 et 2016.
Ces deux lois ont provoqué une forte opposition de la part des organisations syndicales. Traditionnellement, en Belgique, la formation des salaires relève de l’autonomie des partenaires sociaux. Par la voie des conventions collectives de travail, ceux-ci établissent le montant minimum des rémunérations au niveau du pays et des secteurs d’activité. Les organisations syndicales ont vu dans ces deux lois une atteinte grave portée par l’État à la concertation sociale.
Après une première partie décrivant, sans pouvoir être exhaustive, les mécanismes de modération des
salaires utilisés en Belgique depuis 1976, la contribution a pour objet d’examiner la régularité juridique
de ces deux lois en regard du droit de négociation collective. Ce droit, qui constitue l’un des fondements juridiques du dialogue social et de l’action syndicale, appartient au catalogue des droits fondamentaux puisqu’il a été reconnu par différents instruments internationaux ainsi que par la Constitution de la Belgique.
[nl] In minder dan een week zijn twee wetten met een aanzienlijke invloed op de omvang van het loon in
werking getreden. Met de wet van 23 april 2015 tot verbetering van de werkgelegenheid wordt een
indexsprong doorgevoerd. De wet van 28 april 2015 stelt de maximale marge voor loonkostenontwikkeling
in voor de jaren 2015 en 2016. Beide wetten stootten op sterke weerstand bij de werknemersorganisaties.
In België raakt de loonvorming traditioneel de kern van de autonomie van de sociale partners. Door middel van collectieve arbeidsovereenkomsten leggen ze de minimumlonen vast op het interprofessionele en sectorale niveau. De werknemersorganisaties beschouwen beide wetten als een zware aantasting van het Belgische model van sociaal overleg.
In het eerste deel worden op niet exhaustieve wijze enkele mechanismen van loonmatiging beschreven
die sinds 1976 in België werden gebruikt. Vervolgens wordt de rechtmatigheid van beide wetten
getoetst aan het recht op collectief onderhandelen. Dit recht vormt een van de juridische grondslagen
van de sociale dialoog en van de syndicale actie. Het maakt deel uit van de grondrechtencataloog,
aangezien het erkend wordt door diverse internationale instrumenten en door de Belgische Grondwet.
Researchers ; Professionals
http://hdl.handle.net/2268/211972

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
RDS 2017.01.02.pdfPublisher postprint181.31 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.