Reference : Premiers jalons pour une histoire du plagiat à l’Université de Liège : le cas « de Re...
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Arts & humanities : History
http://hdl.handle.net/2268/207218
Premiers jalons pour une histoire du plagiat à l’Université de Liège : le cas « de Reiffenberg » (1836)
French
Adam, Renaud mailto [Université de Liège > Département des sciences historiques > Histoire moderne >]
9-Feb-2017
7
No
Yes
National
Deux siècles au service des sciences humaines. Contribution(s) de l'Université de Liège (1817-2017)
du 8 février 2017 au 10 février 2010
Liège
Belgique
[fr] Membre d’une ancienne famille noble d’origine allemande, le baron Frédéric de Reiffenberg (1795-1850) s’est distingué dans l’histoire de Belgique pour avoir été le premier à occuper le poste de conservateur de la Bibliothèque royale de Belgique, fondée en 1837. S’il doit notamment ce poste à l’appui qu’il reçut d’amis haut placé, il convient de rappeler que la nomination à la direction de cette institution fut pour lui une belle opportunité pour quitter Liège et, plus spécifiquement, la charge de professeur d’histoire du Moyen Âge qu’il occupait à l’Université depuis le 6 décembre 1835. En effet, au cours de l’année 1836, son parcours professionnelle fut entaché d’un scandale sans précédent qui le contraint à démissionner : une accusation de plagiat formulée par l’un de ses éminents collègues, Edouard de Lavalleye (1811-1869). La présente communication sera l’occasion de revenir sur cette affaire et son traitement médiatique.
Transitions (Département de recherches sur le Moyen Âge tardif & la première Modernité) - Transitions
http://hdl.handle.net/2268/207218

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Plagiats_Reiffenberg.docxAuthor preprint147.34 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.