Reference : Analyse floristique et phytogéographique de la forêt de la Djoumouna (République du Congo)
Scientific journals : Article
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Life sciences : Phytobiology (plant sciences, forestry, mycology...)
http://hdl.handle.net/2268/206207
Analyse floristique et phytogéographique de la forêt de la Djoumouna (République du Congo)
French
[en] Floristic and phytogeographical analysis of Djoumouna forest (Republic of Congo)
Miabangana, Edmond Sylvestre [> >]
Lubini Ayingweu, Constantin [> >]
Malaisse, François mailto [Université de Liège > Ingénierie des biosystèmes (Biose) > Biodiversité et Paysage >]
2016
Geo-Eco-Trop: Revue Internationale de Géologie, de Géographie et d'Écologie Tropicales
Université de Liège. AIPA
40
2
175-190
Yes
International
1370-6071
Liège
Belgium
[fr] La forêt de la Djoumouna est située à 24 km au sud-est de Brazzaville. Pour mieux connaître sa richesse floristique et sa position chorologique, une analyse de la florule, des spectres autoécologiques et phytogéographiques des espèces a été entreprise. Cette étude a été effectuée à partir du matériel floristique provenant de différentes prospections botaniques, collection de référence déposée à l’Herbier National du Congo (IEC). Sur une superficie de 8,5 hectares prospectée, 458 espèces dont quatre nouvelles pour la République du Congo, ont été inventoriées. Elles appartiennent à 102 familles et 309 genres. Les familles des Fabaceae, des Rubiaceae, des Euphorbiaceae, des Poaceae, des Apocynaceae et des Malvaceae sont les plus diversifiées en nombre d’espèces. Les spectres écologiques mettent en évidence la forte représentativité des phanérophytes, des mésophylles, des sarcochores et des espèces de la classe des Strombosio-Parinarietea, confirmant de facto la nature et la maturité forestières du site. Sur le plan phytogéographique, la prépondérance de l’élément base décelé ainsi que la présence de deux familles et de huit genres endémiques, intègrent bien cette florule au Centre d’endémisme guinéo-congolais, au carrefour des domaines congolais et bas-guinéen. En dehors de quelques cas isolés d’impact sur la flore et la végétation, une attention particulière doit être apportée à cet écosystème fragile, en vue de son aménagement à titre conservatoire, de la sauvegarde de sa richesse floristique et comme régulateur du climat local et puits de séquestration du carbone.
http://hdl.handle.net/2268/206207

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
40-2-6 Djoumouna.pdfPublisher postprint1.3 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.