Available on ORBi since
25 November 2016
Doctoral thesis (Dissertations and theses)
L'Afrique centrale: entre traditions et transitions. La mutation des socio-écosystèmes en Afrique centrale
Gillet, Pauline 
2016
 

Files


Full Text
versionFINALE.pdf
Publisher postprint (11.26 MB)

All documents in ORBi are protected by a user license.

Send to



Details



Keywords :
Socio-ecosystems; Central Africa; food intake; non-timber forest products; land tenure; forest transition; Socio-écosystèmes; Afrique centrale; bol alimentaire; produits forestiers non-ligneux; maitrises foncières; transition forestière
Abstract :
[en] The forests of the Congo Basin are among the best preserved areas on Earth. Nevertheless, the factors causing deforestation around the world are also present in this subregion. The forest transition theory describes how the trend of forest areas decline at national level may precede an increase in these areas. If the effects of the forest transition are well known in terms of forest cover degradation, little is known about the effects of forest transition on socio-ecosystems (SES) (understood as a group of actors with impacts on a group of resources and subject to specific institutions). The general objective of this thesis is to characterize the mutation of socio-ecosystems in the Congo Basin in order to identify dynamic of change of Congo Basin forested SES and their possible futures. The collection of socioeconomic data, focusing on the description of the population, the description of the different activities and incomes, the description of food intake and the access to land and resources, were conducted in three SES with a forest cover gradient, located in Cameroon and Gabon. The results show that the cost price of meals is globally increasing with the loss of forest cover. The share of food intake related to the exploitation of natural resources such as hunting, fishing and gathering decreases in favor of proteins from livestock and agricultural products. This leads to the translocation of demand but also to pressures on other anthropogenic ecosystems. The effects of deforestation are then visible at the local level but also on neighboring areas. The diversity of the game and prey decreases moving towards smaller species with the progression of the forest transition. Consequently, there is a reduction in the proportion of these products in both the food intake and household incomes. This analysis shows a decline in the importance of NTFPs in the production and villagers livelihoods. Slash and burn agriculture is practiced in three SES. If the ratio between fallow period and cultivation period decreases with the forest transition, there is an increase in crop diversification leading to a diversification of the diet. Access to forest resources, agricultural land, markets and an external source of employment condition the village activities. The land potential is made to report levels of ownership and co-management of customary space (Le Roy et al., 1996). During the progression of the forest transition curve, the land potential evolves from relatively loose to privatization and the ability to alienate resources. These important modifications of traditional control systems of the relations between man and resources lead to a more adequate management of some commercial resources value (such as agricultural products or mining resources). But, this process is incompatible with the maintenance of certain ecosystem services like large populations of wildlife preservation. If these results fit rather well with the forest transition curve, this is not the case of all SES in Central Africa. Therefore, we propose to combine some results to reflect significant changes of the qualities of a socio-ecosystem, regardless of forest cover rate. The priority would be to establish a standardized data collection protocol to test sites with different forest cover and located on different trajectories. The use of a socio-economic index would make it possible to predict the evolution of SES under different scenarios, whether linked to global or regional pressures (such as the emergence plans enacted by the Central African States) or in contexts of economic crisis or the introduction of new legislation.
[fr] Les forêts du Bassin du Congo font partie des zones forestières les mieux préservées de la planète. Néanmoins, les facteurs qui entrainent la déforestation ailleurs dans le monde se manifestent également dans cette sous-région du globe. La théorie de la transition forestière décrit comment la tendance à la diminution des surfaces forestières au niveau national peut précéder une augmentation de ces surfaces. Si les effets de la transition forestière sont connus en termes de dégradation du couvert forestier, peu d’informations existent sur les effets de la transition forestière sur les socio-écosystèmes (SES) (entendus comme un groupe d’acteurs particuliers ayant des impacts sur un groupe de ressources particulières et soumis à des institutions particulières). L’objectif général de cette thèse est de caractériser la mutation des SES dans le Bassin du Congo afin de définir les dynamiques d’évolution de SES forestiers du bassin du Congo et leurs futurs possibles. Les collectes de données socio-économiques, portant sur la description de la population, des différentes activités et des revenus générés, du bol alimentaire et des modes d’accès aux espaces-ressources ont été menées dans trois SES présentant un gradient de couvert forestier contrasté, localisés au Cameroun et au Gabon. Les résultats montrent que le prix de revient des repas augmente globalement avec la diminution du couvert forestier. La part du bol alimentaire liée à l’exploitation des ressources naturelles comme la chasse, la pêche et la cueillette diminue au profit de protéines issues d’élevage et de denrées agricoles. Ceci entraine une translocation de la demande mais aussi des pressions sur d’autres écosystèmes anthropisés. Les effets de la déforestation se font alors sentir au niveau local mais aussi sur des contrées voisines. La diversité du gibier diminue et les proies évoluent vers de plus petites espèces avec la progression de la transition forestière. En conséquence, on observe une réduction de la proportion de ces produits à la fois dans le bol alimentaire des ménages et dans les revenus ainsi qu’une diminution de l'importance des produits forestiers non-ligneux (PFNL) dans la production et les moyens de subsistance villageois. L’agriculture itinérante sur brûlis est pratiquée dans les 3 SES. Si la proportion entre la durée de jachère pratiquée et la durée de mise en culture diminue avec la transition forestière, on observe une augmentation de la diversification des cultures entrainant une diversification de l’alimentation. L’accès aux ressources forestières, aux terres agricoles, aux marchés et à une source externe d’emploi conditionnent les activités villageoises. Les maîtrises foncières permettent de rendre compte des niveaux d’appropriation et de cogestion de l’espace coutumier. Lors de la progression sur la courbe de transition forestière, les maîtrises foncières évoluent de relativement collectives et informelles à la privatisation et la possibilité de disposer des ressources. Ces modifications importantes des systèmes de régulation traditionnels des relations entre l’homme et la terre conduisent vers une gestion plus adéquate de certaines ressources à valeur commerciale (comme les denrées agricoles ou les ressources minières). Par contre, ce processus est peu compatible avec le maintien de certains services écosystémiques comme la conservation des populations de grande faune. Si ces différents résultats cadrent relativement bien avec la courbe de transition forestière, ce n’est pas le cas de tous les SES d’Afrique centrale. Nous proposons donc de combiner certains résultats obtenus afin refléter un changement notoire des qualités d’un socio-écosystème, indépendamment du taux de couvert forestier. La priorité serait d’établir un protocole standardisé de collecte de données afin de tester des sites avec des couverts forestiers et localisés sur les différentes trajectoires. Le recours à un indice socio-économique permettrait de prévoir l’évolution de SES soumis à des scénarios différents, qu’ils soient liés à des pressions globales ou régionales (telles que les plans d’émergence édictés par les Etats d’Afrique centrale) ou dans des contextes de crise économique ou de mise en place de nouvelles législations.
Disciplines :
Environmental sciences & ecology
Agriculture & agronomy
Sociology & social sciences
Author, co-author :
Gillet, Pauline ;  Université de Liège > Ingénierie des biosystèmes (Biose) > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels
Language :
French
Title :
L'Afrique centrale: entre traditions et transitions. La mutation des socio-écosystèmes en Afrique centrale
Defense date :
05 December 2016
Number of pages :
182
Institution :
ULiège - Université de Liège
Degree :
docteur en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique
Promotor :
Vermeulen, Cédric ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels
Mosnier, Aline
President :
Lejeune, Philippe ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels
Jury member :
Doucet, Jean-Louis ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels
Fayolle, Adeline  ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels
Dufrêne, Marc  ;  Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Biodiversité et Paysage
Stassart, Pierre M ;  Université de Liège - ULiège > Département des sciences et gestion de l'environnement (Arlon Campus Environnement) > Site d'Arlon : Accueil
Feintrenie, Laurène
Name of the research project :
CoForTips
Funders :
BELSPO - SPP Politique scientifique - Service Public Fédéral de Programmation Politique scientifique

Statistics


Number of views
493 (61 by ULiège)
Number of downloads
831 (47 by ULiège)

Bibliography


Similar publications



Contact ORBi