Reference : Architecture et décontraction: re-rencontre de pratiques
Scientific congresses and symposiums : Poster
Engineering, computing & technology : Architecture
http://hdl.handle.net/2268/192647
Architecture et décontraction: re-rencontre de pratiques
French
Bodart, Céline [Université de Liège > Département de la Faculté d'Architecture > > >]
2014
No
National
Ecole doctorale Thématique - architecture, urbanisme, ingénierie architecturale et urbanisme - Séance inaugurale de l'année 2014-2015
le 20 novembre 2014
Université Catholique de Louvain, Faculté d'architecture, LOCI-BXL
Bruxelles
Belgique
[fr] En 1985, quand l'architecte et théoricien Bernard Tschumi remporte la concours international pour la conception du Parc de La Villette de Paris, celui-ci tente de mettre en scène une collaboration inédite dans l'histoire de l'architecture : pour la conception d'un petit jardin public, il invite l'architecte américain Peter Eisenman et le philosophe français Jacques Derrida à se rencontrer. Mais la scène où devait naître l'une des collaborations architecturales les plus attendues de la fin des années quatre-vingt, devint finalement le théâtre de ce que beaucoup considèrent encore comme l'un des plus gros ratés de toutes tentatives d'interdisciplinarité. Ce projet de recherche propose donc de revenir sur cet épisode précis de l'histoire récente de l'architecture ; un épisode qui, bien loin d'être inconnu, reste pourtant largement méconnu. L'hypothèse est de dire que les principaux acteurs de cette scène philosophico-architecturale n'ont pas toujours pris soin de se construire les prises nécessaires pour être entièrement saisis. Des prises pour dire ce que cette rencontre a tenté de produire, autant que ce qu'elle a manqué de produire.
Mais si ces prises doivent permettre de comprendre aujourd'hui ce qu'a été ce moment de l'histoire de la théorie de l'architecture, elles ont aussi l'intention de ré-actualiser la pensée philosophique de Jacques Derrida dans le débat architectural contemporain. Ce travail de thèse se construit donc dans un double geste, à savoir à la fois l'identification et la rétro-construction de ces prises.
À ce stade-ci de la recherche, deux prises distinctes ont été identifiées. La première prise ; compléter le discours. Il existe des « pièces manquantes » dans le discours de la déconstruction en architecture que ce travail de thèse entend pouvoir construire (principalement à partir des travaux de Mark Wigley). La seconde prise ; re-jouer la rencontre, mais la rejouer en y déplaçant les enjeux puisqu'il s'agit de ré-écrire l'intérêt de cette rencontre là où le discours initial à failli à ses promesses. Si cette double approche méthodologique s'attache à revisiter l'histoire récente de l'architecture, l'objectif est de faire de ce retour en arrière un instrument inédit pour mieux appréhender le contexte actuel. Car à la question du « pourquoi encore aujourd'hui vouloir étendre ces principes de contamination chers à Derrida aux pratiques de l'architecture », cette recherche entend y répondre en adressant ses retombées à un état du monde contemporain touché par ce que B.Latour nomme crise de nos représentations ; cette incapacité généralisée « à représenter ce que nous sommes et ce que nous allons devenir ». Dans ce contexte particulier, il a lieu d'interroger le rôle que l'architecture souhaite y jouer : à qui, à quoi, à quel public s'adresse encore l'architecture ? Ré-activer cette rencontre entre architecture et philosophie revient donc à prolonger ce questionnement ouvert sur la place de l'homme dans l'architecture. La ligne donnée à ce travail de thèse est d'apprendre de ce qu'il s'est ou ne s'est pas passé pour comprendre ce qui est toujours et déjà en jeu, et son ambition est d'appeler une pratique philosophique particulière, la déconstruction, à re-politiser les moyens de faire de l'architecture.
http://hdl.handle.net/2268/192647

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
CBODART_edt_poster_nov.2014.pdfAuthor preprint308.87 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.