Reference : Condition profane et condition sacrificielle selon Sâyana-Mâdhava
Scientific journals : Article
Arts & humanities : Classical & oriental studies
http://hdl.handle.net/2268/186364
Condition profane et condition sacrificielle selon Sâyana-Mâdhava
French
[en] Wordly and Sacrificial States according to Sâyana-Mâdhava
Verpoorten, Jean-Marie mailto []
1991
Acta Orientalia Belgica
6
150-170
Yes
International
Bruxelles-Louvain-la-Neuve-Leuven
Belgium
[en] Sâyana ; sacralisation des paroles et actes ; sacrifice aux nouvelle et pleine lunes ; vedi ; beurre fondu ; Rgveda ; dieux et sacrifice ; animaux et sacrifice ; puisées de lait
[en] La description par Sāyaņa (commentateur de nombreuses œuvres relevant du Veda, 1296-1387) des préparatifs du sacrifice védique aux nouvelle et pleine lunes permet de saisir la méthode pour sacraliser actes et paroles profanes. Ces préparatifs commencent la veille du rite quand on cueille une branche grâce auquel on écartera les veaux des vaches qui fournissent le lait d’offrande. Puis vient la description minutieuse des gestes et des versets qui accompagnent la fabrication de la jonchée et celle du gâteau. On n’oublie pas d’amadouer ou d’expulser les forces démoniaques qui peuvent perturber la cérémonie. On construit l’autel (vedi) et on purifie les cuillers servant aux puisées de lait. L’un des officiants lie la ceinture de l’épouse du patron du sacrifice de manière à ce qu’elle participe avec lui au rite. Avec le beurre fondu qu’on a au préalable miré, on asperge matières oblatoires et bûches. Vient ensuite l’oblation dans le feu du lait mentionné ci-avant mais cette partie de la cérémonie n’est pas décrite ici. Le lecteur se rend compte, au fil des pages, que la condition profane des êtres et des choses se sacralise via des actes comme des attouchements, des essuyages, des effleurements, des aspersions, des filtrages et des échauffements accompagnés de versets au Ŗgveda etc. Contribuent aussi à cette sacralisation des instruments comme une côte de cheval pour couper de l’herbe ou les multiples cuillers sacrificielles.
Les dieux ne peuvent pas sacrifier, parce qu’ils n’ont personne au dessus d’eux à qui faire une offrande .Les animaux ne le peuvent pas non plus, car ils ne peuvent exécuter des rites et n’en désirent pas les fruits. L’homme est donc le seul être capable de sacrifier, mais il doit se conformer à la méthode enseignée par la révélation védique.
http://hdl.handle.net/2268/186364

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Verpoorten_1991_acta-or-150.pdfPublisher postprint1.13 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.