Reference : Les catégories au seuil de la phénoménologie
Scientific journals : Complete issue
Arts & humanities : Philosophy & ethics
http://hdl.handle.net/2268/185830
Les catégories au seuil de la phénoménologie
French
Gauvry, Charlotte mailto [Université de Liège > Département de philosophie > Phénoménologies >]
Fagniez, Guillaume [Université Libre de Bruxelles - ULB > philosophie > > >]
2016
Études Philosophiques
Presses Universitaires de France (PUF)
Yes
0014-2166
2101-0056
[en] catégorie ; phénoménologie ; déduction
[en] Le tournant du XXe siècle est marqué par un retour de la problématique catégoriale sur le devant de la scène philosophique, que ce soit chez Franz Brentano et ses élèves, chez Wilhelm Dilthey, chez les Néokantiens de l’école de Bade, ou chez les premiers pionniers de la phénoménologie. Tant et si bien qu’une certaine philosophie (celle d’Emil Lask par excellence) a pu se présenter comme une doctrine des catégories à part entière. L’enjeu de ce numéro est d’interroger la place historique et le rôle conceptuel qu’ont joué ces questions formelles dans l’émergence de la phénoménologie.
Kant avait certes renoué avec la question aristotélicienne des catégories pour postuler l’existence de « purs concepts de l’entendement » ou « catégories », seuls susceptibles de « fournir de l’unité aux diverses représentations dans un jugement et [de] donner aussi à la simple synthèse de diverses représentations dans une intuition une unité » (KRV, §10). L’intérêt proto-phénoménologique pour les catégories se présente-t-il cependant comme un retour, par-delà l’idéalisme allemand, à cette problématique transcendantale kantienne ou bien plutôt comme un retour, par-delà Kant lui-même, à la question aristotélicienne ?
Si les philosophes du début XXe se sont ressaisis de la question des catégories, il semble qu’ils aient à tout le moins reformulé, voire abandonné la méthode de la « déduction ». C’est ce travail de reformulation de la déduction transcendantale que le numéro entend également clarifier. Peut-on encore dire que ces catégories sont « déduites » des formes logiques du jugement, des objets logiques ou du mouvement même de la vie ? S’il y a lieu de mettre au jour un processus « génétique » de la catégorie, quelles sont les implications d’un tel déplacement relativement à la validité du catégorial ?
Plus généralement, c’est le statut même de ces « catégories » qui sera analysé. Leur domaine d’application redéfini, peut-on les déterminer comme des concepts purs transcendantaux susceptibles d’unifier l’expérience sensible ? Les catégories ne doivent-elles pas plutôt être repensées comme des formes logiques, sémantiques ou même ontologiques ?
Ainsi, c’est l’enjeu stratégique de la résurgence de cette problématique catégoriale, et ses répercussions directes sur l’émergence de la phénoménologie naissante (husserlienne et heideggérienne) que ce numéro interrogera.
Researchers
http://hdl.handle.net/2268/185830

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Projet de publication Catégories.pdfAuthor preprint221.72 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.