Reference : Dynamique du Karst dans le synclinal de Sprimont de 1898 à 2012
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Earth sciences & physical geography
http://hdl.handle.net/2268/184017
Dynamique du Karst dans le synclinal de Sprimont de 1898 à 2012
French
Peeters, Alexandre mailto [Université de Liège > Département de géographie > Hydrographie et géomorphologie fluviatile >]
Ek, Camille mailto [Université de Liège > > Relations académiques et scientifiques (Sciences) >]
Labarbe, Philippe [Découvertes de Comblain > > > >]
Michel, Raymond [Université de Liège > Département de géographie > Département de géographie >]
8-Dec-2012
No
No
International
Journées 2012 de Spéléologie Scientifique - 16ème édition
8-9 décembre 2012
Centre Belge d'Etudes Karstologique & Commission Scientifique de l'Union Belge de Spéléologie
Han-sur-Lesse
Belgique
[fr] Dynamique du karst ; Synclinal de Sprimont
[fr] 1. Une prospection dans le synclinal de Sprimont en 1898
C’est dans un synclinal calcaire de 12 km de long et 1,2 km de large que se situe Sprimont. Le
synclinal, qui s’allonge d’est en ouest, est coupé en deux par la vallée de l’Ourthe. Le présent
travail concerne la partie orientale de ce pli.
Vers 1898, E. Van den Broeck, E. Martel et E. Rahir parcouraient ce synclinal et
cartographiaient ses phénomènes karstiques (Van den Broeck, Martel & Rahir, 1910, vol. ll).
2. Révisions de la cartographie de 1971 à 2000
Raymond Michel entreprit en 1970-71 une révision de la cartographie et constata que
beaucoup de pertes s’étaient déplacées, presque toutes vers l’amont, et sur une distance
moyenne de 270 m ! Des levés ultérieurs par divers géographes confirmèrent l’extrème
mobilité des pertes du vallon et furent consignées dans des cartographies de la CWEPSS et de la DGATLP. À ces mises à jour participèrent notamment D. Closson, A. Jaspar, V. Mousny, M.
Salmon, J.-C. Schyns et A. Peeters.
3. Un nouveau levé en 2012
Une nouvelle révision fut entreprise en 2012 par deux équipes qui passèrent chacune trois
journées pleines sur le terrain. La prospection s’appuya sur des photos aériennes et les
phénomènes furent « géolocalisés » à l’aide d’un petit GPS de terrain (précision env. 10 m).
Les pertes karstiques se déplacent au fil du temps, et avec parfois une spectaculaire rapidité.
Par exemple, la perte du champ de maïs, au bord de la route N 678 (de Sprimont à Chanxhe) a
été localisée en 1995 à 300 m en amont de sa localisation en 1971 ; en 1971, elle était déjà à 350 m en amont de sa situation en 1898. Et en 1999, un autre déplacement de la même perte avait provoqué un effondrement de la route N 678.
4. Conclusions
Les phénomènes karstiques du synclinal de Sprimont présentent une dynamique fort active
et, dans certains cas, dangereuse pour les travaux des hommes. Les déplacements des points
d'enfouissement peuvent poser des problèmes de stabilité des bâtiments et des routes,
canalisations, etc., mais aussi des problèmes de pollution. C'est pourquoi il est important de
suivre attentivement l'évolution de l'hydrologie karstique. Ceci explique les décisions du Service
public de Wallonie de mettre périodiquement à jour la cartographie des phénomènes, et de
réglementer les implantations de constructions dans les zones karstiques.
Researchers
http://hdl.handle.net/2268/184017

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
PresentationJSS2012_Peeters.pdfPublisher postprint2.88 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.