Reference : Changement climatique et familles politiques en Europe. Entre soutien et résistance a...
Scientific journals : Article
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/182516
Changement climatique et familles politiques en Europe. Entre soutien et résistance aux politiques climatiques
French
Moelher, Karin []
Piet, Grégory mailto [Université de Liège - ULiège > > > Doct. sc. polit. & social. (droit-Bologne)]
Zaccai, Edwin []
Jun-2015
Courrier Hebdomadaire du CRISP
Centre de Recherche et d'Information Socio-Politiques (CRISP)
2257
Yes
National
0008-9664
1782-141X
Bruxelles
Belgium
[fr] changement climatique ; familles politiques ; union européenne ; Belgique ; parti socialiste ; parti libéral ; parti conservateur ; parti d'extrême droite ; parti populiste ; nouvelle gauche ; Allemagne ; France ; Italie ; Royaume-Uni
[en] Climate Change ; party family ; political parties
[en] Le changement climatique constitue une thématique politique relativement récente dans les agendas politiques et électoraux. Souvent, dans le grand public, la question climatique est perçue à travers la médiatisation des grands sommets des Nations Unies consacrés à cette problématique (Rio de Janeiro en 1992, Kyoto en 1997, Copenhague en 2009, Paris en 2015, etc.). Mais les positions que défendent les différents pays lors de ces réunions ont bien entendu été préalablement construites, entre autres, sur les scènes nationales.
Les partis politiques sont à la fois les reflets des opinions publiques et les initiateurs des régulières redéfinitions des orientations politiques qui entourent la thématique du changement climatique. Ils filtrent également les demandes politiques de la société civile qui paraissent compatibles avec leur programme et leur faisabilité, et les transforment. Aux États-Unis, la polarisation politique autour de la question du changement climatique est aisément détectable . Le Republican Party se montre fortement critique, non seulement à l’égard des politiques climatiques discutées dans les cénacles de l’ONU, mais aussi, pour une part de ce courant, quant à l’existence du phénomène du changement climatique d’origine humaine. Ce type de position est particulièrement présent au sein du Tea Party. À l’inverse, le Democratic Party se montre nettement plus favorable à des objectifs climatiques, de même que, à l’instar du président Barack Obama ou du vice-président Al Gore précédemment, il reconnaît sans ambiguïté la réalité de ce phénomène physique, l’estime inquiétant et devant motiver l’action.
Qu’en est-il en Europe ? L’opinion publique s’y déclare majoritairement convaincue de la réalité de changements climatiques d’origine anthropique et la trouve préoccupante, même s’il existe une part significative de la population qui en doute. Ce scepticisme se traduit-il toutefois dans les programmes électoraux de certains partis politiques, à l’instar de ce que l’on constate aux États-Unis ? Telle a été la question à la base du présent Courrier hebdomadaire. Annonçons cependant d’emblée que ce que nous désignerons ici par « climato-scepticisme », au sens strict de mise en doute du changement climatique d’origine humaine, n’est qu’un aspect assez partiel de cette étude. Nos résultats révèlent en effet que cette position climato-sceptique est extrêmement minoritaire parmi les formations politiques d’Europe.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/182516

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
CRISP - Introduction - Moelher, Piet, Zaccai.pdfintroduction du courrier hebdomadaire du CRISPAuthor preprint86.71 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.