Reference : La diversité linguistique dans l'Empire romain au temps d'Irénée : l'Asie Mineure et ...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Arts & humanities : Classical & oriental studies
http://hdl.handle.net/2268/178144
La diversité linguistique dans l'Empire romain au temps d'Irénée : l'Asie Mineure et la Gaule
French
Rochette, Bruno mailto [Université de Liège > Département des sciences de l'antiquité > Langues et littératures anciennes (orient. clas.) : grec >]
In press
Irénée après Irénée : les traces d'un auteur grec perdu
Bastit, Agnès
Brepols
Cahiers de Biblia Patristica
Yes
Yes
International
Turnhout
Belgique
Irénée après Irénée : les traces d'un auteur grec perdu
11 au 13 juin 2015
Agnès Bastit
Strasbourg
France
[en] Originaire d’Asie Mineure, Irénée est un témoin de la situation de plurilinguisme dans l’Imperium Romanum du IIe s. apr. J.-C. Comme beaucoup de ses contemporains, il est venu à Rome, ville cosmopolite au centre de l’Empire. Plutôt que de retourner dans sa patrie natale, il a poursuivi sa route vers l’Occident pour se fixer en Gaule, à Lyon, dont il deviendra évêque. Irénée a donc connu plusieurs situations linguistiques. Il se meut d’abord au sein de l’Empire romain, où deux langues coexistent, le latin et le grec, qui atteignent, durant le IIe s., un point d’équilibre, dont témoignent certaines œuvres, comme les Nuits Attiques d’Aulu-Gelle. Ensuite, l’Asie Mineure, d’où est parti Irénée, se caractérise par une grande diversité linguistique et par une survivance des parlers locaux. Le christianisme s’est appuyé sur ces langues locales, persistantes dans les campagnes, tandis que les villes, hellénisées, restaient des foyers du paganisme. Enfin, en Gaule, la question est de savoir dans quelle mesure la langue des Gaulois a persisté et a pu être connue d’Irénée. A ce sujet, un passage de la préface de l’Adversus haereses (Οὐκ ἐπιτητήεις δὲ παρ᾿ἡμῶν, τῶν ἐν Κελτοῖς διατριβόντων καὶ περὶ βάρβαρον διάλεκτον τὸ πλεῖστον ἀσχολουμένων… « Tu n’exigeras de nous, qui vivons chez les Celtes et qui, la plupart du temps, traitons nos affaires en dialecte barbare… ») mérite d’être analysé. C’est probablement le latin qu’il faut voir dernière l’expression « dialecte barbare ».
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/178144
also: http://hdl.handle.net/2268/180867

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
IRENEE APRES IRENEE dépliant vs 2015-04-24 ter.pdfdépliant du colloquePublisher postprint1.15 MBRequest copy

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Restricted access
Irénée après Irénée.pptx3.49 MBRequest copy
Restricted access
Irénée-Strasbourgjuin2015.doc.docx71.69 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.