Reference : Quand science politique et droit dialoguent : quelle typologie des instruments mémori...
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/178133
Quand science politique et droit dialoguent : quelle typologie des instruments mémoriels en fonction du degré de contrainte ?
French
Grandjean, Geoffrey mailto [Université de Liège - ULiège > Département de science politique > Politique et norme >]
7-Feb-2015
15
Yes
Yes
International
Congrès CoSPoF
7 février 2015
Associations francophones de science politique
Lausanne
Suisse
[fr] Études sur la mémoire ; Contrainte ; Action publique
[en] Envisager les études sur la mémoire comme sous-champ de la science politique francophone ouvre des pistes enrichissantes pour les politologues, notamment lorsqu’ils sont amenés à analyser les instruments mémoriels régissant un ou plusieurs système(s) politique(s). Dans cette perspective, la communication vise à présenter, d’un point de vue épistémologique, les apports découlant de l’interaction entre les sciences politique et juridique dans le processus de consolidation des études sur la mémoire comme sous-champ disciplinaire de la science politique.

Plus précisément, la communication vise à offrir une typologie des instruments mémoriels en fonction du degré de contrainte et d’imposition d’une mémoire officielle. Par exemple, une résolution adoptée par une assemblée législative est faiblement contraignante alors qu’une loi réprimant le négationnisme impose à la fois une mémoire officielle tout en sanctionnant pénalement les citoyens qui ne la respectent pas. La typologie passe en revue les multiples instruments mémoriels pouvant être adoptés par les autorités publiques : résolution, loi déclarative, loi pénale, plan de commémorations ou encore mise en valeur d’un lieu de mémoire. L’accent est mis sur les instruments mémoriels de deux pays francophones : la Belgique et la France.

Au final, cette communication permet d’insister sur l’apport de la science politique en analysant l’exercice de prérogatives de puissance publique et sur l’apport de la science juridique en classifiant les types d’instruments mémoriels en fonction du degré de contrainte ; tout en faisant dialoguer des cas d’étude différents.
http://hdl.handle.net/2268/178133

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
ST31-Grandjean.pdfPublisher postprint311.46 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.