Reference : Voyage[s] à travers le thymus
Books : Book published as author, translator, etc.
Human health sciences : Endocrinology, metabolism & nutrition
Human health sciences : Immunology & infectious disease
http://hdl.handle.net/2268/173263
Voyage[s] à travers le thymus
French
[en] Journey[s] through the thymus
Geenen, Vincent mailto [Université de Liège - ULiège > > Centre d'immunologie >]
Sep-2016
Presses Universitaires de Liège
En préparation
Liège
Belgique
[en] Thymus ; Tolérance ; Soi ; Auto-immunité ; Histoire
[en] Cet ouvrage concis s'intéresse au thymus, un organe dont la fonction a échappé si longtemps au monde de la science que d'aucuns le considèrent encore aujourd'hui comme un vestige de l'évolution. Vous le connaissez néanmoins très bien car vous avez certainement consommé de très savoureux 'ris de veau' qui sont la dénomination culinaire du thymus de cet animal. Ce n'est qu'au cours des 60 dernières années environ que cet organe a livré un à un ses secrets les plus intimes jusqu'à occuper la place essentielle de 'petit cerveau' de notre système de défenses immunitaires. Cet essai concerne donc aussi l’immunologie, la science qui étudie les mécanismes de notre système de défenses, contre les agressions infectieuses surtout, en un mot l’immunité. Dès la fondation de cette nouvelle science à la fin du XIXe siècle, les immunologistes ont été confrontés à cet important paradoxe: comment notre système immunitaire, capable de réagir contre une multitude d’agents étrangers (ce qui est désigné comme le ‘non-soi’), est-il heureusement incapable en conditions normales d’agresser l’organisme qui l’héberge (le ‘soi’) ? Cette impossibilité du système immunitaire de réagir contre le ‘soi’ s’appelle la ‘tolérance immunitaire’ et elle est devenue aujourd’hui la pierre angulaire du fonctionnement normal de ce système. La rupture de cette tolérance est à l’origine des maladies dites ‘auto-immunes’. Il en existe environ 70 dont les plus connues sont le diabète juvénile insulino-dépendant (diabète de type 1) qui frappe les enfants et les jeunes adolescents, la plupart des affections de la glande thyroïde, la sclérose en plaques, le psoriasis et la polyarthrite rhumatoïde.
J’ai souhaité inviter le lecteur à pénétrer dans un monde qui était encore presque inconnu il y a moins de soixante ans, celui du thymus qui peut être qualifié aujourd’hui sinon de ‘cerveau’, au moins de programmeur central de la tolérance immunitaire. Les travaux menés par mon groupe à l’Université de Liège ont établi que le thymus constitue un carrefour crucial entre les trois grands systèmes de communication intercellulaire des espèces vivantes, les systèmes nerveux, endocrine et immunitaire. Ils ont démontré que le thymus joue un rôle unique dans la programmation de la tolérance immunitaire vis-à-vis des systèmes nerveux et endocrine. Ces études ont aussi établi qu’un dysfonctionnement du thymus joue un rôle moteur dans le développement des maladies auto-immunes spécifiques des glandes endocrines. En un mot, c’est d’abord le thymus qui est malade et non les organes touchés par le processus auto-immun pathogène qui résulte de cette pathologie du thymus. Mon plus vif espoir aujourd’hui est que la découverte de ce nouveau concept se traduise un jour par l’invention d’un nouveau type de vaccination contre le diabète des enfants et des adolescents.
Quelles sont les raisons qui ont motivé ma candidature au Prix littéraire Prince Alexandre de Belgique 2014.
1° La première était de témoigner ma reconnaissance à l’égard de la Fondation cardiologique Princesse Lilian qui a joué un rôle déterminant dans l’orientation de ma carrière de médecin-chercheur. En effet, cette Fondation a organisé en 1984 à Bruxelles un symposium international consacré au contrôle exercé par le système nerveux sur le système immunitaire. Mon promoteur, le regretté Pr Paul Franchimont, avait assisté à ce symposium et me conseilla vivement d’essayer de développer des activités de recherches dans ce tout nouveau domaine. C’est dans ce même esprit de reconnaissance à la Fondation Princesse Lilian que j’ai proposé que la chaire internationale du même nom soit confiée en 2015 à mon confrère allemand, lui aussi spécialiste du thymus, le Pr Bruno Kyewski de l’Institut allemand de la recherche contre le cancer à Heidelberg en Allemagne. Cette proposition a été acceptée et la leçon inaugurale de cette chaire a eu lieu le 16 mars 2015 en la Grande Salle Académique de l’Université de Liège.
2° Mon goût pour la littérature, qu’elle soit romancière, historique, scientifique ou philosophique, constitue incontestablement la deuxième raison de ma candidature au Prix Prince Alexandre. Combien de fois n’ai-je lu une œuvre littéraire en m’interrogeant si je serais capable moi-même d’écrire un jour un livre ? C’est aussi en me plongeant dans la littérature que j’ai vécu les plus beaux voyages initiatiques de la pensée.
3° Une autre raison essentielle qui m’a poussé à rédiger mes « Voyage(s) à travers le thymus » est la suivante. L’équipe de recherche que j’anime au Centre d’Immunologie du GIGA de Liège a contribué à mettre au jour un phénomène essentiel de la vie qui est apparu avec le premier thymus il y a environ 450 millions d’années chez les poissons cartilagineux comme la raie ou le requin. Cette ‘découverte’ d’un secret inouï de la vie suscite alors en vous une sensation d’émerveillement du même ordre que l’émotion qui vous étreint quand vous écoutez l’Oratorio de Noël ou la Passion selon Saint-Mathieu de Jean-Sébastien Bach, quand vous regardez un tableau de Piero de la Francesca, ou quand vous contemplez une merveille de la Nature comme le Grand Canyon du Colorado ou le lever du soleil sur Massif du Hoggar depuis l’ermitage du Père de Foucault à l’Assekrem. Vous pouvez très bien vivre seul un pareil émerveillement mais le premier désir que vous ressentez au fond de vous-même est de le partager avec vos proches. Ce désir irrésistible a joué lui aussi un rôle déterminant dans ma décision de consacrer la majeure partie de mes soirées de l'été 2014 à écrire ce texte et, surtout, à le rédiger de manière compréhensible pour toutes et tous. Et c’est là que réside la plus grande difficulté car, comme le disait Albert Einstein, « Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de six ans, c'est que vous ne le comprenez pas complètement ».
4° Enfin, les trente-cinq années de ma vie de médecin engagé dans la recherche ont exercé un impact considérable sur ma propre conception de la vie et de ses innombrables mystères. Mon essai se clôture par un témoignage personnel décrivant comment ces différents voyages ont nourri ma réflexion à propos des rapports entre la science et la foi. J’ai tenté d’expliquer qu’il était encore possible aujourd’hui de rester chrétien en devenant un scientifique quelque peu écouté, comment mes vies professionnelle et spirituelle pouvaient se nourrir l’une de l’autre tout en respectant leur indépendance.
Giga-Infection, Immunity and Inflammation
Fonds de la Recherche Scientifique (Communauté française de Belgique) - F.R.S.-FNRS ; Université de Liège ; Union Européenne = European Union - UE = EU ; Région wallonne : Direction générale des Technologies, de la Recherche et de l'Energie - DGTRE
Développement d'un self-vaccin négatif contre le diabète de type 1 basé sur la tolérance immunitaire programmée par le thymus
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/173263
http://www.fondsdentraidehulpfonds.be/spip.php?article31&lang=fr
http://reflexions.ulg.ac.be/VoyageThymus

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.