Reference : Étude de l’origine des populations d’Ayous (Triplochiton scleroxylon K. SCHUM) dans l...
Dissertations and theses : Master's dissertation
Life sciences : Environmental sciences & ecology
http://hdl.handle.net/2268/164239
Étude de l’origine des populations d’Ayous (Triplochiton scleroxylon K. SCHUM) dans les forêts du sud-est du Cameroun
French
Gorel, Anaïs mailto [Université de Liège - ULiège > Forêts, Nature et Paysage > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels >]
Aug-2012
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
MASTER BIOINGENIEUR EN GESTION DES FORETS ET DES ESPACES NATURELS
87
Doucet, Jean-Louis
[fr] Triplochiton scleroxylon K. SCHUM ; distribution; facteur édaphique ; agriculture itinérante sur brûlis
[fr] Triplochiton scleroxylon K. SCHUM (ayous) est une espèce tropicale héliophiles pionnière à haute valeur commerciale. Comme la plupart des espèces de ce tempérament, T. scleroxylon présente actuellement un déficit de régénération. Afin de pérenniser son exploitation il est nécessaire de comprendre quelles sont les conditions à l’origine de la distribution de cette essence. Deux hypothèses ont été testées dans cette étude. Premièrement, une hypothèse anthropique : l’ayous pour se régénérer aurait besoin de trouées larges dans le couvert forestier ; de telles trouées ont probablement été dues par le passé à une activité anthropique en particulier : l’agriculture itinérante sur brûlis. Deuxièmement, une hypothèse édaphique : la distribution de l’ayous serait fonction de la fertilité du sol ; l’ayous serait présent uniquement sur les sols les plus fertiles. Afin de valider ou non ces hypothèses nous avons récolté des données botaniques, pédologiques, anthracologiques et archéologiques sur trois sites répartis le long d’un transect situé dans les concessions de la société forestière SFID au sud-est du Cameroun. Les résultats de notre étude démontrent une relation claire entre la distribution de T. scleroxylon et la richesse du sol : l’espèce se retrouve dans des sols à pH élevé, riches en plusieurs cations métalliques et fuit les sols à pH faible et toxicité importante en aluminium. Nous n’avons pu établir aucune relation entre la présence d’ayous et des perturbations anthropiques passées. Cela est peut-être dû à l’homogénéité de la fréquence des activités anthropiques dans la zone d’étude.
http://hdl.handle.net/2268/164239

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
Gorel_TFE.pdfAuthor postprint6.35 MBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.