Reference : Aberrations chromatiques : de l’émulsion au pixel
Scientific journals : Article
Arts & humanities : Performing arts
http://hdl.handle.net/2268/158603
Aberrations chromatiques : de l’émulsion au pixel
French
Thonon, Jonathan mailto [Université de Liège - ULiège > Département des Arts et Sciences de la communication > Département des Arts et Sciences de la communication >]
In press
Cahiers Louis Lumière
Expériences de la couleur
Yes
[en] Couleur ; Cinéma ; Nicolas Provost
[en] Dans l’une de ses conversations avec Joachim Gasquet sur le sens de sa peinture (et de la peinture en général), Cézanne aborde de front la conception qu’il se fait de la couleur, dans son rapport à la profondeur picturale et de son articulation à la surface : « La nature n'est pas en surface ; elle est en profondeur. Les couleurs sont l'expression, à cette surface, de cette profondeur. Elles montent des racines du monde ». Cet « organisme de couleurs » que constitue le monde est transcrit dans la peinture de Cézanne par une dynamique symbiotique de la couleur et du dessin, de la ligne et du pan. La couleur restitue, par sa masse, son surgissement, son homogénéité, presque sa viscosité, la véritable chaire perceptive du monde ; une vision qui tient à distance la perspective géométrique, photographique, cinématographique fondée sur la transparence et qui repose, comme le signale Merleau-Ponty, sur la « réversibilité des dimensions » (surface-profondeur) et l’entrelacement des choses. C’est cette épaisseur du visible rendu par la couleur que l’économie de l’image numérique nous permet de redécouvrir, moins dans le registre de la « tactilité » de l’image et la picturalité du pixel, que par l’intégration, entre le support et l’image (parfois indiscernables dans le régime optique), d’un « corps » algorithmique qui règle l’actualisation du visible.
Certains défauts techniques du dispositif numérique, aujourd’hui élevés au rang de pratique artistique, permettent de révéler cette matrice qui utilise alors la couleur et la coulure comme mode de visibilité. C’est le cas du Datamoshing, technique de composition numérique qui revisite tout en la radicalisant la pratique de l’incrustation vidéo. Basée sur la perturbation volontaire d’éléments de la matrice, cette technique transforme les couleurs en une forme malléable et fluide révélant ainsi leur double nature spatiale : elles sont à la fois dans l’espace de l’image et l’espace de l’image lui-même.
Ces expériences de défigurations d’images s’inscrivent dans le registre des « aberrations chromatiques » dont nous proposons ici une rapide généalogie avant d’interroger la couleur digitale dans ses spécificités.
http://hdl.handle.net/2268/158603

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Aberrations chromatiques _ J.THONON .pdfAuthor preprint3.67 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.