Reference : Erosion littorale et migrations forcées de réfugiés environnementaux. L'exemple de Co...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Social & behavioral sciences, psychology : Human geography & demography
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Earth sciences & physical geography
http://hdl.handle.net/2268/155861
Erosion littorale et migrations forcées de réfugiés environnementaux. L'exemple de Cotonou, Bénin
French
[en] Shoreline erosion and forced migration of environmental refugees. The example of Cotonou, Benin
Ozer, Pierre mailto [Université de Liège - ULiège > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) >]
Hountondji, Yvon-Carmen [> >]
De Longueville, Florence mailto [Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix - Namur - FUNDP > Département de géographie >]
Aug-2013
8th International conference (IAG) on Geomorphology: « Geomorphology and sustainability », Paris, 27-31 August 2013
588
Yes
No
International
8th International conference (IAG) on Geomorphology
27-31 August 2013
International Association of Geomorphologists
Paris
France
[fr] Erosion littorale ; réfugiés environnementaux ; migration forcée ; Cotonou ; Bénin
[en] Shoreline erosion ; environmental refugees ; forced migration ; Cotonou ; Benin
[fr] Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux activités humaines parmi lesquelles les perturbations sédimentaires occasionnées par la construction de divers barrages dont celui de Nangbéto sur le fleuve Mono ; le blocage du transit littoral par les ouvrages portuaires de Cotonou ; les carrières de sable exploitées à même la plage ; et la diminution d’apports sédimentaires provenant de l’ouest
suite à divers travaux de protection des côtes. En utilisant la fonction multi dates disponible dans Google Earth, cet article estime la superficie érodée à Cotonou entre 2002 et 2011 à l’est de l’exutoire du Lac Nokoué. En outre, il évalue le nombre de maisons détruites ainsi que le nombre de personnes contraintes à une migration forcée. Les figures sont importantes puisque de l’ordre de cent mètres de zone côtière ont totalement disparu au cours des dix dernières années sur un tronçon de près de six kilomètres de long en pleine ville ou en proche périphérie.
Cette analyse montre qu’actuellement les dommageables modifications géomorphologiques résultent essentiellement de l’addition non envisagée d’activités humaines couplée à l’absence de gouvernance. Par ailleurs, nous sommes en droit de nous interroger sur les risques d’érosion côtière dans les décennies à venir avec l’amplification annoncée de l’augmentation du niveau des océans due au réchauffement climatique.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/155861
http://www.geomorphology-iag-paris2013.com/

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
ABSTRACTS_BOOK_IAG_PARIS_2013-Cover.pdfCover / Page de gardePublisher postprint307.66 kBView/Open
Open access
Ozer-Hountondji-de Longueville_IAG_PARIS_2013.pdfArticle (résumé)Publisher postprint26.48 kBView/Open

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
Erosion littorale et migrations forcées de réfugiés environnementaux_20130828.pdfPoster présenté le 28 août 2013 à Paris166.81 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.