Reference : De l'humeur dépressive à la dépression chez l'adolescent: Statistiques et narrativité
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Social & behavioral sciences, psychology : Treatment & clinical psychology
http://hdl.handle.net/2268/138594
De l'humeur dépressive à la dépression chez l'adolescent: Statistiques et narrativité
French
Boulard, Aurore mailto [Université de Liège - ULiège > Département Psychologies et cliniques des systèmes humains > Psycho. de la délinquance et du développement psycho. >]
14-Dec-2012
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgium
Docteur en sciences psychologiques
331
Gauthier, Jean-Marie mailto
Born, Michel mailto
Quertemont, Etienne mailto
Goossens, Luc mailto
Dumas, Jean mailto
[fr] Adolescent ; dépression ; statistiques
[en] narrativité
[fr] Cette thèse est composée de 3 recherches distinctes et complémentaires traitant de l’humeur dépressive et de la dépression à l’adolescence.

Notre première recherche s’est intéressée au contexte scolaire dans lequel l’adolescent passe une partie non négligeable de son temps. En quoi l’école, son contexte social et la relation avec les pairs, peuvent être en lien avec l’humeur dépressive ?

Les résultats de cette première recherche mettent en évidence l’importance du phénomène dépressif et les liens forts entre l’exclusion, le jugement et la depressive mood. 2896 étudiants de la communauté française de Belgique issus de 38 écoles différentes ont été interviewés dans le cadre d’une étude plus large sur la victimisation scolaire. De ces questionnaires ont été extraites différentes variables que nous avons mises en lien avec le phénomène d’humeur dépressive. Le modèle que nous avons testé explique 35% de la variance des scores à l’échelle de Moos (échelle de dépression), aussi bien chez les filles que chez les garçons.

Notre deuxième recherche a eu pour objectif de sortir de la sphère scolaire, en analysant les rapports aux parents et aux meilleurs amis. Une attention particulière a été portée à la comparaison sociale (le timing pubertaire perçu) et au jugement ressenti par les adolescents (en lien avec le sentiment d’exclusion de notre première recherche). 1485 étudiants ont été interviewés. Nos résultats montrent que même si l’attachement maternel et paternel diffèrent selon le sexe de l’adolescent et que les liens entre attachement parental, intimité amicale, timing perçu et humeur dépressive sont réels, on constate néanmoins que le groupe d’adolescents avec un score supérieur à 24 à la CES-D, réagissait de manière différente. Dans notre groupe d’adolescents dépressifs scolarisés, seuls le jugement et le timing pubertaire sont en lien avec leur score de dépression. Ces variables de comparaisons sociales nous ont amené à nous interroger sur le rôle de l’attachement parental ou du soutien amical dans la pathologie dépressive. L’hypothèse d’une nosographie spécifique à la pathologique dépressive cohabitant avec une humeur dépressive sur un continuum s’est alors construite peu à peu.

Notre troisième recherche a pour objet la comparaison de récits de vie de 60 adolescents âgés de 12 à 18 ans répartis en 3 groupes. Un groupe de 20 adolescents non dépressifs scolarisés, un groupe de 20 adolescents dépressifs scolarisés et un groupe de 20 adolescents hospitalisés pour épisode dépressif majeur. Notre recherche s’est portée sur les différences de forme et de contenu d’histoires de vie récoltées en fonction du groupe d’appartenance. Cette recherche nous a permis de mettre en évidence une structure du récit particulière aux différents groupes. Alors que les adolescents non dépressifs scolarisés parlent d’une manière fluide, en utilisant un vocabulaire plus riche, des temps verbaux différents (aussi bien le passé, le présent que le futur), une syntaxe complexe ; les adolescents hospitalisés parlent moins, utilisent moins de mots différents, un temps verbal passé et une construction de phrase plus simple. Le contenu du discours est également très différent en fonction du groupe d’appartenance. Si les adolescents non dépressifs scolarisés parlent de leurs amis, de leur famille et de leurs hobbies, les adolescents hospitalisés rapportent plus d’événements négatifs liés à leur vie familiale. Les adolescents dépressifs scolarisés en plus d’exposer des problèmes familiaux, focalisent leur attention sur leur scolarité.
http://hdl.handle.net/2268/138594
http://reflexions.ulg.ac.be/depressionados

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
these.pdfPublisher postprint142.76 kBView/Open

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
affiche_Boulard.doc154 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.