No full text
Unpublished conference/Abstract (Scientific congresses and symposiums)
Raymond Lemaire et le Quartier des Arts: infléchir la politique urbaine bruxelloise « de l’intérieur » au tournant des années 1970
Houbart, Claudine
2024Inventer/Inverser le Grand Paris. Vers une nouvelle histoire des métropoles?
 

Files


Full Text
No document available.

Send to



Details



Keywords :
réhabilitation; Bruxelles; microhistoire; patrimoine urbain
Abstract :
[fr] Au cours des années 1960, dans la foulée des travaux entrepris en vue de l’exposition universelle de 1958, la Ville de Bruxelles poursuit activement une politique de modernisation. Axée sur le logement et la circulation, cette politique se base sur les travaux d’urbanistes acquis au fonctionnalisme. Considérés comme insalubres, de nombreux quartiers anciens qui avaient échappé aux mutations de la ville au XIXe siècle disparaissent au profit d’immeubles-tours ou de voiries et échangeurs urbains. Jusqu’au milieu des années 1960, ces démolitions ne suscitent que peu d’émoi; seul un périmètre englobant la Grand-Place et ses abords, qualifié d’« îlot sacré », voit ses façades restaurées ou reconstruites, à la manière d’un décor urbain. La création de l’association Quartier des Arts, en 1967, centrée sur la protection et la valorisation d’une portion de la ville haute, autour de la Place Royale, marque un tournant. Conseillée par Raymond Lemaire, alors secrétaire général de l’ICOMOS tout récemment fondé et expert pour le Conseil de l’Europe, l’association promeut une véritable réhabilitation des quartiers anciens, ne se limitant plus aux façades. Pourquoi l’action de Quartier des Arts, qui apparait deux ans avant l’ARAU (Atelier de recherche et d’action urbaines), a-t-elle été boudée par l’historiographie? Le statut ambigu de l’association, pilotée par des représentants de l’élite entrepreneuriale, bien introduits dans les cercles politiques alors au pouvoir, et composée de représentants des gouvernements, institutions et administrations y est sans doute pour beaucoup. Loin des combats engagés et médiatiques menés par l’ARAU au nom du droit des habitants, Quartier des Arts, par sa nature-même, ne pouvait que travailler « de l’intérieur ». L’examen des processus à l’oeuvre dans une série de projets bruxellois, au tournant des années 1970, indique pourtant que l’association mérite de figurer au nombre des acteurs-clés de la transformation des politiques urbaines à cette époque de basculement vers un nouveau paradigme dans le traitement des quartiers anciens.
[en] In the 1960s, Brussels embarked on a modernization journey following the groundwork laid for the 1958 Universal Exhibition. Emphasizing housing and traffic solutions, the City’s agenda leaned heavily on functionalist urban planning ideals, resulting in the disappearance of the historic districts that had escaped the city’s nineteenth-century transformations in favor of high-rises and expansive road networks. Initially, these demolitions stirred little controversy, save for the preservation efforts around the Grand-Place and its vicinity, known as the ‘sacred block’, which saw its facades restored or rebuilt, in the manner of an urban décor. The creation of the Quartier des Arts association in 1967, focusing on protecting and enhancing a portion of the upper town around Place Royale, marked a turning point. Under the guidance of Raymond Lemaire, then Secretary General of the newly-founded ICOMOS and a Council of Europe expert, the association advocated for a holistic revitalization of old quarters, moving beyond mere facade restoration. Despite its emergence preceding that of ARAU (Atelier de recherche et d'action urbaines) by two years, Quartier des Arts has been completely sidelined in historical narratives. This oversight likely stems from the association’s ambiguous composition, led by business elites with political connections, and made up of representatives of governments, institutions and administrations. Unlike ARAU’s more visible, advocacy-driven campaigns for residents’ rights, Quartier des Arts operated primarily ‘from within’. Nevertheless, a closer examination of the processes at work in a series of Brussels projects at the turn of the 1970s shows that the association deserves to be considered as one of the key players amidst the paradigm shift towards a more comprehensive treatment of historic districts.
Research center :
AAP - Art, Archéologie et Patrimoine - ULiège [BE]
Disciplines :
Art & art history
Architecture
Author, co-author :
Houbart, Claudine  ;  Université de Liège - ULiège > Unités de recherche interfacultaires > Art, Archéologie et Patrimoine (AAP)
Language :
French
Title :
Raymond Lemaire et le Quartier des Arts: infléchir la politique urbaine bruxelloise « de l’intérieur » au tournant des années 1970
Alternative titles :
[en] Raymond Lemaire and the Quartier des Arts association: changing Brussels urban policy ‘from within’ at the turn of the 1970s
Publication date :
13 March 2024
Event name :
Inventer/Inverser le Grand Paris. Vers une nouvelle histoire des métropoles?
Event organizer :
Groupe transversal Inventer le Grand Paris (www.inventerlegrandparis.fr)
Event place :
Paris, France
Event date :
13-14 mars 2024
By request :
Yes
Audience :
International
Development Goals :
11. Sustainable cities and communities
Available on ORBi :
since 07 February 2024

Statistics


Number of views
19 (0 by ULiège)
Number of downloads
0 (0 by ULiège)

Bibliography


Similar publications



Contact ORBi