Reference : Les fins du monde font-elles genre ? Ou comment reconnaître une dystopie quand on en ...
Scientific conferences in universities or research centers : Scientific conference in universities or research centers
Arts & humanities : Literature
http://hdl.handle.net/2268/233683
Les fins du monde font-elles genre ? Ou comment reconnaître une dystopie quand on en lit une
French
Stienon, Valérie mailto [Université de Liège - ULiège > Département de langues et littératures romanes > Litt. française (19è et 20è) - Sociologie de la littérature >]
7-Mar-2019
National
séminaire « Lire l’anticipation » du FoReLLIS
7 mars 2019
Emilie Pézard (Université de Poitiers, laboratoire FoReLLIS B2)
Poitiers
France
[fr] Anticipation ; utopie/dystopie ; généricité
[fr] Les récits d'anticipation envisageant une extinction imminente de l’espèce humaine, une société anxiogène aliénante ou un contexte urbain problématique sont-elles lisibles comme des dystopies, à la mode de nos jours et préparées par les romans-phares de Huxley, Orwell, Bradbury, Zamiatine notamment ? Une grille de lecture commune entre ces diverses productions, en mots et en images, est-elle possible pour la période allant de 1800 à 1950, dans l'ère culturelle francophone ? Ces textes relèvent-ils du même genre ? La question en recouvre au moins deux : les assimilons-nous au même ensemble ; les lecteurs de l’époque les lisaient-ils comme faisant partie d’un ensemble ? Cette communication consacrée aux dystopies réfléchit aux critères de la généricité manifestés par des classes de textes hétérogènes et constituées, en partie, rétrospectivement.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/233683

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.