Reference : Programme de soutien aux aidants de patients présentant la maladie d’Alzheimer : une ...
Scientific congresses and symposiums : Poster
Social & behavioral sciences, psychology : Social, industrial & organizational psychology
http://hdl.handle.net/2268/201849
Programme de soutien aux aidants de patients présentant la maladie d’Alzheimer : une étude de cas
French
Clesse, Audrey mailto [Université de Liège > Département de Psychologie > Psychologie de la sénescence et du vieillissement >]
Missotten, Pierre mailto [Université de Liège > Département de Psychologie > Psychologie de la sénescence et du vieillissement >]
Adam, Stéphane mailto [Université de Liège > Département de Psychologie > Psychologie de la sénescence et du vieillissement >]
5-Jul-2016
No
International
1ères assises internationales de la recherche sur l’aidance
du 4 juillet 2016 au 5 juillet 2016
Université de Bordeaux
Bordeaux
France
[fr] Aidant proche ; Maladie d'Alzheimer ; Soutien
[fr] Il est largement reconnu que vivre au jour le jour avec un proche atteint de la maladie d’Alzheimer est une situation particulièrement éprouvante. La charge générée par cette maladie peut menée à des états de fatigue psychologiques et physiques, voir au burnout, pour l’aidant. Plusieurs études sur la santé des aidants prenant en charge un proche dément ont montré qu’ils constituent, en comparaison aux personnes s’occupant d’un individu âgé non dément, une population à risque, notamment en termes de symptômes dépressifs, détresse psychologique ou de problèmes de santé. Ces constats alarmants justifient la mise en place de programmes de soutien visant à offrir un suivi thérapeutique aux personnes ayant un conjoint ou un parent présentant une démence de type Alzheimer.
Nous présentons l’étude de cas de Mme C.G., fille d’une patiente âgée de 79 ans, ayant suivi le programme de soutien développé par Adam et al. (2009), basé sur l’approche de gestion du stress qui suggère l’utilisation de stratégies d’ajustement centrées sur la résolution de problèmes. Avant et après l’intervention, Mme C.G. a répondu à différents questionnaires examinant sa santé psychologique (MBI, BDI-II, STAI, etc.), sa manière de gérer la maladie de son parent (WCC, CAMI, SCQ, etc.) et l’état général de la patiente (ADRQL, IADL, NPI).
La comparaison pré et post-intervention apporte des éléments positifs, notamment concernant l’amélioration de la qualité de vie de l’aidante, de son sentiment de compétence et d’efficacité à gérer la maladie au quotidien. Concernant le burnout, qui était la priorité de cette intervention, nous constatons que l’épuisement émotionnel de l’aidante tend à diminuer au cours des séances de counseling. Un autre constat particulièrement important concerne les changements familiaux opérés tout au long de la thérapie ; ce qui pose question quant à la réorganisation de la dynamique familiale.
Ces résultats positifs démontrent l’importance de développer des programmes d’aide aux aidants grâce à une approche clinique globale et holistique de la situation, étant donné les composantes neuropsychologiques, cognitives et systémiques impliquées.
http://hdl.handle.net/2268/201849

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.