Reference : L’instrumentation de la mémoire en Belgique : Comment les autorités publiques francop...
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/201014
L’instrumentation de la mémoire en Belgique : Comment les autorités publiques francophones et flamandes influencent-elles le jeu mémoriel ?
French
[en] Instrumentation of remembrance in Belgium: how do the French and the Flemish Communities influence the memory field?
Nossent, Jérôme mailto [Université de Liège > Département de science politique > Politiques publiques et relations internationales >]
27-Jul-2016
https://www.ipsa.org/fr/my-ipsa/events/istanbul2016/paper/linstrumentation-l%C3%A9gislative-de-la-m%C3%A9moire-en-belgique-le-d%C3%A9cret-m
No
No
International
24ème Congrès international de science politique
23 juillet 2016 - 28 juillet 2016
Association internationale de science politique - AISP/IPSA
Poznan
Pologne
[fr] Instrumentation mémorielle ; Décret-mémoire ; Influence ; Comité spécial pour l’Éducation à la Mémoire ; Autorités publiques belges ; Politiques mémorielles ; Bijzonder Comité voor Herinnering
[en] Remembrance education ; Remembrance policies
[fr] Les études mémorielles identifient généralement les mémoires collectives comme transmises au travers de groupes particuliers (familles, collectivités, nations,…et communautés). Parmi ces groupes, certains peuvent se prévaloir de l’institutionnalisation des mémoires, faisant d’elles des mémoires collectives officielles, par le biais de politiques mémorielles. Les autorités publiques peuvent effectivement être considérées comme initiatrices de telles politiques, recourant pour ce faire à de multiples instruments mémoriels : commémorations, lois dites « mémorielles » ou autres instruments législatifs.

En mars 2009, la Communauté française de Belgique s’est dotée d’un tel instrument mémoriel, le « décret mémoire ». Celui-ci vise à la transmission de la mémoire de crimes d’envergure (dont les génocides) et de la résistance à leurs instigateurs, par la promotion de certains organismes et activités. De l’autre côté de la frontière linguistique belge, la Communauté flamande s’est dotée, en 2008, d’un « Comité spécial d'éducation à la mémoire ». Ce Comité spécial organise la promotion d'activités en lien avec diverses mémoires.

Les approches adoptées par les autorités publiques de part et d’autre de la frontière linguistique peuvent toutefois être étudiées en vis-à-vis, dans une perspective comparée. En interrogeant les similitudes et les divergences, les rôles des autorités publiques, les moyens et les buts poursuivis, la communication cherche à savoir si les cadres institués permettent l’égal soutien de mémoires plurielles ou, au contraire, s’ils rendent l’accès à celui-ci plus inégalitaires.
Association belge de science politique ; Université de Liège
Researchers ; Professionals
http://hdl.handle.net/2268/201014

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.