Reference : Prévoir/prévenir la contamination : récit d’anticipation et hygiénisme
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference/Abstract
Arts & humanities : Literature
http://hdl.handle.net/2268/187923
Prévoir/prévenir la contamination : récit d’anticipation et hygiénisme
French
Stienon, Valérie mailto [Université de Liège > Département de langues et littératures romanes > Litt. française (19è et 20è) - Sociologie de la littérature >]
7-Nov-2015
No
No
International
41st Annual Nineteenth-Century French Studies Colloquium (NCFS)
5-7
Goran Blix
Princeton University
New Jersey, USA
[fr] discours social ; roman d'anticipation ; littérature et représentations
[fr] Au croisement de la médecine, de l’urbanisme et du réformisme social, les théories hygiénistes influencent profondément les conceptions du vivre-ensemble au XIXe siècle en France. Au même moment, les romans d’anticipation développent des préoccupations similaires à travers leurs visions de la communauté : conditions fragiles de la santé publique, mesures prophylactiques contre l’épidémie, mises à l’épreuve du corps social et des infrastructures urbaines. Émile Souvestre envisage l’allaitement des enfants à la vapeur (Le Monde tel qu’il sera, 1846), Jules Verne conçoit France-Ville comme la « cité du bien-être » centrée sur la propreté (Les Cinq Cents Millions de la Bégum, 1879), Léon Daudet satirise une autocratie médicale devenue meurtrière par l’application outrancière des lois d’hygiène (Les Morticoles, 1894) et Paul Adam présente l’organisation des villes selon les cycles de la reproduction, favorisant la femme enceinte mais rendant stérile le soldat (Les Lettres de Malaisie, 1898).
Les convergences entre les théories hygiénistes et les récits d’anticipation reposent non seulement sur un discours social et idéologique privilégiant certaines topiques comme la contamination, mais aussi sur des formes d’expression spécifiques, l’hygiénisme ayant généré nombre d’écrits – du traité à l’essai – caractérisés par leur propre poétique. Poser des principes, édicter des lois, recenser les composantes du corps social, réformer les mœurs, cartographier la ville et catégoriser ses habitants : ces démarches cognitives et les rhétoriques qui leur sont associées transitent aussi par la fiction romanesque, qui les fait siennes. On propose d’examiner ce double aspect : entre théorie et application, entre discours social et roman, comment la fiction d’anticipation s’approprie-t-elle l’hygiénisme pour en confirmer les principes, les critiquer ou les réinventer ? Quelles sont les modalités de ce dialogue à la fois prédictif et prescriptif (intégration, citation, transposition) ? Enfin, une évolution est-elle perceptible au long de la seconde moitié du siècle ?
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/187923

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.