Reference : Why i"I had not read Derrida": Often too close, Always too far away
Parts of books : Contribution to collective works
Social & behavioral sciences, psychology : Animal psychology, ethology & psychobiology
http://hdl.handle.net/2268/183414
Why i"I had not read Derrida": Often too close, Always too far away
English
[en] Pourquoi je n'ai pas lu Derrida, souvent trop proche, toujours trop loin
Despret, Vinciane mailto [Université de Liège > Département de philosophie > Département de philosophie >]
2015
French Thinking about Animals
Mackenzie, Lousa
Posthumus, Stephanie
Mishigan State University Press
The Animal turn Series
91-104
No
978-1-61186-152-5
Esat lansing
USA
[en] Derrida Philosophy Human exceptionalism Birds field practices devices
[en] Ce chapitre se propose d'envisager les manières de réguler la distance avec l'animal, dans les pratiques philosophiques. Nous avons été, ceux de ma génération de chercheurs continentaux dont moi-même, pris entre d'une part, cette tendance très francophone de n'envisager l'animal que comme support de représentations (en maximalisant la distance), et d'autre part le sentiment qu'il était nécessaire de prendre position ( et donc de réduire cette distance), en essayant de trouver des modes compatibles avec le rejet que cette attitude ne manquerait pas de provoquer. Bruno Latour et Isabelle Stengers ont apporté, à cet égard, des outils précieux, et notamment en ouvrant la question de la sociologie des sciences à la normativité, par le biais, pour le premier, de la notion d'amateur, pour la seconde de celle de "récalcitrance". L'influence de Donna Haraway, ce sera mon hypothèse, en quelque sorte prolonge (et repose sur) cette veine ouverte et nous offre une manière encore différente de travailler et de repenser la distance.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/183414

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.