Reference : Poéticas del fracaso en la narrativa de David Toscana
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Arts & humanities : Literature
http://hdl.handle.net/2268/169163
Poéticas del fracaso en la narrativa de David Toscana
Spanish
Scheffer, Aurélie mailto [Université de Liège - ULiège > > > Doc. lang. & lettres (Bologne)]
25-Jun-2014
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
Docteur en langues et lettres
[fr] Jusqu'à ce jour, l’œuvre de David Toscana (Monterrey, 1961) n'a été abordée par la critique que timidement et de façon partielle. Parmi cette maigre littérature critique, il est intéressant de remarquer la fréquence d’occurrence d'un mot en particulier: “échec” (fracaso). Cette thèse se propose d'examiner les différentes manifestations intratextuelles de l'échec (Bärtschi et Leuzinger) dans l’œuvre toscanienne, c'est-à-dire, les formes fictionnelles de l'échec. Nous avons choisi de diviser notre étude en deux chapitres principaux: personnages et espace. Dans le premier, nous mettons en relation la notion d'échec et les divers protagonistes qui peuplent l'univers toscanien et tentons de comprendre dans quelle mesure ces derniers peuvent recevoir le qualificatif de “ratés” (fracasados). Plus concrètement, cette observation des personnages principaux favorise la réflexion sur ce que David Freundenthal appelle échec interne, en d'autres termes, l'échec très personnel et subjectif que ressent et vit l'individu, frustré dans ses désirs, ses projets et ses tentatives.

À notre étude de l'échec interne correspond une perspective d'analyse interne: dans un premier temps, nous privilégions une approche de l’œuvre essentiellement orientée vers le texte même, et par conséquent, volontairement détachée de son contexte. Si nous optons pour ce type d'approche, nous nous refusons cependant à nous limiter à une analyse strictement thématique. Ainsi, nous pensons l'échec tant d'un point de vue thématique qu'en fonction de ses manifestations dans le processus d'écriture, c'est-à-dire, à travers les techniques et structures narratives appliquées au texte littéraire. L’œuvre du narratologue français Gérard Genette intitulée Figures III nous sert d'appui théorique dans l'appréhension des formes narratives de l'échec.

Le second chapitre met l'accent sur la relation entre échec et espace narratif. En réalité, tous les personnages de Toscana partagent un même espace, le Mexique. Selon nous, la représentation que l'auteur fait de cet espace est à son tour inséparable de la notion d'échec. Aux antipodes des “foundational fictions” (Sommer), l’œuvre met en scène une nation désunie, incapable de se définir, d'assumer le passer et d'aller vers l'avant, incapable de synthétiser ses divergences, de respecter ses traditions, de s'identifier à un profil de valeurs propre. Ainsi, par exemple, la famille et la religion apparaissent, sous la plume de Toscana, comme des valeurs stériles et insubstantielles. Cette approche ne renvoie donc plus à l'échec interne mais bien à l'échec diagnostiqué de l'extérieur ou échec externe, selon l'expression de Freundenthal: indirectement et avec subtilité, Toscana postule le non-aboutissement d'un projet, celui qui aspirait à la constitution d'une nation mexicaine forte et cohésive, orientée vers l'avenir.

Ce second chapitre repose sur les principes majeurs de l'analyse du discours. Pratiquer l'analyse du discours suppose l'acceptation que chaque phrase porte en elle un message qui la dépasse et dont le sens est à chercher tant dans son contexte d'énonciation que d’interprétation. Rejetant l'opposition traditionnelle entre texte et contexte, entre un “intérieur” et un “extérieur”, l'analyse du discours littéraire privilégie une conception du texte comme maillon d'une longue chaîne appelée “interdiscours” et qui correspond à “l'ensemble des unités discursives avec lesquelles un discours particulier entre en relation implicite ou explicite” (Charaudeau et Maingueneau 2005: 334). Le texte littéraire est donc à considérer “relationnellement et historiquement” (Meizoz 2010: 66) puisqu'il s'inscrit toujours dans un processus de communication, dans un échange réel ou virtuel avec la parole d'autrui.

Adoptant cette perspective, nous décidons de chercher et de créer du sens à travers la mise en relation du texte toscanien avec un certain discours sur la mexicanité. En fait, l'échec se manifeste selon nous à travers la présence d'une série d'images nationales stéréotypées que l'écrivain régiomontain récupère et manipule à sa guise dans l'ensemble de son œuvre. De ce jeu avec les stéréotypes découle la construction d'un imaginaire national déterminé traduisant, de manière implicite et symbolique, l'échec de la nation mexicaine. Ainsi, nous insistons notamment sur l’affinité entre la fiction toscanienne et le célèbre discours sur la mexicanité d'Octavio Paz, énoncé dans son essai Le labyrinthe de la solitude. Plus que de simples traces de banalité, ces stéréotypes qui envahissent l’œuvre de Toscana constituent à nos yeux de véritables éléments narratifs dotés d'une fonction constructive et productive propre. La théorie des stéréotypes, une des nombreuses théories littéraires qui se revendiquent de l'analyse du discours, constitue le cadre théorique principal de ce second chapitre.
http://hdl.handle.net/2268/169163

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.