Publications of Céline BODART
Bookmark and Share    
See detailArchitecture and deconstruction: translation as a matter of speculative theory
Bodart, Céline ULiege

in Bodart, Céline (Ed.) ROUTES OF KNOWLEDGE. Journeys and vehicles of architectural theory, 196X-199X (2019, January)

If this conference proposes to explore the singular and minor expressions of architectural theory, it could at first seem strange to propose here a paper about the so-called derridean years of ... [more ▼]

If this conference proposes to explore the singular and minor expressions of architectural theory, it could at first seem strange to propose here a paper about the so-called derridean years of architecture. Rather, the vast body of literature produced on this specific episode argues that the encounter of architectural discourses with derridean deconstruction played a major role into the implementation of "the gilded age of theory" (Mallgrave, Goodman, 2011). But such an "age" needs now to be redefined in regard with its own cultural boundaries. What the decon has produced in the Anglo-American field of architectural theory is not what the deconstruction has produced on the French-speaking part of the debate (following the argument of Cusset, 2005). In France, the question of the effects of the Derrida's philosophy on the contemporary architectural discourses and practices still causes a kind of discomfort. "As if" no one could face with what this disciplinary cross-over of the mid-eighties both has produced and has not succeeded in producing; "as if", failure or not, this experimental encounter could had been no effects or consequences on the theories and practices which succeeded it. From one cultural context to another, we have two different versions of a same history. Different but not unrelated. The proposition is here to invest the productive gap between these overlapped versions, in order to question their respective modes of construction but also to re-open their ways of being transmitted. From an original translation of Derrida's Haunt (Wigley, 1993) in French, I would present a methodological approach (Despret, 2001) which attempts to create the conditions of a renewed relation between different versions of what the deconstruction could have produced in architecture. The exercise of the translation is seen as a way to question the co-existence of these different possible versions; a way to slow down the multiple gestures which hastily sweep the hesitations in the shared course of their history. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (3 ULiège)
See detailArchitecture et déconstruction, remises en jeu d'une rencontre: raconter, traduire, hériter.
Bodart, Céline ULiege

Doctoral thesis (2018)

Cette thèse s'adresse à un domaine de recherche nommé "architecture et philosophie". La spécificité de ce domaine s'inscrit dans la question d'une coordination possible entre ces deux disciplines. Afin de ... [more ▼]

Cette thèse s'adresse à un domaine de recherche nommé "architecture et philosophie". La spécificité de ce domaine s'inscrit dans la question d'une coordination possible entre ces deux disciplines. Afin de mieux comprendre ce à quoi tient ce "et", nous proposons de revenir sur un épisode singulier de son histoire: la rencontre entre la déconstruction derridienne et la culture architecturale anglo-américaine de la seconde moitié du 20e siècle. Trois parties composent la restitution de cette recherche. Premièrement, il s'agit d'étudier comment se raconte cette rencontre depuis différentes situations d'énonciation (anglo-américaine et francophone), afin de mettre en avant comment des réceptions et appropriations culturelles variées conditionnent des poursuites théoriques spécifiques. D'un milieu à l'autre, entre les versions d'une même histoire, il y a de l'écart. L'objet principal de la thèse est alors d'investir l'écart entre ces versions par la mise en traduction de certaines traces de son histoire (Wigley 1993; Kipnis 1997). La seconde partie propose d'expérimenter comment traduire aujourd'hui en français ce qu'ont produit les Derridean years de l'architecture. Enfin, il s'agit de reconsidérer l'héritage de cette rencontre comme un problème à construire, en vue de remettre en jeu l'histoire longue et oscillante de l'hospitalité des discours de l'architecture. Cette thèse est une focale construite sur un épisode de l'histoire récente. En proposant d'en expérimenter de nouveaux modes d'énonciation, nous soutenons l'hypothèse que ces modes spécifiques permettent de transformer et ré-engager notre attention sur les conditions de rencontre entre architecture et philosophie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (8 ULiège)
See detailAu tournant de l'expérience: interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive.
Younès, Chris; Bodart, Céline ULiege

Book published by Hermann (2018)

Bien sûr, l’expérience n’est pas une ligne droite ; elle est toujours et déjà constituée de tournants, de tourments et de retournements. Mais d’où vient cette intuition que ce tournant, aujourd’hui et ... [more ▼]

Bien sûr, l’expérience n’est pas une ligne droite ; elle est toujours et déjà constituée de tournants, de tourments et de retournements. Mais d’où vient cette intuition que ce tournant, aujourd’hui et maintenant, mérite de s’y arrêter pour le penser ? Au croisement de l’architecture et de la philosophie, nous avons invité des auteurs à rendre compte de la diversité des trajectoires de pensée et des actions, multipliant ainsi les prises et reprises pour interroger ce qui se construit et partager ce qui nous arrive. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (1 ULiège)
See detailReprises : Claire Schorter, BASE, ateliergeorges et Cuesta
Bodart, Céline ULiege; Roberties, Emmanuelle

in Younès, Chris; Bodart, Céline (Eds.) Au tournant de l'expérience: interroger ce qui se construit, partager ce qui nous arrive. (2018)

Pour interroger ce qui se construit et partager ce qui nous arrive, nous avons choisi de solliciter différentes pratiques du projet, se posant la question suivante : comment l’expérience du projet, qu’il ... [more ▼]

Pour interroger ce qui se construit et partager ce qui nous arrive, nous avons choisi de solliciter différentes pratiques du projet, se posant la question suivante : comment l’expérience du projet, qu’il soit architectural, urbain et/ou paysager, nous informe (et du même geste forme) d’une sorte de tournant à l’oeuvre dans toutes ces pratiques dites de conception ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (0 ULiège)
See detailLES UTOPIES D'ENGLEBERT : QUAND L'ESPRIT NOUVEAU SOUFFLAIT JUSQU'À LIÈGE.
Bodart, Céline ULiege

Scientific conference (2017, November 23)

Detailed reference viewed: 16 (4 ULiège)
Full Text
See detailQuand l'"esprit nouveau" soufflait jusqu'à Liège
Bodart, Céline ULiege; Dawans, Stéphane ULiege

in Charlier, Sébastien (Ed.) Les utopies de Jean Englebert (2017)

Il s'agit de situer la carrière de Jean Englebert, Professeur à la Faculté des Sciences appliquées, section Architecture, dans le contexte d'effervescence "moderniste" qui a eu lieu à Liège autour de 1968 ... [more ▼]

Il s'agit de situer la carrière de Jean Englebert, Professeur à la Faculté des Sciences appliquées, section Architecture, dans le contexte d'effervescence "moderniste" qui a eu lieu à Liège autour de 1968 - ce que Nancy Delhalle appelle dans l'essai qu'elle a dirigé : le tournant des années 1970. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (4 ULiège)
See detail2nd International Conference, Architecture & Philosophy: AT THE TURN OF THE EXPERIENCE, questioning what we build, sharing what we face
YOUNES, Chris; BONNAUD, Xavier; Bodart, Céline ULiege et al

Scientific conference (2016, March)

The conference is an initiative of the GERPHAU lab, research group for Philosophy, Architecture, Urban (Architecture School of Paris La Villette, UMR 7218 CNRS-Lavue), in partnership with Cité de l ... [more ▼]

The conference is an initiative of the GERPHAU lab, research group for Philosophy, Architecture, Urban (Architecture School of Paris La Villette, UMR 7218 CNRS-Lavue), in partnership with Cité de l'Architecture et du Patrimoine and philAU (a scientific thematic network : Philosophy, Architecture, Urban). This conference is also supported by ARENA(Architectural Research in Europe Network Association), a shared platform that aims to promote, support, develop and disseminate high-quality research in all fields of architecture in the widest sense. The proposal of the conference AT THE TURN OF THE EXPERIENCE is to start with the hypothesis that the architecture could be conceive as a way of enquiring on this new experience of the world. Because it provides precisely access to the experience modalities of the building world, we argue that it could in return reveal such a processing paradigm shift in the making of human settlements. We invite to re-invest and re-question its representation apparatus that it used to deploy on territories in order to translate in fictions and projects what these ones could become. To discuss about these apparatus just as such these possible translations, the conference is addressed to all researchers and practitioners, architects and creators, the experienced ones and the experiencing ones as well, whose works attempt to question what we build and to share what we face. [less ▲]

Detailed reference viewed: 65 (5 ULiège)
Full Text
See detailintroduction et inter-duction; les règles du jeu.
Bodart, Céline ULiege

in YOUNES, Chris; BONNAUD, Xavier; Bodart, Céline (Eds.) Encore l'architecture, encore la philosophie. (2016)

The international conference « encore l'architecture – encore la philosophie » is an initiative of the GERPHAU lab, research group for Philosophy, Architecture, Urban (Architecture School of Paris La ... [more ▼]

The international conference « encore l'architecture – encore la philosophie » is an initiative of the GERPHAU lab, research group for Philosophy, Architecture, Urban (Architecture School of Paris La Villette, UMR 7218 CNRS-Lavue), in partnership with Cité de l'architecture et du patrimoine, UMR-Lavue (Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement) and philAU (a scientific thematic network : Philosophy, Architecture, Urban). This conference is the first ARENA conference (Architectural Research in Europe Network Association), a shared platform that aims to promote, support, develop and disseminate high-quality research in all fields of architecture in the widest sense. The network already includes researchers from leading European architecture schools. Synopsis. In Paris in 1987, a first event was held to celebrate the meeting of two disciplinary fields, entitled “Mesure pour mesure, architecture et philosophie”. Architects and philosophers were invited to discuss together how philosophy could capture better what determines architecture itself. Now, on the occasion of a new international conference, the GERPHAU Lab seeks to restate and refresh the question of the meeting of architecture and philosophy, by asking: what still remains today of our cross-over practices? ENCORE L'ARCHITECTURE, ENCORE LA PHILOSOPHIE. To build together these reflections about the future of our respective practices, why don't we hold to the hypothesis that our recent histories, in architecture as well as philosophy, could be written through the addition of a few prefixes? In linguistics, a prefix does not only serve the formation of a new word: it also regenerates the question of the meaning of the word. It is a discursive invention and its real strength lies in its ability to engage a new type of relationship with the world. Re-, alter-, eco-, co-, bio-, etc., these prefixes have clung to both our discourses as well as our disciplines. But in what way do they question the meaning of our practices? In archi-tecture as in philo-sophy, how do these successive re-definitions put the fundamentals into question, and how do they disturb their alleged unity inherited from Ancient Greece? And, moreover, how does the over-use of prefixes help us to understand what still makes sense in philosophy, or what still makes sense in architecture? The key issue of this conference, ‘Encore l'architecture, Encore la philosophie’, will be to trace backwards the stream of architectural and philosophical ideas through the thematic of the prefix as constituting a form of narrative. The conference will aim to trace the paths of their development, and other influencing factors, so as to return to those meetings between architecture and philosophy which already have oriented, re-oriented and sometimes dis-oriented our speech. It will be a meeting at which we invite participants to retell the story of our disciplines in order to grasp what it is still unique today about our practices. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (2 ULiège)
Full Text
See detailCartes, pouvoir, fiction et traduction.
Bodart, Céline ULiege

in BONZANI, Stéphane; GUEZ, Alain (Eds.) Représenter la transformation. Temporalités des milieux habités. (2016)

Comment observer le monde en transformation ; comment représenter et se représenter le monde toujours déjà pris dans sa transformation ? Il ne s'agira pas ici de répondre à ces questions, mais de ... [more ▼]

Comment observer le monde en transformation ; comment représenter et se représenter le monde toujours déjà pris dans sa transformation ? Il ne s'agira pas ici de répondre à ces questions, mais de travailler avec elles. Pas de solution inéluctable ni d'annonce de savoirs inédits, juste une déclinaison de ces questions à travers différents champs et pratiques de pensées. Si ces questions de représentation se sont déjà engagées dans le domaine des savoirs cartographiques, il y a à présent lieu de forcer pour d'autres leur traduction, d'abord artistique et ensuite, peut-être, architecturale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (4 ULiège)
Full Text
See detailLES CONDITIONS DU COMMUN À L’ÉPREUVE DE SA CONSTRUCTION ; restitution d’une enquête en cours sur la vallée de la Vilaine, Rennes.
Bodart, Céline ULiege; Pihet, Valérie

in Lieux Communs (2016), 18(automne),

Dans cette proposition d'article, il sera question de mettre en avant l’originalité et la pertinence de l’approche de Cuesta en tant que lieu de recherche non-institutionnalisé, à partir d’une ... [more ▼]

Dans cette proposition d'article, il sera question de mettre en avant l’originalité et la pertinence de l’approche de Cuesta en tant que lieu de recherche non-institutionnalisé, à partir d’une expérimentation actuellement menée sur le territoire rennais. Cuesta est une structure coopérative récemment formée par une urbaniste et une productrice, et dont l'objectif est de faire intervenir les processus artistiques en amont des projets d'aménagement, pour leur permettre d'impacter sur ceux-ci. Cet article proposera alors une « relecture » des intentions de Cuesta à partir de la théorie politique du philosophe américain, John Dewey, afin de voir comment considérer ce type de travail comme la mise en place de dispositifs d'enquête visant à reconstruire un cadre spécifique d'expérience pour qu'un public puisse s'auto-constituer autour de problématiques situées. De ce croisement entre théorie et pratique, le but sera d'interroger les logiques de constitution du laboratoire au regard de cette approche innovante considérée comme nouveau type de recherche territoriale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (2 ULiège)
See detailThe 'twelfth camel' and the inheritance of the deconstruction in architectural practices.
Bodart, Céline ULiege

Conference (2015, November)

Most of recent anthologies on architectural theory concede that the encounter between architects and the derridean philosophy of deconstruction has marked a kind of turning point in our architectural ... [more ▼]

Most of recent anthologies on architectural theory concede that the encounter between architects and the derridean philosophy of deconstruction has marked a kind of turning point in our architectural practices (Sykes, 2010; Mallgrave, Goodman, 2011; Greig, Cairns, Heynen, 2012). Yet this specific episode of our late history seem still provoke a kind of discomfort in the French-speaking part of the contemporary architectural debate. It is as if no one could take on what this disciplinary crossing of the mid-eighties both has produced and has not succeeded in producing. So now, thirty years later, how to be the heirs of such a theoretical experiment? “Inheritance is never a given; it is always a task. It remains before us” (Derrida, 1994). The present paper will attempt to develop what is at stake in the question of the inheritance of deconstruction in architecture. But if inheritance is a “task”, the concern is not here to simply describe it but to take on this task; the concern is to take part at the always ongoing building of this theoretical inheritance. Based on a thesis research still in progress, the paper will present some of the methodological experiments (Despret, 2001) set up in order to build an inheritance for deconstruction in the French-speaking part of architectural debate, and more specifically the original French translation of Wigley's essay, “The Architecture of Deconstruction: Derrida's Haunt”. The translation is here to be understood as an artifact from which new ways to inherit this historical turning of architectural theory can be built. But how to build such an inheritance in a way that doesn't erase its contradictions? And what does it mean to build it today ? The entire methodological apparatus of this attempt of translation will be display as a speculative process, considering theory as a living material for architectural creation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (1 ULiège)
See detailThe Twelfth Camel and the Legacy of the Deconstruction in Architectural Practices
Bodart, Céline ULiege

Conference (2015, November)

Most of recent anthologies on architectural theory concede that the encounter between architects and the derridean philosophy of deconstruction has marked a kind of turning point in our architectural ... [more ▼]

Most of recent anthologies on architectural theory concede that the encounter between architects and the derridean philosophy of deconstruction has marked a kind of turning point in our architectural practices (Sykes, 2010; Mallgrave, Goodman, 2011; Greig, Cairns, Heynen, 2012). Yet this specific episode of our late history seem still provoke a kind of discomfort in the French-speaking part of the contemporary architectural debate. It is as if no one could take on what this disciplinary crossing of the mid-eighties both has produced and has not succeeded in producing. So now, thirty years later, how to be the heirs of such a theoretical experiment? “Inheritance is never a given; it is always a task. It remains before us” (Derrida, 1994). The present paper will attempt to develop what is at stake in the question of the inheritance of deconstruction in architecture. But if inheritance is a “task”, the concern is not here to simply describe it but to take on this task; the concern is to take part at the always ongoing building of this theoretical inheritance. Based on a thesis research still in progress, the paper will present some of the methodological experiments (Despret, 2001) set up in order to build an inheritance for deconstruction in the French-speaking part of architectural debate, and more specifically the original French translation of Wigley's essay, “The Architecture of Deconstruction: Derrida's Haunt”. The translation is here to be understood as an artifact from which new ways to inherit this historical turning of architectural theory can be built. But how to build such an inheritance in a way that doesn't erase its contradictions? And what does it mean to build it today ? The entire methodological apparatus of this attempt of translation will be display as a speculative process, considering theory as a living material for architectural creation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (2 ULiège)
Full Text
See detailEncore l'architecture, encore la philosophie.
YOUNES, Chris; BONNAUD, Xavier; Bodart, Céline ULiege

Scientific conference (2015, March)

À Paris, un premier rendez-vous célébrait en 1985 la rencontre de nos deux disciplines : « Mesure pour mesure, architecture et philosophie ». Lors de cette conférence organisée par le CCI et le CIPh ... [more ▼]

À Paris, un premier rendez-vous célébrait en 1985 la rencontre de nos deux disciplines : « Mesure pour mesure, architecture et philosophie ». Lors de cette conférence organisée par le CCI et le CIPh, architectes et philosophes étaient invités à venir discuter ensemble de comment la philosophie pouvait saisir l'architecture au plus près de ce qui la détermine. À l'occasion d'un nouveau colloque international, le laboratoire GERPHAU a proposé de reposer la question de cette rencontre : aujourd'hui, qu'en est-il encore du croisement de nos pratiques ? L'enjeu du colloque était de remonter le cours de nos fabriques d'idées sous la thématique des récits en préfixes. En linguistique, nous savons qu'un préfixe a pour but non seulement de former un nouveau mot, mais aussi de réactiver la question du sens du mot. Alors quand il s'agit de trans-, re-, co-, alter-architectures ou de bio-, géo-, éco-sophies, comment ces successions de préfixes questionnent-elles le sens de nos pratiques ? Quels sont ces événements qui ont orienté, ré-orienté, parfois dés-orienté nos discours ? Comment ces récits traversés en déclinaisons de suffixes interrogent les fondements de nos disciplines ; qu'est-ce qui encore et toujours résiste ? Lors de ces deux journées, nous avons donc réuni des interlocuteurs clefs afin de se re-raconter ensemble l'histoire de nos disciplines et de saisir ce qu'il en est, aujourd'hui et encore, de nos pratiques ; une co-production de savoirs inédits bientôt diffusée par le biais d'un projet de publication originale. Si ENCORE a permis d'ouvrir les discussions sur ce vaste sujet, un deuxième acte déjà prévu pour l'année prochaine sera l'occasion de prolonger et de soumettre à un autre public les intuitions nées de cette première rencontre. Initiative du laboratoire GERPHAU, en partenariat avec la Cité de l'Architecture et du Patrimoine et avec le soutien du Lavue et du réseau philAU, cet événement international fut le premier colloque ARENA, réseau européen pour la promotion et le développement de la recherche en architecture. [less ▲]

Detailed reference viewed: 86 (10 ULiège)
Full Text
See detailLes métamorphoses du pharmakon; un lieu de réflexion autour de l'espace à-venir.
Bodart, Céline ULiege

in Philotope (Le) (2014), 10

Driven by recent (r)evolutions we all need to bring our traditional bonds to institutions into questions. Hence, while our relations to the world are being replayed, it's high time to force architectural ... [more ▼]

Driven by recent (r)evolutions we all need to bring our traditional bonds to institutions into questions. Hence, while our relations to the world are being replayed, it's high time to force architectural matters to take part in it ; to rethink an urban form shaped on the ongoing redefinition of these relations. In this context, the present paper attempts to open an new think-place commited to the re-invention of the urban space for this human/world relationship. A think-place built on the metamorphosis of the phamakon concept. A place plotted as a chronological path from the platonician origins of this concept, going through its derridean re-interpretation, and to finally reach its recent Stiegler's re-reading. Beyond this paper's will to explore the conceptual (dis-)forming of the pharmakon through these three philosopher's works, the first aim is to hijack our own object of reflection – the actual re-invention of urban space – from these three pieces of work. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (4 ULiège)
See detailCHORA L WORKS - "je ne suis pas sûr que cela tienne debout"
Bodart, Céline ULiege

Conference (2014)

Dans le cadre d'une discussion à la croisée de l'architecture et de la philosophie, cette contribution propose de s'attarder à un moment précis de l'histoire récente de l'architecture : la rencontre ... [more ▼]

Dans le cadre d'une discussion à la croisée de l'architecture et de la philosophie, cette contribution propose de s'attarder à un moment précis de l'histoire récente de l'architecture : la rencontre orchestrée entre Jacques Derrida et Peter Eisenman. Deux hommes auxquels on propose de se rencontrer. Mais surtout, deux disciplines auxquelles on impose de se croiser. Pour revenir sur cet échange aux ambitions interdisciplinaires, nous choisissons de nous concentrer sur un moment précis ; leur Choral Works comme scène (réduite) de cette rencontre ; leur Choral Works en tant que livre, projet et événement médiatique. Mais ils ne faut pas aller très loin dans l'analyse de ce « travail commun » pour que très vite une première difficulté apparaisse : comment parler d'une rencontre des savoirs quand les protagonistes prétendent d'eux-même qu'elle n'a jamais eu lieu ? L'éloquente violence de leur correspondance ne suffit-elle pas pour conclure d'un non-lieu ? Ne s'agit-il pas au final de tout simplement reconnaitre qu'ils ne se sont pas compris ? Peut-être ; mais ce serait si facile. Choisissons plutôt de croire que cette histoire ne peut pas s'en arrêter là. Rejouons la scène. Remettons en jeu leurs attentes et ré-écrivons la fin de leur rencontre manquée. L'objectif est ici de redécouvrir ce qui semblait construire leur intérêt commun, et le mettre à l'épreuve de leurs reproches réciproques. De représenter le décalage entre leur premières admirations et leurs dernières accusations. En marquer l'écart ; le mesurer pour en faire une source de savoir. Pour travailler cet écart, nous planterons le décor depuis l'arrangement de la rencontre ; avec Bernard Tschumi dans le rôle de l'entremetteur et le projet pour le parc de La Villette comme lieu de rendez-vous. Nous nous consacrerons également aux premiers textes de Derrida sur l'architecture (Point de folie – Maintenant l'architecture, Cinquante-deux aphorismes pour un avant-propos) ; au texte du philosophe sur l'architecte américain (Pourquoi Peter Eisenman écrit de si bon livre) ; et à leurs réflexions communes sur khôra et leurs esquisses respectives pour un Choral Works. Bien sur, donner de l'intérêt à une énième relecture de ces textes, même si remis en perpective à partir de leur contexte médiatique, n'est pas un exercice gagné d'avance. Loin de là. Toutefois, si nous acceptons de prendre encore ce risque, c'est qu'il s'agit d'y défendre une intuition : l'intuition qu'il existe aujourd'hui une ré-actualité de la pensée derridienne en architecture. Alors la première étape pour soutenir cette intuition est ici de mesurer l'écart de nos erreurs passées en vue d'ajuster nos attentes en devenir. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (2 ULiège)
See detailLa question des espaces publics contemporains; une lecture filtrée.
Bodart, Céline ULiege

Conference (2014)

En tant qu'architecte, nous sommes toujours en quête de moyens pour saisir le monde qui nous entoure. Nous tentons de mettre en place des dispositifs nous préparant à rencontrer l'identité de ces lieux  ... [more ▼]

En tant qu'architecte, nous sommes toujours en quête de moyens pour saisir le monde qui nous entoure. Nous tentons de mettre en place des dispositifs nous préparant à rencontrer l'identité de ces lieux ; de construire des modes de lecture capables de rendre compte des transformations déjà à l'œuvre sur nos espaces d'étude. Alors pour dire et représenter ces (dé)formations de l'identité du lieu, la discussion ici ouverte porte alors sur l'élaboration de l'un de ces modes de lecture : un mode de faire et de voir que l'on nommera filtre. Un filtre est la construction d'un médian d'interprétation. Poser un regard filtré est un exercice de relecture et de redécouverte du lieu. C'est une volonté de ré-apprendre de ce qu'on a déjà appris. Il s'établit comme seuil ; comme passage d'une lecture vers une interprétation ; comme articulation. Un filtre est un mode de relecture, un dispositif de ré-actualisation des savoirs. Il est le prétexte qui, dans une application, force la fabrication de l'alter et révèle là où résiste une certaine identité du lieu. Un filtre pour donner à penser et choisir de laisser voir. Mais que cherche-t-on à laisser voir ? Entre quoi se pose ce filtre ? Qu'est-ce qu'on observe et qu'est-ce qu'on s'attend à voir à partir de lui ? La pose d'un filtre implique par conséquent la définition de la matière filtrée – le à-filtrer – et de son produit – le filtré. Celui-ci sera alors présenté et illustré à partir d'une recherche personnelle et en cours sur les questions d'identité et de caractère public de nos espaces urbains contemporains. On y retrouvera la tripartite imposée par la lecture filtrée : 1) l'énoncé d'une histoire à-filtrer ; l'histoire des espaces publics et la construction d'une identité ; 2) l'élaboration d'un filtre, ici à partir de la philosophie derridienne ; et 3) le filtré, la lecture renouvelée du rapport au temps et à l'espace de ce caractère public mis en question. Au cours de cet exercice, le filtre se révélera donc comme une vision philosophique appliquée à la spatialisation d'un concept. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (3 ULiège)
Full Text
See detailArchitecture et décontraction: re-rencontre de pratiques
Bodart, Céline ULiege

Poster (2014)

En 1985, quand l'architecte et théoricien Bernard Tschumi remporte la concours international pour la conception du Parc de La Villette de Paris, celui-ci tente de mettre en scène une collaboration inédite ... [more ▼]

En 1985, quand l'architecte et théoricien Bernard Tschumi remporte la concours international pour la conception du Parc de La Villette de Paris, celui-ci tente de mettre en scène une collaboration inédite dans l'histoire de l'architecture : pour la conception d'un petit jardin public, il invite l'architecte américain Peter Eisenman et le philosophe français Jacques Derrida à se rencontrer. Mais la scène où devait naître l'une des collaborations architecturales les plus attendues de la fin des années quatre-vingt, devint finalement le théâtre de ce que beaucoup considèrent encore comme l'un des plus gros ratés de toutes tentatives d'interdisciplinarité. Ce projet de recherche propose donc de revenir sur cet épisode précis de l'histoire récente de l'architecture ; un épisode qui, bien loin d'être inconnu, reste pourtant largement méconnu. L'hypothèse est de dire que les principaux acteurs de cette scène philosophico-architecturale n'ont pas toujours pris soin de se construire les prises nécessaires pour être entièrement saisis. Des prises pour dire ce que cette rencontre a tenté de produire, autant que ce qu'elle a manqué de produire. Mais si ces prises doivent permettre de comprendre aujourd'hui ce qu'a été ce moment de l'histoire de la théorie de l'architecture, elles ont aussi l'intention de ré-actualiser la pensée philosophique de Jacques Derrida dans le débat architectural contemporain. Ce travail de thèse se construit donc dans un double geste, à savoir à la fois l'identification et la rétro-construction de ces prises. À ce stade-ci de la recherche, deux prises distinctes ont été identifiées. La première prise ; compléter le discours. Il existe des « pièces manquantes » dans le discours de la déconstruction en architecture que ce travail de thèse entend pouvoir construire (principalement à partir des travaux de Mark Wigley). La seconde prise ; re-jouer la rencontre, mais la rejouer en y déplaçant les enjeux puisqu'il s'agit de ré-écrire l'intérêt de cette rencontre là où le discours initial à failli à ses promesses. Si cette double approche méthodologique s'attache à revisiter l'histoire récente de l'architecture, l'objectif est de faire de ce retour en arrière un instrument inédit pour mieux appréhender le contexte actuel. Car à la question du « pourquoi encore aujourd'hui vouloir étendre ces principes de contamination chers à Derrida aux pratiques de l'architecture », cette recherche entend y répondre en adressant ses retombées à un état du monde contemporain touché par ce que B.Latour nomme crise de nos représentations ; cette incapacité généralisée « à représenter ce que nous sommes et ce que nous allons devenir ». Dans ce contexte particulier, il a lieu d'interroger le rôle que l'architecture souhaite y jouer : à qui, à quoi, à quel public s'adresse encore l'architecture ? Ré-activer cette rencontre entre architecture et philosophie revient donc à prolonger ce questionnement ouvert sur la place de l'homme dans l'architecture. La ligne donnée à ce travail de thèse est d'apprendre de ce qu'il s'est ou ne s'est pas passé pour comprendre ce qui est toujours et déjà en jeu, et son ambition est d'appeler une pratique philosophique particulière, la déconstruction, à re-politiser les moyens de faire de l'architecture. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (3 ULiège)
Full Text
See detailLes métamorphoses du pharmakon : un lieu de réflexion autour de l'invention de l'espace à-venir.
Bodart, Céline ULiege

Master of advanced studies dissertation (2012)

Ce travail de recherche s'est inscrit dans la question d'un nouveau rapport homme/monde à penser et d'une forme à lui donner. L'originalité de notre contribution était de proposer d'y entre-ouvrir un lieu ... [more ▼]

Ce travail de recherche s'est inscrit dans la question d'un nouveau rapport homme/monde à penser et d'une forme à lui donner. L'originalité de notre contribution était de proposer d'y entre-ouvrir un lieu de réflexion inédit ; ce lieu nous lui avons prêté les traits du pharmakon, terme grec signifiant à la fois remède et poison. Ce concept, aussi riche que complexe, nous a offert de convoquer la réflexion sur l'urbain contemporain et d'en provoquer la forme à-venir. Pour faire de ce concept philosophique un lieu pour penser la ville, nous en avons questionné les formations et dé-formations à travers le travail de trois philosophes. Nous avons commencé par retourner aux origines platoniciennes du pharmakon, pour ensuite en étudier l'analyse dressée par Derrida dans la « Pharmacie de Platon » (1968), et finalement s'intéresser aux récents travaux de Bernard Stiegler court-circuitant le pharmakon en une méthode pharmacologique. Il s'agissait donc d'initier une démarche pharmacologique en architecture en posant le pharmakon comme lieu de réflexion encore inexploré dans la pratique de l'espace urbain contemporain. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (0 ULiège)
Full Text
See detailDECONSTRUCTION ARCHITECTURALE; PORTRAIT D’UN MONDE TEXTOCENTRIQUE. Approche théorique et philosophique d'un new paradigm, 1988 – 2010
Bodart, Céline ULiege

Master's dissertation (2010)

L'enjeu de ce mémoire était d'approcher, à travers la pensée de la déconstruction derridienne, l'interdisciplinarité établie entre architecture et philosophie comme l'origine d'un travail subversif ... [more ▼]

L'enjeu de ce mémoire était d'approcher, à travers la pensée de la déconstruction derridienne, l'interdisciplinarité établie entre architecture et philosophie comme l'origine d'un travail subversif aujourd'hui responsable de la crise sémantique traversée par l'art de la construction. Nous avons donc, à travers un parcours historique, reconstruit la genèse de ce phénomène à partir des théories écrites par ses architectes protagonistes et réévalué la filiation qu'on leur attribuait avec la philosophie de Jacques Derrida. Ensuite, nous avons étudié comment la pression médiatique s'est emparée de cette « pseudo-théorie », simplifiant et caricaturant l'ambition de son véritable discours. En définitive, ce mémoire, portrait d'une architecture devenue tour à tour hôte et victime de la subversion, a tenu l'hypothèse de l'existence en architecture d'un glissement référentiel semblable à celui de l'art vers le non-art. Nous avons tenté de démontrer que la déconstruction, se faisant expérience architecturale, a redessiné la carte des limites disciplinaires traditionnellement tenues par l'art de la construction. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (1 ULiège)