Publications of Anne-Marie VERBRUGGE
Bookmark and Share    
Full Text
See detailLa spasticité est-elle un facteur de prédictif de l'état nutritionnel des patients en état de conscience altérée ?
FADEUR, Marjorie ULiege; Ippoliti, Camilla ULiege; MALHERBE, Christian ULiege et al

Poster (2018, November 28)

Introduction et objectif de l’étude La littérature scientifique concernant l’état nutritionnel des patients en état de conscience altérée (ECA) est à l’heure actuelle très pauvre. Le but de cette étude ... [more ▼]

Introduction et objectif de l’étude La littérature scientifique concernant l’état nutritionnel des patients en état de conscience altérée (ECA) est à l’heure actuelle très pauvre. Le but de cette étude prospective observationnelle transversale est d’investiguer la relation entre le profil nutritionnel de ces patients et leur état de conscience. Matériel et Méthodes Nous avons collecté et analysé les données cliniques (état de conscience, spasticité) et nutritionnelles (indice de masse corporelle (IMC), apports nutritionnels, biologie) de 80 patients en état d’éveil non répondant (ENR), en état de conscience minimale (ECM) ou en état de conscience minimale émergeant (EECM). Les patients ont été classés selon le résultat de l’analyse nutritionnelle : bien nourri, à risque de dénutrition et dénutri. Résultats De nos 80 patients (43 ± 15 ans), 19 étaient en ENR (24%), 47 en ECM (59%) et 14 en EECM (17%). Parmi eux, 7 (9%) étaient à risque de dénutrition et les 73 autres (91%) étaient bien nourris. L’IMC de ces sujets n’est pas lié à leur niveau d’ECA (p = 0,093), au délai après l’accident (p = 0,12) ou à l’étiologie de leur état neurologique (p = 0,51). Une différence entre l’apport énergétique réellement administré à ces patients et celui qu’ils devraient théoriquement recevoir sur base des recommandations nutritionnelles (30 kcal/kg de poids de calcul) est observée. Les sujets obèses (≥ 30 kg/m²) recevaient 631 ± 328 kcal en moins/jour par rapport aux recommandations et ceux en surpoids (25-29,9 kg/m²), 415 ± 390 kcal/j en moins également. En revanche, les patients avec un IMC faible (< 18,5 kg/m²) recevaient 106 kcal ± 299 kcal/j en plus. La comparaison du niveau de spasticité en fonction de l’IMC révèle une corrélation significative (r = - 0,30, p = 0,009) et montre que les patients les moins spastiques au niveau des membres inférieurs sont plus à risque d’avoir un surpoids (IMC = 27,7 ± 7,5 kg/m²). Au contraire les plus spastiques à ce niveau sont plus à risque d’avoir un IMC plus faible (22,1 ±3,8 kg/m²). Parmi les 9 sujets avec un IMC < 18,5 kg/m², 7 présentent une spasticité sévère, et les 2 autres une spasticité modérée, au niveau des membres inférieurs. L’étude de la différence d’apport énergétique par rapport à la spasticité montre que les patients non spastiques recevaient 297 ± 318 kcal/j en moins par rapport aux recommandations, contre 222 ± 430 kcal/j pour une spasticité moyenne et 41 ± 406 kcal/j pour des niveaux de spasticité plus élevés. Conclusion Nos résultats indiquent que la majorité des patients ECA ont un état nutritionnel satisfaisant. Cet état nutritionnel ne semble pas lié au niveau de conscience, ni au délai ou à la cause de leur accident. Les patients les moins spastiques présentent des critères de surpoids malgré un apport énergétique considérablement réduit par rapport aux recommandations nutritionnelles. En revanche, un niveau élevé de spasticité est associé à un niveau de sous poids (IMC < 18,5 kg/m²) en dépit d’un apport énergétique supérieur à l’objectif préconisé par ces recommandations. Des analyses complémentaires sont en cours (calorimétrie indirecte, impédancemétrie, étude de la spasticité et imagerie métabolique) afin de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (4 ULiège)
Full Text
See detailNos patients cancéreux sont-ils déjà cachectiques lors de la première évéluation nutritionnelle ?
MALHERBE, Christian ULiege; VERBRUGGE, Anne-Marie ULiege; DE FLINES, Jenny ULiege et al

Conference (2016, December)

we want to know if, during the first nutritional evaluation, our cancer patients are already cachectic or no. <in order to improve our institutional practices

Detailed reference viewed: 25 (4 ULiège)
Full Text
See detailComparaison entre les dépenses énergétiques mesurées par Deltatrac II ® et celles mesurées par l’E-COVX ® chez des patients agressés : étude prospective observationnelle
FADEUR, Marjorie ULiege; MALHERBE, Christian ULiege; LEDOUX, Didier ULiege et al

in Nutrition Clinique et Metabolisme (2016), 30

The energy intake to provide to critically ill subjects is a complex issue and the indirect calorimetry (IC) is the reference method to determine it. The energy expenditure (EE) measured by IC, with the ... [more ▼]

The energy intake to provide to critically ill subjects is a complex issue and the indirect calorimetry (IC) is the reference method to determine it. The energy expenditure (EE) measured by IC, with the Deltatrac II®, were compared to values measured by a new module coupled to a ventilator: the E-COVX Material and methods. – ICU patients on mechanical ventilation underwent measurements, simultaneously connected during 20 min to the ventilator.VO2 consumption, VCO2 production, respiratory quotient (RQ) and EE were recorded. These measures were made successively at random and during a same period. Statistics’ Student t -tests were realized to compare the results. Bland and Altman graphs were also made. Results. – Forty-four patients (29 males, aged 6 ±15 years, with a BMI 25.9±5.3 kg/m2) were included. For the Deltatrac II® ,VO2was244±69 mL/min, VCO2 189±47 mL/min, RQ 0.79±0.08 and EE 1648 ±457 kcal/day. VO2, VCO2, and EE differed significantly between the two devices despite similar RQ. By our results, the E-COVX® module significantly overestimates the EE. Conclusion. – E-COVX® is a convenient device to measure EE in ICU. However, this new module overestimates EE (234 kcal/day) compared withDeltatrac II®, gold standard method to measure EE. Significant improvements of this news devices seem mandatory before recommending theirclinical use in ICU. [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (10 ULiège)
Full Text
See detailEvaluation d'un protocole de prise en charge nutritionnelle interdisciplinaire chez des patients brulés
MALHERBE, Christian ULiege; VERBRUGGE, Anne-Marie ULiege; MAGNETTE, André ULiege et al

in Nutrition Clinique et Metabolisme (2012, December), 26-Supp1

Detailed reference viewed: 90 (16 ULiège)