Publications of Romain COLLIN
Bookmark and Share    
Full Text
See detailMotor unit number index as an individual biomarker: Reference limits of intra-individual variability over time in healthy subjects
Delmont, Emilien; WANG, François-Charles ULiege; Lefaucheur, Jean-Pascal et al

in Clinical Neurophysiology (2020), 2020(131), 2209-2215

Detailed reference viewed: 29 (2 ULiège)
Full Text
See detailExploration électrophysiologique de la jonction neuromusculaire
COLLIN, Romain ULiege; WANG, François-Charles ULiege

Scientific conference (2019, November 05)

Detailed reference viewed: 26 (2 ULiège)
Full Text
See detailATAXIE SPINOCÉRÉBELLEUSE ET POLYNEUROPATHIE AXONALE CAUSÉES PAR UNE MUTATION DU GÈNE MME : CAS CLINIQUE
COLLIN, Romain ULiege; WANG, François-Charles ULiege

Poster (2018, June)

INTRODUCTION : Une neuropathie périphérique est parfois associée à une ataxie spinocérébelleuse (SCA). Elle peut être axonale et/ou démyélinisante selon le sous-type de SCA. Nous rapportons le cas d’une ... [more ▼]

INTRODUCTION : Une neuropathie périphérique est parfois associée à une ataxie spinocérébelleuse (SCA). Elle peut être axonale et/ou démyélinisante selon le sous-type de SCA. Nous rapportons le cas d’une patiente de 56 ans qui présente une ataxie à la marche et des douleurs neuropathiques des membres inférieurs. Cliniquement, on recense aux membres inférieurs, des pieds creux, une amyotrophie et une hypoesthésie distale, une aréflexie. Elle développe trois ans plus tard des saccades hypométriques et une dysarthrie évocatrices d’un syndrome cérébelleux. Six autres membres de sa famille présentent une neuropathie périphérique parfois associée à un syndrome cérébelleux. METHODE : La mise au point diagnostique comprend plusieurs examens électrophysiologiques, une imagerie cérébrale par résonance magnétique nucléaire (RMN) et une étude génétique chez le proband et 27 membres de sa famille. RESULTATS : Les électroneuromyogrammes itératifs objectivent une polyneuropathie axonale sensitivo-motrice, à prédominance motrice, d’allure subaigüe. Les potentiels évoqués sensitifs témoignent d’une atteinte sensitive, surtout aux membres inférieurs. La RMN montre une atrophie vermienne. Enfin, l’étude génétique familiale permet la mise en évidence d’une mutation du gène MME qui code pour une protéine membranaire, la neprilysine (NEP). DISCUSSION : La neprilysine est une métalloprotéase membranaire exprimée notamment dans les systèmes nerveux périphérique et central. Le mécanisme physiopathologique exacte causé par la perte de fonction de cette protéine n’est pas connu. Dans cette famille, la mutation MME, transmise selon le mode autosomique dominant, est responsable d’un phénotype d’ataxie spinocérébelleuse, nouvellement nommée SCA43, et d’une polyneuropathie axonale sensitivo-motrice à début tardif. CONCLUSION : Plusieurs autres études objectivent également chez des sujets porteurs d’une mutation du gène MME une polyneuropathie axonale très similaire sans atteinte cérébelleuse. Les mutations du gène MME semblent donc responsables de phénotypes différents allant de l’AR-CMT2T au SCA43. [less ▲]

Detailed reference viewed: 160 (2 ULiège)
Full Text
See detailMME GENE MUTATION CAUSING SPINOCEREBELLAR ATAXIA AND AXONAL POLYNEUROPATHY: CLINICAL CASE
COLLIN, Romain ULiege; Dellatte, Julien ULiege; WANG, François-Charles ULiege et al

in 21st European Congress of Physical and Rehabilitation Medicine (2018, May)

Introduction: Polyneuropathies (PNP) are sometimes associated with spinocerebellar ataxia (SCA). According to subtype of the SCA, they are axonal or demyelinating. Purpose: We present a case of a 56-year ... [more ▼]

Introduction: Polyneuropathies (PNP) are sometimes associated with spinocerebellar ataxia (SCA). According to subtype of the SCA, they are axonal or demyelinating. Purpose: We present a case of a 56-year-old woman with ataxic gait and lower limbs neuropathic pain. Clinical examination showed pectus carinatum, pes cavus, amyotrophy, hypoesthesia and areflexia in the lower limbs. Three years later, patient has developed hypometric saccades and dysarthia suggesting cerebellar syndrome. Similar familial clinical findings allow the diagnosis of a rare inherited neurological pathology: SCA43. Method: The diagnosis is performed by several electrophysiological examinations, brain MRI and molecular genetic study of the patient and his family (28 family members, including 7 living affected individuals). Results: Electroneuromyography demonstrate subacute axonal sensorimotor PNP, mostly motor rather than sensitive. Sensory evoked potentials attest sensory attack especially in the lower limbs. Brain MRI shows a cerebellar vermis atrophy. Finally, familial genetic study identifies mutation of the MME gene, which codes for a membrane protein, neprilysin (NEP). Conclusions: NEP is a membrane metalloendopeptidase expressed in the peripheral and central nervous systems and other tissues. The pathogenesis due to loss-of-function of NEP is still unclear. In this family, the MME mutation transmitted according to the autosomal dominant mode, is responsible for a phenotype of SCA (SCA43), associated to late-onset axonal sensorimotor polyneuropathy. Two other studies show also a late-onset axonal sensorimotor polyneuropathy, without cerebellar dysfunction, in patients with MME mutation. Interestingly, MME mutation produces different clinical phenotypes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (4 ULiège)
Full Text
See detailComment explorer une PNP axonale chronique
COLLIN, Romain ULiege; WANG, François-Charles ULiege

Scientific conference (2017, December 05)

Detailed reference viewed: 31 (1 ULiège)
Full Text
See detailEntorse de cheville
COLLIN, Romain ULiege; Zahraoui, Yanis ULiege; Croisier, Jean-Louis ULiege et al

Conference (2017, November 18)

Les traumatismes de la cheville et les lésions qui en résultent sont les plus fréquentes des lésions ostéo-articulaires traumatiques. L’entorse de cheville, en particulier, représente un coût socio ... [more ▼]

Les traumatismes de la cheville et les lésions qui en résultent sont les plus fréquentes des lésions ostéo-articulaires traumatiques. L’entorse de cheville, en particulier, représente un coût socio-économique considérable. Cependant, au fil du temps, la problématique reste identique : comment assurer la meilleure prise en charge et éviter toute récidive ? En effet, on constate que le taux de récidive d’entorse de la cheville est éloquent dans certaines disciplines et que les critères de reprise sportive sont limités, contrairement à d’autres lésions ostéo-articulaires. Nous souhaitons, au travers de cet exposé, mettre en lumière certains facteurs de risque de récidive aux différents temps de la prise en charge. Dans un premier temps, nous abordons quelques entités nosologiques secondaires à un traumatisme de la cheville, et définissons les séquelles fonctionnelles à risque de récidive. Dans un second temps, nous mettons en contraste l’instabilité mécanique et fonctionnelle et développons les avancées en termes de rééducation. L’entorse latérale de cheville s’inscrit le plus souvent dans un mécanisme en inversion. En fonction de l’atteinte ligamentaire, des séquelles d’instabilité et de laxité peuvent apparaître. Les lésions ligamentaires de la syndesmose tibio-fibulaire peuvent être contemporaines d'entorses latérales. Les douleurs et l’instabilité futures potentielles s’expliquent notamment par le rôle biomécanique de la pince bi-malléolaire. L’entorse de l’articulation sous-talienne passe souvent inaperçue et s’associe le plus souvent à l’entorse latérale ou à l’entorse de Chopart. Elle peut être responsable du syndrome du sinus du tarse. La fissuration ou luxation des tendons des fibulaires reste souvent négligée. La douleur rétro-malléolaire externe et l’instabilité imputables à ces lésions justifient souvent une sanction chirurgicale. Les lésions ostéochondrales du dôme du talus s’expriment souvent par des douleurs en charge et une instabilité majeure. Enfin, une neurapraxie ou axonotmnèse par étirement du nerf fibulaire superficiel peut entrainer une instabilité par défaut de contraction des muscles fibulaires. L’entorse de cheville peut induire, dans une certain nombre de cas, une instabilité chronique dite « fonctionnelle », par opposition à l’instabilité mécanique décrite ci-dessus. Cette instabilité fonctionnelle peut être due à un déficit de force des muscles everseurs, une altération des informations proprioceptives venant de la cheville ou encore à un déficit du contrôle neuromusculaire. Les patients souffrant d’instabilité chronique rapportent des épisodes récurrents de dérobement de la cheville lors de leurs activités, ainsi qu’une sensation subjective d’instabilité et d’insécurité. Cette instabilité résiduelle constitue un facteur de risque de l’entorse qu’il faudra corriger afin de permettre une reprise de l’activité dans les meilleures conditions et avec un risque réduit de récidive. La rééducation sera orientée de manière à solliciter progressivement la cheville dans des conditions de plus en plus proche du geste lésionnel afin de stimuler les mécanismes physiologiques de protection de l’articulation. Outre l’instabilité, d’autres troubles tels qu’une diminution d’amplitude en extension dorsale de cheville ou un œdème péri-articulaire seront identifiés lors du bilan de rééducation. Ces troubles devront également faire l’objet d’une prise en charge afin d’avoir une correction des déficits la plus complète possible. Les traumatismes de cheville constituent un véritable problème de santé publique en lien avec leur fréquence de survenue et leur taux de récidive. La prise en charge d’un patient nécessite l’établissement d’un diagnostic précis dans un premier temps, et l’identification rigoureuse des facteurs de risque dans un second temps. Cela permettra au rééducateur d’orienter au mieux sa prise en charge et de ne négliger aucun déficit susceptible de provoquer un nouveau traumatisme. [less ▲]

Detailed reference viewed: 614 (47 ULiège)
Full Text
See detailCalcifications des tissus mous des jambes
COLLIN, Romain ULiege; ANDRE, Béatrice ULiege; Crielaard, Jean-Michel ULiege et al

in Revue Médicale de Liège (2014), 69(12), 641-643

Detailed reference viewed: 162 (18 ULiège)
Full Text
See detailRôle de la vitamine D dans l'infection par le VIH: revue des connaissances actuelles
Pirotte, Benoît ULiege; Rassenfosse, Marie ULiege; Collin, Romain ULiege et al

in Revue Médicale de Liège (2013), 68(1), 25-31

La vitamine D possède des propriétés sur le métabolisme phosphocalcique mais aussi dans diverses pathologies telles que les maladies auto-immunes, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l’excès de ... [more ▼]

La vitamine D possède des propriétés sur le métabolisme phosphocalcique mais aussi dans diverses pathologies telles que les maladies auto-immunes, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l’excès de poids ou encore certaines infections. Nous nous intéressons ici aux relations frappantes qui existent entre la vitamine D et le VIH. Cette hormone joue assurément un rôle important dans l’infection par le VIH, tant au niveau squelettique qu’au niveau de l’évolution de la maladie elle-même. Nous remarquons en effet qu’un déficit en vitamine D est très souvent associé à l’infection par le VIH. De plus, un taux indétectable de cette hormone chez les patients séropositifs est associé à une infection cliniquement plus avancée et à une mortalité accrue. Ainsi, le déficit en vitamine D doit être considéré comme un cofacteur important de la progression de l’infection par le VIH. En effet, la vitamine D augmente l’activité des macrophages, entre autres via le processus d’autophagie, ce qui permet d’inhiber l’infection par le VIH-1. Nous parlerons ensuite de l’impact de certains traitements antirétroviraux sur l’altération du métabolisme de la vitamine D. Nous évaluerons enfin le bénéfice d’une supplémentation en vitamine D chez ces patients. [less ▲]

Detailed reference viewed: 212 (22 ULiège)