References of "Fagnart, Laure"
     in
Bookmark and Share    
See detailLa rencontre de juillet-août 1529
Fagnart, Laure ULiege; Le Roux, Nicolas

in Dumont, Jonathan; Girault, Pierre-Gilles; Fagnart, Laure (Eds.) et al La 'paix des Dames', entre politique, mises en scène du pouvoir et célébrations (in press)

Detailed reference viewed: 20 (0 ULiège)
See detailIntroduction
Fagnart, Laure ULiege

in Dumont, Jonathan; Girault, Pierre-Gilles; Fagnart, Laure (Eds.) et al La 'paix des Dames', entre politique, mises en scène du pouvoir et célébrations (in press)

Detailed reference viewed: 13 (3 ULiège)
See detailLe projet EpistolART à la lumière de lettres évoquant Léonard de Vinci
Fagnart, Laure ULiege

in Girotto, Carlo Alberto; Lucas-Fiorato, Corinne (Eds.) L'écriture épistolaire entre Renaissance et Âge baroque. Pratiques, enjeux, pistes de recherche (in press)

Le projet EpistolART explore le matériau épistolaire dans le but de mieux préciser le statut socio-professionnel des artistes de la Renaissance italienne. Dans ce cadre, le "Carteggio inedito d’artisti ... [more ▼]

Le projet EpistolART explore le matériau épistolaire dans le but de mieux préciser le statut socio-professionnel des artistes de la Renaissance italienne. Dans ce cadre, le "Carteggio inedito d’artisti dei secoli XIV, XV, XVI" de Johann Wilhelm Gaye (1839-1840) constitue l’un de nos corpus privilégiés. Méritoire le travail de Gaye n’en demeure pas moins dépassé : les transcriptions, souvent partielles et contestables, requièrent une actualisation, suivant les critères de la philologie, de la codicologie et de la paléographie moderne. Cette contribution s'organise autour de trois lettres évoquant Léonard de Vinci, lettres publiées dans les volumes de Gaye et dont les membres du projet EpistolART proposent une nouvelle édition. Elles constituent des documents extrêmement précieux pour écrire l’histoire des relations entre le maître florentin et la France. Si les historiens qui se sont penchés sur la vie et l’œuvre de Léonard de Vinci connaissent ces correspondances, rares sont ceux qui ont recouru aux documents épistolaires originaux. Or, ce n’est qu’au départ d’un texte sûr, appréhendé tant dans sa matérialité que dans ses contenus, que peuvent se déployer des analyses scientifiquement fondées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (6 ULiège)
See detailL’emblématique de Louise de Savoie
Fagnart, Laure ULiege; Girault, Pierre-Gilles

in Hablot, Laurent (Ed.) La devise. Un code emblématique européen (1350-1550) (in press)

Prolongeant les travaux d'Anne-Marie Lecoq (1987), cette étude est dédiée au discours héraldique de la comtesse et duchesse d'Angoulême, Louise de Savoie, l'influente mère de François Ier. Y sont ... [more ▼]

Prolongeant les travaux d'Anne-Marie Lecoq (1987), cette étude est dédiée au discours héraldique de la comtesse et duchesse d'Angoulême, Louise de Savoie, l'influente mère de François Ier. Y sont présentées et explicitées ses devises favorites, à savoir la cordelière, qui évoque autant le nœud de Savoie que la cordelière franciscaine, le vol, sans doute choisi puisque l’aile évoque le L de Louise par homophonie, le bouquet de lis ou le cygne « navré », mais aussi les écus et les monogrammes qui lui sont associés et qui ponctuent enluminures, tapisseries, bas-reliefs et éléments sculptés de l’architecture. Notre intention est de montrer d’une part comment Louise de Savoie manifeste, par l’intermédiaire de ces signes emblématiques, son identité et son pouvoir, d’autre part comment elle construit, par leur biais, un patrimoine, mental, susceptible de renforcer son clan et ses héritiers. [less ▲]

Detailed reference viewed: 78 (6 ULiège)
See detailLouise de Savoie. The King's Mother
Fagnart, Laure ULiege; Winn, Mary Beth

in Broomhall, Susan (Ed.) Women and Power at the French Renaissance Court (in press)

Louise de Savoie occupies a singular place at the French royal court : neither queen nor queen-mother, but mother of the King, she nonetheless played a prominent role in the political and cultural affairs ... [more ▼]

Louise de Savoie occupies a singular place at the French royal court : neither queen nor queen-mother, but mother of the King, she nonetheless played a prominent role in the political and cultural affairs of France. Daughter of Philippe de Bresse, duc de Savoie, she was raised at the court of her aunt, Anne de France, and married in 1488 at age 11 to Charles d’Angoulême, head of a cadet branch of the royal house of Valois. At Cognac where the couple resided, she gave birth to her illustrious children, Marguerite in 1492, and François in 1494. After the sudden death of her husband in 1496, she was herself still too young to be appointed their official guardian. Obliged to share that responsibility with Louis d’Orléans who became king in 1498, the young widow nonetheless asserted her authority in their education. How she succeeded in establishing her place at court, while her son, at first a distant heir to the throne, rose to be king in 1515, can be viewed through her astute patronage of arts and letters. Keenly aware of the power of books and images, Louise multiplied commissions that would reinforce her own position and that of her family and entourage, striving to align herself with illustrious women, past and present. Identified with “Dame Prudence” as she overcame obstacles and rivals, Louise de Savoie’s tenacious devotion to her children culminated in power that was fully recognized in the appointment of « Madame » as Regent of France. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (2 ULiège)
See detailDons de livres à Louise de Savoie
Fagnart, Laure ULiege

in Heering, Caroline (Ed.) Le don mis en scène. Représentations visuelles et textuelles de l’acte de donation dans les arts de la première Modernité (in press)

Detailed reference viewed: 50 (3 ULiège)
See detailLéonard de Vinci et d'autres. Artistes italiens au service de François d'Angoulême (et de Louise de Savoie)
Fagnart, Laure ULiege

in Lastroiali, Chiara (Ed.) L'Italia e Francesco I. Scambi, influenze, diffidenze fra Medioevo e Rinascimento (in press)

Detailed reference viewed: 31 (6 ULiège)
See detailGeorges Ier d'Amboise et l'aménagement intérieur du château de Gaillon
Fagnart, Laure ULiege

in Provini, Sandra (Ed.) La Renaissance à Rouen. L'essor artistique et culturel des décennies 1480-1530 (in press)

Figure emblématique de la Renaissance rouennaise et normande, Georges Ier d’Amboise rassemble une bibliothèque exceptionnelle, notamment constituée de manuscrits ayant appartenu aux rois aragonais de ... [more ▼]

Figure emblématique de la Renaissance rouennaise et normande, Georges Ier d’Amboise rassemble une bibliothèque exceptionnelle, notamment constituée de manuscrits ayant appartenu aux rois aragonais de Naples. Le cardinal s’intéresse également à l’architecture, comme peu de ses contemporains, privilégiant les formes et les fonctions nouvelles, spécialement celles en vigueur en Italie. Il participe aussi à la fortune française d’artistes italiens de renom, comme Andrea Mantegna, Léonard de Vinci, Pérugin ou Andrea Solario, dont il commande ou acquiert des œuvres afin de décorer ses demeures, le château de Gaillon en tête. Mais, alors que son rôle dans la diffusion, au nord des Alpes, des idées et des motifs venus d’Italie est indéniable, le portrait de Georges Ier d’Amboise amateur d’art comprend bien d’autres facettes. Prolongeant une recherche entamée à l’occasion de la parution de l’ouvrage Georges Ier d’Amboise 1460-1510. Une figure plurielle de la Renaissance (2013), cette contribution entend s'arrêter sur les objets et les œuvres d’art que l’on peut associer au mécénat et/ou aux possessions de l’archevêque de Rouen. Nous nous pencherons sur les productions italiennes qui sont liées à Georges Ier d’Amboise mais aussi sur les étoffes, les pièces d’orfèvrerie et les tableaux de chevalet, qui sont mentionnés en nombre dans les comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon et dans les inventaires qui décrivent les biens meubles conservés dans les demeures du cardinal. L’analyse de ces sources – que jusqu’ici les historiens ont surtout utilisées pour restituer la chronologie du château de Gaillon, rétablir la distribution intérieure de la demeure ou décrire la célèbre bibliothèque du légat alors qu’elles se révèlent extrêmement précieuses pour présenter les collections du conseiller de Louis XII – montre que le goût de Georges Ier d’Amboise, bien que novateur, s’inscrit aussi dans la continuité de celui des amateurs français de la fin du Moyen Âge. [less ▲]

Detailed reference viewed: 41 (3 ULiège)
See detailNœuds de Savoie et cordelières de Louise de Savoie
Fagnart, Laure ULiege

in Rivière-Ciavaldini, Laurence; Briat-Philippe, Magali (Eds.) Princesses et Renaissance(s). La commande artistique de Marguerite d'Autriche et de son entourage (in press)

Comtesse puis duchesse d’Angoulême, Louise de Savoie (1476-1531) est l’une des personnalités les plus influentes de la première Modernité européenne. Elle n’est pas seulement la mère de deux enfants ... [more ▼]

Comtesse puis duchesse d’Angoulême, Louise de Savoie (1476-1531) est l’une des personnalités les plus influentes de la première Modernité européenne. Elle n’est pas seulement la mère de deux enfants illustres, Marguerite, future reine de Navarre, et François, futur François Ier, elle est aussi la sœur de Philibert II le Beau, duc de Savoie. Une fois son fils monté sur le trône de France, Louise domine le Conseil et assure, à deux reprises, la régence du royaume. Son action concerne encore les arts et les lettres : amatrice d’objets d’art et bibliophile avertie, elle demande à Léonard de Vinci d’imaginer une ville et un palais neuf à Romorantin, participant de la sorte à la diffusion en France des idées et des formes venues d’Italie. Curieusement, alors que son influence fut considérable, Louise de Savoie n’a pas fait l’objet d’une monographie récente (un ouvrage collectif à son propos paraîtra toutefois en 2015). Son emblématique n’a plus été analysé depuis les travaux d’Anne-Marie Lecocq (1987), qui s’était essentiellement concentrée sur les signes présents dans les livres qu’elle commanda pour soutenir l’éducation de ses enfants. À l’occasion de cette communication – prolongeant ainsi une recherche entreprise avec Pierre-Gilles Girault – nous voudrions revenir sur le discours héraldique de Louise de Savoie, en explicitant l’une de ses devises favorites, la cordelière. Pour la mère de François Ier, la corde à plusieurs nœuds revêt plusieurs significations. D’abord, puisqu’elle se compose de nœuds de Savoie, un emblème largement diffusé au début du XVIe siècle, notamment sous l’influence de Philibert II le Beau et Marguerite d’Autriche, elle souligne l’appartenance de la dame à la maison de Savoie. Ensuite, et ce de façon inédite au sein de la maison de Savoie, la cordelière de Louise associe nœuds de Savoie et cordon franciscain, une référence que nous proposons d’expliquer non pas uniquement, comme on le fait traditionnellement, par les liens prétenduement étroits qui reliaient la mère de François Ier avec l’ordre des Franciscains. Pour Louise, il s’agit sans doute aussi de se situer dans la lignée d’Anne de Bretagne, à laquelle la cordelière est indéniablement liée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 178 (4 ULiège)
See detailLéonard de Vinci, "omo sanza lettere"
Fagnart, Laure ULiege

Conference (2017, October 27)

Pour la plupart d’entre nous, Léonard de Vinci est le savant emblématique de la Renaissance. À y regarder de près, ce portrait mérite être nuancé. Dès 1487, il se déclare « omo sanza lettere », soulignant ... [more ▼]

Pour la plupart d’entre nous, Léonard de Vinci est le savant emblématique de la Renaissance. À y regarder de près, ce portrait mérite être nuancé. Dès 1487, il se déclare « omo sanza lettere », soulignant ainsi qu’il ne maîtrise pas le latin, pourtant nécessaire pour appréhender les grands textes scientifiques, antiques et médiévaux. De même, l’étude de sa bibliothèque montre que l’on ne peut faire de Léonard un érudit : il néglige la philosophie, la théologie et l’histoire privilégiant la littérature populaire et la poésie burlesque. L’artiste a toujours considéré son manque de formation classique comme un obstacle, qu’il cherche à contourner en fréquentant des scientifiques renommés, comme Luca Pacioli ou Marcantonio della Torre. Son apport aux connaissances du temps n’en demeure pas moins fondamental : disciple de l’expérience et de l’observation, Léonard finit par produire une œuvre dans laquelle s’entrevoit une pensée systématique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (0 ULiège)
See detailLouise de Savoie et Marguerite d'Autriche, dames Concorde
Fagnart, Laure ULiege; Dumont, Jonathan ULiege

Scientific conference (2017, October 10)

Dans la culture tardo-médiévale et renaissante, les femmes qui accèdent à des fonctions politiques de premier plan sont souvent associées à des valeurs pacifiques, voire à la vertu cardinale de Prudence ... [more ▼]

Dans la culture tardo-médiévale et renaissante, les femmes qui accèdent à des fonctions politiques de premier plan sont souvent associées à des valeurs pacifiques, voire à la vertu cardinale de Prudence, fondement même de la paix. Ceci les prédispose à jouer un rôle actif dans les processus de pacification dont regorge la période. Nombre d’entre elles ont même participé à la résolution directe de conflits. Il en va ainsi de Louise de Savoie (1476-1531), mère de François Ier et régente du royaume de France en 1515-1516, puis en 1523-1526, et de Marguerite d'Autriche (1480-1530), tante de Charles Quint, gouvernante et régente des Pays-Bas en 1507-1515, puis en 1517-1530. À Cambrai, en 1529, toutes deux négocièrent et signèrent, au nom de leurs fils et neveu, l’un des accords de paix les plus célèbres de la Renaissance, « la Paix des Dames », qui mit fin à la seconde guerre que se livraient le roi de France et l’empereur. Ce cours-conférences – qui réunit historiens et historien de l’art – propose d'évoquer les aspects politiques et diplomatiques du traité de Cambrai d'une part, d'analyser le discours élaboré en vue de célébrer la paix et son maintien d'autre part. Seront ainsi convoqués textes et œuvres d’art, produits tant en France que dans les anciens Pays-Bas et dans lesquels les deux princesses sont sans cesse assimilées à la paix et à la concorde. Mais il s’agira également d’insister sur le fait que ce motif – abondamment exploité à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes – n’apparaît pas seulement à l’occasion de la « Paix des Dames » : dès 1515 pour Louise, dès 1507 pour Marguerite, alors qu’elles participent l’une et l’autre au pouvoir, elles ont été reconnues comme dames de paix et associée, dans les productions artistiques, les traités et la correspondance, à la vertu de Prudence. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (0 ULiège)
See detailTableaux, livres, tapisseries. Les chefs d’œuvre nordiques
Fagnart, Laure ULiege

in François Ier et l'art des Pays-Bas. Musée du Louvre (2017)

Detailed reference viewed: 7 (1 ULiège)
See detailQuand la couronne de France fait son marché à Anvers
Fagnart, Laure ULiege

in François Ier et l'art des Pays-Bas. Musée du Louvre (2017)

La place de l'art flamand dans les collections royales françaises constitue un volet important des relations entre François Ier et les productions artistiques du Nord.

Detailed reference viewed: 4 (0 ULiège)
See detailL'emblématique de Louise de Savoie
Fagnart, Laure ULiege

Conference (2017, July 04)

Countess then duchess of Angoulême, Louise of Savoy (1476-1531) is the mother of two illustrious children, Marguerite, future Queen of Navarre, and Francis, future King Francis I. At the time her « Cesar ... [more ▼]

Countess then duchess of Angoulême, Louise of Savoy (1476-1531) is the mother of two illustrious children, Marguerite, future Queen of Navarre, and Francis, future King Francis I. At the time her « Cesar » become king, Louise dominates the Council and governs the kingdom as Regent, first in 1515-1516, then in 1523-1526. Our contribution will extend the analyses made by Anne-Marie Lecoq and Pierre-Gilles Girault, focussing on Louise of Savoy’s emblematic discourse. We will analyse her attire which clarifies the role she intended to play at the Court. We will also consider the Cord, one of the favourite devices of Louise of Savoy. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÀ propos de médaillons émaillés à l’effigie de veuves. Contribution à l’étude des portraits de Louise de Savoie (et de Marguerite d’Autriche)
Fagnart, Laure ULiege

in Revue Belge d'Archéologie et d'Histoire de l'Art (2017), LXXXVI(1), 127-139

This contribution studies an enamelled medallion in the Walters Art Museum in Baltimore (inv. no. 44.504). The obverse shows a widow while the reverse represents a scene inspired by the Virgin and the ... [more ▼]

This contribution studies an enamelled medallion in the Walters Art Museum in Baltimore (inv. no. 44.504). The obverse shows a widow while the reverse represents a scene inspired by the Virgin and the Cradle after Raphael. The lady depicted can be identified as Louise of Savoy since the physiognomic features of the portrait are those of Francis I’s mother. The drawing, or more likely a copy of the model from which the enameller worked, has been preserved. The reverse confirms this identification since the scene and the accompanying inscription emphasize Saint Anne, one of the female saints that Louise most often invoked as a model. Louise of Savoy, however, is depicted in white mourning, which is exceptional for the mother of Francis I. This particularity could be explained by the circumstances of the assignment. The Baltimore medallion, like another one in the Victoria and Albert Museum (inv. 7912-1862) probably representing Margaret of Austria, would have been executed as a reminder of one of the most memorable facts of the life of the mother of Francis I, which is the Peace treaty she signed in 1529 with the aunt of Charles V. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (0 ULiège)
Full Text
See detailArts et artistes du Nord à la cour de François Ier
Fagnart, Laure ULiege; Lecocq, Isabelle

Book published by Picard (2017)

Whereas the exchanges between Francis I and Italy have attracted much attention, the King’s relations with the old Southern Netherlands, as rich and complex, have not been carefully studied. The book ... [more ▼]

Whereas the exchanges between Francis I and Italy have attracted much attention, the King’s relations with the old Southern Netherlands, as rich and complex, have not been carefully studied. The book "Arts et artistes du Nord à la cour de François Ier" aims to fill this gap by considering the interest of the King of France - in artists and musicians from the old Southern Netherlands and their works. [less ▲]

Detailed reference viewed: 53 (5 ULiège)
See detailFrançois Ier et les arts du Nord (1515-1547). Des liens à explorer et à appronfondir encore
Fagnart, Laure ULiege; Lecocq, Isabelle

in Fagnart, Laure; Lecocq, Isabelle (Eds.) Arts et artistes du Nord à la cour de François Ier (2017)

Detailed reference viewed: 25 (4 ULiège)
See detailJean Clouet versus Joos van Cleve
Fagnart, Laure ULiege

in Fagnart, Laure; Lecocq, Isabelle (Eds.) Arts et artistes du Nord à la cour de François Ier (2017)

Detailed reference viewed: 19 (5 ULiège)
See detailFrançois Ier, 'second César' et l'appartement des bains du château de Fontainebleau
Fagnart, Laure ULiege

in Petey-Girard, Bruno; Polizzi, Gilles; Tran, Trung (Eds.) François Ier imaginé. Actes du colloque de Paris organisé par l'association Renaissance-Humanisme-Réforme et par la Société Française d'Etudes du Seizième Siècle (Paris, 9-11 avril 2015) (2017)

En 1527, alors que François Ier entame la rénovation architecturale et décorative du château de Fontainebleau, l’assimilation du prince avec Jules César est devenu un topos du discours royal ... [more ▼]

En 1527, alors que François Ier entame la rénovation architecturale et décorative du château de Fontainebleau, l’assimilation du prince avec Jules César est devenu un topos du discours royal. Inévitablement, un tel imaginaire imprègne l’aménagement du château de Fontainebleau. On le retrouve dans la galerie François Ier mais aussi dans l'appartement des bains, un ensemble que le roi et le cercle de lettrés et d’érudits qui l’entoure imaginèrent sur le modèle des thermes de la Rome impériale. Cette contribution propose une confrontation entre la suite bellifontaine et les infrastructures antiques, mais aussi quelques installations contemporaines, et ce dans le but de préciser l’originalité des bains de François Ier. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (5 ULiège)
See detailLe projet EpistolART à la lumière de certaines lettres évoquant Léonard de Vinci
Delfosse, Annick ULiege; Fagnart, Laure ULiege

Conference (2016, August 19)

Le projet EpistolART – dont nous sommes co-promotrices, avec Paola Moreno et Dominique Allart – explore le matériau épistolaire artistique de la première modernité. Dans ce cadre, le "Carteggio inedito ... [more ▼]

Le projet EpistolART – dont nous sommes co-promotrices, avec Paola Moreno et Dominique Allart – explore le matériau épistolaire artistique de la première modernité. Dans ce cadre, le "Carteggio inedito d’artisti dei secoli XIV, XV, XVI" que Johann Wilhelm Gaye a publié en 1839-1840 constitue l’un de nos corpus privilégiés. Méritoire, le travail de Gaye n’en demeure pas moins dépassé : aussi l’équipe EpistolART a-t-elle entrepris d'éditer à nouveaux frais ce corpus, en suivant les critères de la philologie, de la codicologie et de la paléographie moderne, et de reverser cette édition dans une base de données en ligne. Durant notre intervention, nous voudrions d’abord vous présenter la base de données EpistolART (travail éditorial, heuristique, conception de la base de données) puis nous arrêter sur quelques lettres évoquant Léonard de Vinci dont les membres du projet EpistolART proposent une nouvelle édition. Ces missives constituent des documents extrêmement précieux pour écrire l’histoire des relations entre le maître florentin et la France, spécialement avec le roi Louis XII, qui appelle l’artiste à son service en 1506. Si les historiens qui se sont penchés sur la vie et l’œuvre de Léonard de Vinci connaissent ces correspondances, rares sont ceux qui ont recouru aux documents épistolaires originaux. Or, ce n’est qu’au départ d’un texte sûr, appréhendé tant dans sa matérialité que dans ses contenus, que peuvent se déployer des analyses scientifiquement fondées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (2 ULiège)