References of "Venier, Claudia"
     in
Bookmark and Share    
See detailAppréhender les étrangers dans l'Egypte ancienne : le cas de l'établissement royal de Gourob
Venier, Claudia ULiege

Scientific conference (2019, May 14)

Le site de Médinet el-Gourob, situé à l'entrée de la dépression fertile du Fayoum, est associé, à partir du règne de Thoutmosis III (ca 1482-1425 avant notre ère), à un domaine et une résidence ... [more ▼]

Le site de Médinet el-Gourob, situé à l'entrée de la dépression fertile du Fayoum, est associé, à partir du règne de Thoutmosis III (ca 1482-1425 avant notre ère), à un domaine et une résidence privilégiée des femmes de la famille royale et de la cour, souvent désigné sous le terme de « palais-harem ». La nature de cette implantation implique la présence d'une large communauté étrangère arrivée en Egypte à la suite, notamment, de mariages diplomatiques que les pharaons de l'époque contractèrent avec des princesses de royaumes partenaires. Une large proportion d'artéfacts importés depuis le Levant, Chypre et Mycènes a, de plus, été mise au jour lors des quatre campagnes de fouilles qui ont pris place, sous l'impulsion de Sir William Matthew Flinders Petrie, sur le site de Gourob à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Cependant, malgré la présence avérée d'une communauté étrangère et de matériel importé en grand nombre à Gourob, il n'est pas aisé d'appréhender individuellement les étrangers qui gravitaient dans la haute société pharaonique. En effet, leur détectabilité, à travers l'examen de leurs pratiques matérialisées et funéraires et afin de déterminer leur niveau d'intégration culturelle, est confrontée à certaines limites de la documentation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 17 (4 ULiège)
See detailLes objets des nécropoles de Gourob aux Musées Royaux d'Art et d'Histoire
Venier, Claudia ULiege

Scientific conference (2017, December 01)

Detailed reference viewed: 21 (6 ULiège)
See detailAutour du harem de Thoutmosis III. Etude du matériel provenant de Gourob et conservé aux Musées royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles
Venier, Claudia ULiege

Master's dissertation (2017)

Le site actuel de Médinet el-Gourob correspond au domaine royal antique de Mi-Our, expression qui signifie « le grand canal ». Il se situe en Moyenne Egypte, à un emplacement stratégique qui marque ... [more ▼]

Le site actuel de Médinet el-Gourob correspond au domaine royal antique de Mi-Our, expression qui signifie « le grand canal ». Il se situe en Moyenne Egypte, à un emplacement stratégique qui marque l’entrée de la zone du Fayoum. Durant le Nouvel Empire, Thoutmosis III (ca 1479-1425 avant notre ère) y fonde une résidence, identifiée aujourd’hui comme un « palais-harem ». Dans le cadre de mon mémoire de Master, je me suis intéressée à l’étude de ce site égyptien en mobilisant les sources archéologiques qui y ont été mises au jour. J’ai ainsi retracé l’historique des fouilles qui y furent entreprises depuis la fin du XIXe siècle et synthétisé les apports et interprétations de chacune des campagnes. Je me suis ensuite penchée sur les artéfacts qui y ont été découverts tout au long des quatre saisons majeures de fouilles de l'Egypt Exploration Fund, de l'Egyptian Research Account et de la British School of Archaeology in Egypt. Suite au principe de distribution mis en place par le Service des Antiquités et en vigueur jusqu’en 1936, les objets découverts ont été répartis au sein de plus d’une vingtaine d’institutions muséales à travers le monde. C’est ainsi que les Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles ont acquis, au fil des années, 337 objets en provenance de Gourob, qui sont aujourd’hui dispersés entre les réserves et les vitrines du musée. La majorité des artéfacts présents à Bruxelles proviennent des cimetières environnants le « palais-harem ». La collection est composée de différentes catégories d’objets dont les plus fournies sont la vaisselle, qu’elle soit en céramique, en pierres diverses ou en verre, les amulettes, les bijoux et les ouchebtis. D’un point de vue temporel, elle illustre l’ensemble de la chronologie égyptienne. Toutefois, l’occupation principale du site se situant durant le Nouvel Empire, il n’est pas étonnant que la majorité des artéfacts datent de cette époque. Mon étude de ce matériel, pour la plupart encore inédit, le retour aux rapports de fouilles et publications anciennes et la réalisation d’un catalogue complet de ces objets, intégrant les connaissances actuelles que nous possédons sur Gourob, a permis, non seulement, d’aborder certains aspects socio-culturels de la haute société de l’époque, mais aussi les étapes et les intervenants dans la constitution de la collection d’un musée, sa conservation et sa valorisation. Une série d’artéfacts a ainsi été mise en évidence pour son intérêt méthodologique : ces objets présentent des inscriptions de fouille, au crayon, qui fournissent des informations importantes qu’aucun rapport archéologique n’avait conservées. Le « palais-harem » a été étudié à plusieurs reprises, sous un angle principalement philologique. La collection de Bruxelles permet, quant à elle, d’appréhender, dans une certaine mesure, la vie quotidienne à Gourob par le biais, cette fois, des sources matérielles. Enfin, des artéfacts d’origine étrangère constituent également une part non négligeable de la collection. Leur nombre important à Bruxelles est, en outre, à corréler avec l’intérêt que Jean Capart, alors conservateur-adjoint du musée, portait à ces exotica. Cela pose la question de la présence d’étrangers à la cour égyptienne au Nouvel Empire et, par là, de l’immigration dans la haute société de l’Egypte ancienne. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (6 ULiège)