References of "Multon, Sylvie"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailUn MOOC (Massive Open Online Course) sur des travaux pratiques en Histologie à destination de nos étudiants et du grand public : retour sur une première année d’expérience.
Multon, Sylvie ULiege; Pesesse, Laurence ULiege; Weatherspoon, Alodie ULiege et al

Poster (2018)

Un MOOC (Massive Open Online Courses) est intégré depuis 2017 dans l’enseignement des travaux pratiques d’histologie générale à l’Université de Liège. Il comprend 5 modules d’activités (vidéos ... [more ▼]

Un MOOC (Massive Open Online Courses) est intégré depuis 2017 dans l’enseignement des travaux pratiques d’histologie générale à l’Université de Liège. Il comprend 5 modules d’activités (vidéos, exploration de lames histologiques digitalisées, quiz…), chacun étant consacré à l’un des 5 tissus fondamentaux de l’organisme. Hébergé sur la plate-forme FUN, ce MOOC s’adresse non seulement à nos étudiants mais également au grand public en proposant deux parcours pédagogiques de difficultés différentes. La première session du cours, ouverte en février 2017, a rassemblé 5250 inscrits. Mais qui sont ces apprenants et comment ont-ils utilisé le MOOC ? D’après un sondage proposé à l’inscription (n=841), les motivations à s’inscrire au MOOC se divisent en quatre catégories : 1) la curiosité pure, citée par 33,5% des apprenants, 2) le souhait d’acquérir des compétences valorisables professionnellement (18,2%) ; en effet, beaucoup d’actifs dans le domaine de la santé ou de la biologie ont utilisé le MOOC comme un outil de formation continue en rafraichissant ou approfondissant leurs connaissances, 3) en complément de leurs propres cours d’histologie pour 18% d’apprenants-étudiants et 4) le développement de compétences dans la perspective de futures études ou métier dans le domaine de la santé (9,5%). En terme d’activités, les vidéos et l’utilisation du microscope virtuel ont été les plus plébiscitées. Par ailleurs, un sondage de fin de MOOC (n=159) indique que ce cours a su répondre aux attentes de son public. L’immense majorité des participants au sondage a été satisfaite de la qualité du MOOC (98%) et pense que les objectifs fixés par l’équipe enseignante ont été atteints (80%). Notre but était de rendre le MOOC accessible, de permettre à chaque inscrit d’y trouver un intérêt. Au regard du nombre d’apprenants, des signes de leur engagement et de leur satisfaction, ce MOOC peut être considéré comme un succès. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (9 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUn « Massive Open Online Course » (MOOC) sur des travaux pratiques en Histologie : une méthode, un outil, un public varié ! Retour sur une première année d’expérience.
Multon, Sylvie ULiege; Pesesse, Laurence ULiege; Weatherspoon, Alodie ULiege et al

Conference (2017, November)

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formations en ligne massives ouvertes à tous ». Nés aux Etats-Unis dans de grandes universités, ces ... [more ▼]

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formations en ligne massives ouvertes à tous ». Nés aux Etats-Unis dans de grandes universités, ces cours en ligne accessibles gratuitement laissent espérer une démocratisation maximale des savoirs. Ces cinq dernières années, nous avons dispensé les travaux pratiques en Histologie aux 500 étudiants de première année d’étude de la faculté de Médecine de l’Université de Liège par une méthodologie hybride alliant e-learning et présentiel (Multon et al., 2015). Forte de cette expérience réussie, notre équipe a réalisé un MOOC qui fait partie intégrante du cursus de nos étudiants depuis cette année et qui répond à la volonté de partager nos ressources numériques avec un public plus large. <br />Ce MOOC intitulé « Introduction à l’histologie, exploration des tissus du corps humain » est découpé en un module introductif suivi de 5 modules dédiés aux 5 familles de tissus biologiques. Deux parcours pédagogiques permettent d’approfondir différemment la matière et ainsi de mieux correspondre aux objectifs ou motivations de chacun. La première session, hébergée sur la plate-forme FUN (France Université Numérique), s’est déroulée sur 6 semaines à partir de février 2017. <br />Chaque module du MOOC comprend des vidéos réalisées par l’équipe enseignante. Leur contenu est illustré de schémas construits au fur et à mesure des explications ou encore de liens avec l’anatomie. Les apprenants sont invités à manipuler un microscope virtuel pour explorer des lames histologiques digitalisées sur lesquelles un parcours balisé de questions/réponses est proposé. D’autres activités interactives et ludiques telles que des quiz (avec corrections détaillées personnalisées), la recherche d’intrus ou la réalisation de devoirs corrigés par des pairs permettent de tester et renforcer ses connaissances. A l’issu de chaque module, les apprenants ont la possibilité de réaliser des activités certificatives. L’obtention de 70% à chacune donne lieu à une attestation de suivi avec succès du MOOC. <br />Notre MOOC a attiré 5250 personnes issues de 82 pays. Un sondage à l’inscription (n=841) indique que 42% sont des étudiants et 41% ont une activité professionnelle. Un forum actif a permis de nombreux échanges entre apprenants ou avec l’équipe pédagogique (170 fils de discussion). De nombreux participants ont souligné les aspects didactique, accessible, dynamique et captivant du MOOC. Nos étudiants ont également apprécié la possibilité de travailler où et quand ils le souhaitaient tout en étant guidés par la structure des différents modules. Nos premières données montrent que 32% des apprenants ont utilisé le microscope virtuel et que 20% se sont engagés dans les activités certificatives, la moitié d’entre eux les ayant réussies. <br />En conclusion, la première édition de ce MOOC francophone a su intéresser un vaste public et les premiers retours semblent indiquer sa satisfaction. Dix pourcents des participants ont obtenu l’attestation finale, la moyenne se situant généralement autour de 5% pour les autres MOOC (Oliveri, 2016). Un sondage de fin de cours est actuellement analysé, il nous permettra d’étudier le ressenti des apprenants sur les différentes composantes de l’expérience d’apprentissage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 82 (29 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUn « Massive Open Online Course » (MOOC) sur des travaux pratiques en Histologie : le grand écart entre son intégration dans l’enseignement universitaire et l’intérêt du grand public.
Multon, Sylvie ULiege; Pesesse, Laurence ULiege; Weatherspoon, Alodie et al

Conference (2017, October)

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formations en ligne massives ouvertes à tous ». Nés aux États-Unis avec un programme sur ... [more ▼]

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formations en ligne massives ouvertes à tous ». Nés aux États-Unis avec un programme sur l’intelligence artificielle dispensé par l’université de Stanford, ces cours en ligne accessibles gratuitement font miroiter la possibilité d’une démocratisation maximale des savoirs. A ce titre, les MOOC bénéficient des innovations issues du Web 2.0 : ils tirent le meilleur de la rencontre entre les nouveaux usages induits par les réseaux sociaux et les apports de la pédagogique active. Ces cinq dernières années, nous avons dispensé les travaux pratiques en Histologie aux 500 étudiants de première année d’étude de la faculté de Médecine de l’Université de Liège par une méthodologie hybride alliant e-learning et présentiel (Multon et al., 2015). Forte de cette expérience réussie, notre équipe a réalisé un MOOC faisant partie intégrante du cursus de nos étudiants et qui répond à la volonté de partager nos ressources numériques avec un public plus large. Ce MOOC intitulé « Introduction à l’histologie, exploration des tissus du corps humain » est dédié à l’étude des 5 familles de tissus biologiques. Deux parcours pédagogiques permettent d’approfondir différemment la matière et ainsi de mieux correspondre aux objectifs ou motivations de chacun. La première session, hébergée sur la plate-forme FUN (France Université Numérique), s’est déroulée en 6 semaines à partir de février 2017. Au travers de vidéos explicatives contenant des dessins construits au fur et à mesure et des liens avec l’anatomie suivie d’activités interactives telles que la manipulation d’un microscope virtuel, de nombreux quiz et d’activités réalisées avec les pairs, les participants seront capables de reconnaître les différents types cellulaires et tous les éléments qui les entourent afin de comprendre comment ils s’organisent entre eux pour former des tissus aux fonctions spécifiques. A l’issu de chaque module, les apprenants ont la possibilité de réaliser des activités certificatives. L’obtention de 70% à chacune donne lieu à une attestation de suivi avec succès du MOOC. Notre MOOC a attiré 5250 personnes issues de 82 pays. Un sondage à l’inscription (n=841) indique que 42% sont des étudiants et 41% ont une activité professionnelle. Un forum actif a permis de nombreux échanges entre apprenants ou avec l’équipe pédagogique (170 fils de discussion). De nombreux participants ont souligné les aspects didactique, accessible, dynamique et captivant du MOOC. Nos étudiants ont apprécié la possibilité de travailler où et quand ils le souhaitaient tout en étant guidés par la structure des différents modules. Nos premières données montrent que 32% des apprenants ont utilisé le microscope virtuel et que 20% se sont engagés dans les activités certificatives, la moitié d’entre eux les ayant réussies. En conclusion, la première édition de ce MOOC francophone a intéressé un vaste public. Dix pourcents des participants ont obtenu l’attestation finale, la moyenne se situant généralement autour de 5% pour les autres MOOC (Oliveri, 2016). Un sondage final est actuellement analysé, il nous permettra d’étudier le ressenti des apprenants sur les différentes composantes de l’expérience d’apprentissage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 99 (18 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMassivement histologique : entre continuité et (r)évolution pédagogique. Lancement du premier Massive Open Online Course (MOOC) sur des travaux pratiques en Histologie à destination de nos étudiants mais aussi du grand public.
Multon, Sylvie ULiege; Pesesse, Laurence ULiege; Weatherspoon, Alodie ULiege et al

Poster (2017, March)

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formation en ligne massive ouverte à tous ». Nés aux États-Unis avec un programme sur l’intelligence ... [more ▼]

L’acronyme anglophone MOOC désigne les « Massive Open Online Courses » que l’on pourrait traduire par « formation en ligne massive ouverte à tous ». Nés aux États-Unis avec un programme sur l’intelligence artificielle dispensé par l’université de Stanford, ces cours en ligne accessibles gratuitement font miroiter la possibilité d’une démocratisation maximale des savoirs. A ce titre, les MOOC bénéficient des innovations issues du Web 2.0 : ils tirent le meilleur de la rencontre entre les nouveaux usages induits par les réseaux sociaux et les apports de la pédagogique active. Ces cinq dernières années, nous avons dispensé les travaux pratiques en Histologie aux premières années d’étude de la faculté de Médecine de l’Université de Liège par une méthodologie hybride alliant les bénéfices d’un enseignement à distance et ceux de séances menées en face-à-face (Multon et al., 2015). Notre dispositif d’auto-apprentissage invite chaque année plus de 500 étudiants à parcourir plusieurs coupes d’organes digitalisées afin de découvrir les structures histologiques pointées par des balises interactives pour chaque grande famille de tissus. La mise en ligne d’un MOOC dédié aux travaux pratiques d’Histologie s’inscrit dans une suite logique de nos activités avec une volonté de donner accès à nos ressources numériques à un public plus large. « Découvrir les tissus fondamentaux du corps humain en explorant par vous même des lames histologiques au microscope », tel est le programme de notre MOOC intitulé « Introduction à l’histologie, exploration des tissus du corps humain ». Celui-ci a débuté en février 2017 et est hébergé sur la plate-forme FUN encadrée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du ministère français (https://www.fun-mooc.fr/courses/ulg/108001/session01/about). Ce MOOC s’adresse à un public large : aux étudiants ou futurs étudiants dans le domaine médical, paramédical ou scientifique, aux enseignants, chercheurs, professionnels dans le secteur de la santé, décideurs dans le domaine de l’éducation ou de la santé ou simplement aux curieux désireux de comprendre à partir de quoi le corps humain est construit. Deux parcours pédagogiques permettant d’approfondir différemment la matière sont proposés pour correspondre au mieux aux objectifs ou motivations de chacun. Au travers de vidéos explicatives contenant des dessins réalisés sous vos yeux et des liens avec l’anatomie suivie d’activités interactives telles que la manipulation d’un microscope virtuel, de nombreux quiz et d’activités réalisées avec les pairs, les participants seront capables de reconnaître les différents types de cellules et tous les éléments qui les entourent afin de comprendre comment ils s’organisent entre eux pour former des tissus aux fonctions spécifiques. Une recherche est actuellement en cours sur l’étude des traces d’activités des participants au MOOC en fonction du parcours pédagogique choisi afin d’évaluer notamment l’impact des différentes composantes de l’expérience d’apprentissage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 120 (27 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEstrogen-dependent effects of 5-hydroxytryptophan on cortical spreading depression in rat: Modelling the serotonin-ovarian hormone interaction in migraine aura.
Chauvel, Virginie; Multon, Sylvie ULiege; Schoenen, Jean ULiege

in Cephalalgia : An International Journal of Headache (2017)

Background: Cortical spreading depression (CSD) is the likely culprit of the migraine aura. Migraine is sexually dimorphic and thought to be a ‘‘low 5-HT’’ condition. We sought to decipher the ... [more ▼]

Background: Cortical spreading depression (CSD) is the likely culprit of the migraine aura. Migraine is sexually dimorphic and thought to be a ‘‘low 5-HT’’ condition. We sought to decipher the interrelation between serotonin, ovarian hormones and cortical excitability in a model of migraine aura. Methods: Occipital KCl-induced CSDs were recorded for one hour at parieto-occipital and frontal levels in adult male (n 1⁄4 16) and female rats (n 1⁄4 64) one hour after intraperitoneal (i.p.) injection of 5-hydroxytryptophan (5-HTP) or NaCl. Sixty-five oophorectomized females were treated with estradiol- (E2) or cholesterol- (Chol) filled capsules. Two weeks later we recorded CSDs after 5-HTP/NaCl injections before or 20 hours after capsule removal. Results: 5-HTP had no effect in males, but decreased CSD frequency in cycling females, significantly so during estrus, at parieto-occipital (􏰀3.5CSD/h, p<0.001) and frontal levels (􏰀2.5CSD/h, p1⁄40.014). In oophorectomized rats, CSD susceptibility increased during E2 treatment at both recording sites (þ5CSD/h, p1⁄40.001 and þ3CSD/h, p<0.01), but decreased promptly after E2 withdrawal (􏰀4.7CSD/h, p < 0.001 and 􏰀1.7CSD/h, p 1⁄4 0.094). The CSD inhibitory effect of 5-HTP was significant only in E2-treated rats (􏰀3.4CSD/h, p 1⁄4 0.006 and 􏰀1.8CSD/h, p 1⁄4 0.029). Neither the estrous cycle phase, nor E2 or 5-HTP treatments significantly modified CSD propagation velocity. Conclusion: 5-HTP decreases CSD occurrence in the presence of ovarian hormones, suggesting its potential efficacy in migraine with aura prophylaxis in females. Elevated E2 levels increase CSD susceptibility, while estrogen withdrawal decreases CSD. In a translational perspective, these findings may explain why migraine auras can appear during pregnancy and why menstrual-related migraine attacks are rarely associated with an aura. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (7 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailHeterogeneous incidence and propagation of spreading depolarizations.
Kaufmann, Dan; Theriot, Jeremy; Zyuzin, Jekaterina et al

in Journal of Cerebral Blood Flow & Metabolism (2017)

Spreading depolarizations are implicated in a diverse set of neurologic diseases. They are unusual forms of nervous system activity in that they propagate very slowly and approximately concentrically ... [more ▼]

Spreading depolarizations are implicated in a diverse set of neurologic diseases. They are unusual forms of nervous system activity in that they propagate very slowly and approximately concentrically, apparently not respecting the anatomic, synaptic, functional, or vascular architecture of the brain. However, there is evidence that spreading depolar- izations are not truly concentric, isotropic, or homogeneous, either in space or in time. Here we present evidence from KCl-induced spreading depolarizations, in mouse and rat, in vivo and in vitro, showing the great variability that these depolarizations can exhibit. This variability can help inform the mechanistic understanding of spreading depolarizations, and it has implications for their phenomenology in neurologic disease. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (7 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMettre en place des « tableaux » de bord dans l’étude de l’histologie – Une exploration du potentiel pédagogique des traces d’apprentissage
Verpoorten, Dominique ULiege; Vincke, Grégoire ULiege; Pesesse, Laurence ULiege et al

Conference (2016, June 06)

La communication synthétise les résultats d'un questionnaire visant à estimer les attentes d'enseignants en histologie en matière de visualisations de traces d'apprentissage laissées par leurs étudiants ... [more ▼]

La communication synthétise les résultats d'un questionnaire visant à estimer les attentes d'enseignants en histologie en matière de visualisations de traces d'apprentissage laissées par leurs étudiants lorsqu'ils travaillent avec un outil spécialisé (Cytomine) permettant une interaction avec des coupes histologiques numérisées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 63 (23 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPractical histology in tune with the times.
Multon, Sylvie ULiege; Weatherspoon, Alodie ULiege; Schaffer, Patrick ULiege et al

in Medical Education (2015), 49(11), 1166-7

Detailed reference viewed: 42 (16 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCortical spreading depression decreases Fos expression in rat periaqueductal gray matter.
Bogdanov, Volodomir; Bogdanova, Olena; Lombard, Arnaud et al

in Neuroscience Letters (2015), 585

The migraine headache involves activation and central sensitization of the trigeminovascular pain path- way. The migraine aura is likely due to cortical spreading depression (CSD), a propagating wave of ... [more ▼]

The migraine headache involves activation and central sensitization of the trigeminovascular pain path- way. The migraine aura is likely due to cortical spreading depression (CSD), a propagating wave of brief neuronal depolarization followed by prolonged inhibition. The precise link between CSD and headache remains controversial. Our objectives were to study the effect of CSD on neuronal activation in the peri- aqueductal grey matter (PAG), an area known to control pain and autonomic functions, and to be involved in migraine pathogenesis. Fos-immunoreactive nuclei were counted in rostral PAG and Edinger–Westphal nuclei (PAG–EWn bregma −6.5 mm), and caudal PAG (bregma −8 mm) of 17 adult male Sprague–Dawley rats after KCl-induced CSD under chloral hydrate anesthesia. Being part of a pharmacological study, six animals had received, for the preceding 4 weeks daily, intraperitoneal injections of lamotrigine (15 mg/kg), six others had been treated with saline, while five sham-operated animals served as controls. We found that the number of Fos-immunoreactive nuclei in the PAG decreased after CSD provocation. There was no difference between lamotrigine- and saline-treated animals. The number of CSDs correlated negatively with Fos-immunoreactive counts. CSD-linked inhibition of neuronal activity in the PAG might play a role in central sensitization during migraine attacks and contribute to a better understanding of the link between the aura and the headache. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (3 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detail1, 2, 3 façons d’évaluer des travaux pratiques d’Histologie
Multon, Sylvie ULiege; Crahay, Vinciane ULiege; Florquin, Sandra et al

Conference (2015, January)

Detailed reference viewed: 280 (45 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCortical spreading depression decreases Fos expression in rat periaqueductal gray matter
Borysovych Bogdanov, V.; Bogdanova, O. V.; LOMBARD, Arnaud ULiege et al

in Neuroscience Letters (2015), 585

The migraine headache involves activation and central sensitization of the trigeminovascular pain pathway. The migraine aura is likely due to cortical spreading depression (CSD), a propagating wave of ... [more ▼]

The migraine headache involves activation and central sensitization of the trigeminovascular pain pathway. The migraine aura is likely due to cortical spreading depression (CSD), a propagating wave of brief neuronal depolarization followed by prolonged inhibition. The precise link between CSD and headache remains controversial. Our objectives were to study the effect of CSD on neuronal activation in the periaqueductal grey matter (PAG), an area known to control pain and autonomic functions, and to be involved in migraine pathogenesis. Fos-immunoreactive nuclei were counted in rostral PAG and Edinger-Westphal nuclei (PAG-EWn bregma -6.5. mm), and caudal PAG (bregma -8. mm) of 17 adult male Sprague-Dawley rats after KCl-induced CSD under chloral hydrate anesthesia. Being part of a pharmacological study, six animals had received, for the preceding 4 weeks daily, intraperitoneal injections of lamotrigine (15. mg/kg), six others had been treated with saline, while five sham-operated animals served as controls. We found that the number of Fos-immunoreactive nuclei in the PAG decreased after CSD provocation. There was no difference between lamotrigine- and saline-treated animals. The number of CSDs correlated negatively with Fos-immunoreactive counts. CSD-linked inhibition of neuronal activity in the PAG might play a role in central sensitization during migraine attacks and contribute to a better understanding of the link between the aura and the headache. © 2014 Published by Elsevier Ireland Ltd. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCortical spreading depression decreases Fos expression in rat periaqueductal gray matter.
Borysovich Bogdanov, Volodymir; LOMBARD, Arnaud ULiege; Multon, Sylvie ULiege et al

in Neuroscience Letters (2015)

Detailed reference viewed: 42 (21 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailTh17 cells in melanoma microenvironment
Weatherspoon, Alodie ULiege; Multon, Sylvie ULiege; Defaweux, Valérie ULiege et al

Poster (2014, November)

Detailed reference viewed: 58 (22 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInfluence of ovarian hormones on cortical spreading depression and its suppression by L-kynurenine in rat.
Chauvel, Virginie ULiege; Schoenen, Jean ULiege; Multon, Sylvie ULiege

in PLoS ONE (2013), 8(12), 82279

Migraine is sexually dimorphic and associated in 20-30% of patients with an aura most likely caused by cortical spreading depression (CSD). We have previously shown that systemic L-kynurenine (L-KYN), the ... [more ▼]

Migraine is sexually dimorphic and associated in 20-30% of patients with an aura most likely caused by cortical spreading depression (CSD). We have previously shown that systemic L-kynurenine (L-KYN), the precursor of kynurenic acid, suppresses CSD and that this effect depends on the stage of the estrous cycle in female rats. The objectives here are to determine the influence of ovarian hormones on KCl-induced CSD and its suppression after L-KYN by directly modulating estradiol or progesterone levels in ovariectomized rats. Adult female rats were ovariectomized and subcutaneously implanted with silastic capsules filled with progesterone or 17β-estradiol mixed with cholesterol, with cholesterol only or left empty. Two weeks after the ovariectomy/capsule implantation, the animals received an i.p. injection of L-KYN (300 mg/kg) or NaCl as control. Thirty minutes later CSDs were elicited by applying KCl over the occipital cortex and recorded by DC electrocorticogram for 1 hour. The results show that both estradiol and progesterone increase CSD frequency after ovariectomy. The suppressive effect of L-KYN on CSD frequency, previously reported in normal cycling females, is not found anymore after ovariectomy, but reappears after progesterone replacement therapy. Taken together, these results emphasize the complex role of sex hormones on cortical excitability. The CSD increase by estradiol and, more surprisingly, progesterone may explain why clinically migraine with aura appears or worsens during pregnancy or with combined hormonal treatments. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (31 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBehavior in the open field predicts the number of KCl-induced cortical spreading depressions in rats.
Bogdanov, Volodymyr Borysovych; Bogdanova, Olena Viktorivna; Koulchitsky, Stanislav ULiege et al

in Behavioural Brain Research (2013), 236(1), 90-3

Anxiety disorders are known to be comorbid with migraine, and cortical spreading depression (CSD) is the most likely cause of the migraine aura. To search for possible correlations between susceptibility ... [more ▼]

Anxiety disorders are known to be comorbid with migraine, and cortical spreading depression (CSD) is the most likely cause of the migraine aura. To search for possible correlations between susceptibility to CSD and anxiety we used the open field test in male Sprague-Dawley rats chronically treated with the preventive anti-migraine drugs valproate or riboflavin. Animals avoiding the central area of the open field chamber and those with less exploratory activity (i.e. rearing) were considered more anxious. After 4 weeks of treatment CSDs were elicited by application of 1M KCl over the occipital cortex and the number of CSDs occurring over a 2h period was compared to the previously assessed open field behavior. Higher anxiety-like behavior was significantly correlated with a higher frequency of KCl-induced CSDs. In saline-treated animals, fewer rearings were found in animals with more frequent CSDs (R=-1.00). The duration of ambulatory episodes in the open field center correlated negatively with number of CSDs in the valproate group (R=-0.83; p<0.005) and in riboflavin treated group (R=-0.69; p<0.05) as well as total time spent in the open field center in both groups (R=-0.75; p<0.05 and R=-0.58; p<0.1 respectively). These results suggest that anxiety symptoms are associated with susceptibility to CSD and might explain why it can be an aggravating factor in migraine with aura. [less ▲]

Detailed reference viewed: 46 (16 ULiège)