References of "Leclercq, Bruno"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailRéduire l’altérité au travers des processus de traduction et de représentation
Leclercq, Bruno ULiege; Smette, Bernard ULiege

in Doctorales. Revue LLA-SHS de Montpellier (in press)

WVO Quine questions the « myth » of an ideal realm of shared meanings which every national language would express in its own way. Against the hope of transparent translations, he insists on the necessity ... [more ▼]

WVO Quine questions the « myth » of an ideal realm of shared meanings which every national language would express in its own way. Against the hope of transparent translations, he insists on the necessity for building equivalences from one language to another through a strategy of reducing the differences in rationality among nations as much as possible. According to Quine, otherness is not insuperable impediment to meeting/encounter and mutual understanding ; by throwing our conceptual schemes on the other communities’ uses/practices – which of course involves some symbolic violence – gaps can always been narrowed. Similarly E. Laclau questions the traditional conception of political representation, which is seen as the transparent process of transmitting someone’s will or interests on another level. For this ideal conception of representation, Laclau substitutes a pragmatic conception which takes in account the irreducible gap between the actors as well as the constitutive opacity of the process of representation : the subject’s will is constituted within the process of representation and through the representative’s productive role. In order to be transposed at the decision-making level, the subject’s interests must be translated by the representative as well as be negotiated with the other represented interests. This implies that the initial will undergoes some identity transformations. [less ▲]

Detailed reference viewed: 72 (23 ULiège)
Peer Reviewed
See detailWhat does semantic externalism leave to cognitive transparency ?
Leclercq, Bruno ULiege; De Brabanter, Philippe

Conference (2018, June 14)

Detailed reference viewed: 14 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailEnquête empirique sur la déférence sémantique
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2018, May 25)

La déférence sémantique réside dans l’intention d’un locuteur d’utiliser les mots, non dans le sens où lui-même les entend, mais dans celui que leur confère sa communauté linguistique. Dans le cadre d’une ... [more ▼]

La déférence sémantique réside dans l’intention d’un locuteur d’utiliser les mots, non dans le sens où lui-même les entend, mais dans celui que leur confère sa communauté linguistique. Dans le cadre d’une recherche théorique sur les différentes sortes d’externalisme sémantique et le type de déférence sémantique qui les caractérise (de Brabanter et Leclercq 2018), nous entendons effectuer une enquête empirique visant à recueillir des données sur les intentions des locuteurs en matière de déférence sémantique, et ce pour différents types de termes descriptifs (termes d’espèce naturelle tels que « eau » ou « oiseau », termes sortaux conventionnels tels que « contrat », termes abstraits tels que « justice », termes à « ressemblance de famille » ou à « faisceaux d’usage » (cluster concepts) tels que « meuble » ou « jeu », etc.) pour lesquels la littérature théorique prévoit des modes de déférence distincts (déférence à l’usage, déférence aux experts actuels, déférence aux experts du futur, etc.). Il conviendrait en particulier d’identifier si les locuteurs entretiennent effectivement des intuitions significativement différentes à l’égard du mode de fonctionnement sémantique de ces différents types de termes et/ou si certains modes de fonctionnement sont systématiquement reconnus comme légitimes pour tous les termes. Selon les résultats obtenus par cette enquête, pourraient, pour chaque type de termes, être alternativement renforcées certaines hypothèses internalistes – et avec elles la thèse de la transparence cognitive des contenus sémantiques (Boghossian 2011, 2015) –, certaines hypothèses de l’externalisme d’usage (Wittgenstein 1953), de l’externalisme social (Burge 1979) ou de l’externalisme indexical (Kripke 1972, Putnam 1975). Pourrait alors éventuellement se dessiner une certaine typologie des termes selon la forme d’externalisme à laquelle ils se conforment. Se verraient peut-être confirmer certaines théories sémantiques qui prétendent que l’externalisme indexical ne vaut que pour les termes d’espèce naturelle tandis que les autres termes se prêtent à l’externalisme social ou l’externalisme d’usage selon qu’ils sont ou non confiés à la responsabilité d’experts (Liu 2002). Mais peut-être, en sens inverse, pourrait-il s’avérer que l’externalisme indexical n’est pas caserné aux termes d’espèce naturelle, et que comme le prévoient (De Brabanter & Leclercq 2018), d’autres termes généraux font eux aussi l’objet d’intuition « réalistes » qui amènent à les concevoir comme désignant des phénomènes susceptibles d’investigation scientifique rigoureuse. L’objectif du présent exposé serait de soumettre à l’avis des linguistes belges le dispositif expérimental envisagé. Explicitement exploratoire, cette enquête ne vise qu’à obtenir quelques premières données empiriques pour un nombre restreint de termes linguistiques et à partir d’un échantillon limité de locuteurs francophones. L’objectif est bien de préparer des enquêtes ultérieures à plus large échelle et selon une méthodologie qui aura pu tirer les leçons d’une discussion de la méthode d’investigation elle-même par la communauté scientifique internationale. Nous-mêmes nous appuierons sur la très intéressante discussion méthodologique menée par (Jylkkä, Railo & Haukioja 2009) à propos des deux seules précédentes enquêtes empiriques sur les éventuelles intuitions essentialistes sous-jacentes à l’externalisme sémantique, à savoir la leur et celle de (Braisby, Franks & Hampton 1996). [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailSemantic externalism(s) and semantic deference
Leclercq, Bruno ULiege; De Brabanter, Philippe

Conference (2018, May 25)

We examine various forms of content externalism and the role semantic deference plays in each form. We will distinguish four variants of externalism, Wittgensteinian, Burgean, Putnamian, and extended ... [more ▼]

We examine various forms of content externalism and the role semantic deference plays in each form. We will distinguish four variants of externalism, Wittgensteinian, Burgean, Putnamian, and extended-indexicalist. These labels are indicative, and reflect only our preferred interpretation of the views of the above authors. We take it that Wittgenstein (1953) defended an early variant of ‘social externalism’, as captured by his thesis that “meaning is use”. Consequently, word meaning is distributed across the whole set of linguistic practices of a community of speakers and is never encapsulated in a precise definition in terms of necessary and sufficient conditions. Tyler Burge’s (1979) anti-individualism embodies a more recent variety of social externalism. Burge notoriously maintained that the meaning of the word arthritis is captured by the best description offered by contemporary scientific experts, a description that is not available to non-expert speakers, who defer to the experts for the meanings of the words they do not master completely. A third variety, ‘physical externalism’, which had been advocated a few years before by Saul Kripke (1972) and Hilary Putnam (1975), held that the meanings of words like gold or water depend on the actual nature of the very substances the words are intended to denote, whatever the descriptions provided by the current scientific experts. The implication is that experts too fall short of perfect mastery of certain categories of terms used by the community. We propose a fourth variety of externalism, dubbed ‘extended indexicalism’. Even though he argued for a “(social) division of linguistic labor”, thus apparently endorsing deference to current scientific experts, Putnam advocated physical externalism, i.e. an indexical rather than descriptive theory of reference for natural-kind terms (Liu 2002). Drawing upon him, we consider the possibility of doing justice to certain ‘realist intuitions’ of speakers by arguing that social externalism, in its two variants, might be made subordinate to some indexical externalism for many other terms than natural-kind terms. On this hypothesis, many descriptive terms (even sortal or abstract ones, say, freedom) are seen as intended to capture phenomena that have a certain nature, which might lend itself to rigorous scientific investigation. It is in this ‘nature’ of the phenomenon, of which putative future experts may improve our knowledge, that the meaning of these descriptive terms resides. Current usage, or, when available, descriptions provided by current experts only approximate this meaning. Semantic deference lies in the fact that “Other people know what I mean better than I do”. It is indeed often the case that users intend to use words the way (some) other members of their linguistic community do. They are then disposed to be corrected if they use the words improperly (i.e. willing to accept that previous statements they made with misused words were false). In the case of social externalism, semantic deference to experts is rather straightforward. We will however show that there are other forms of semantic deference related to the other forms of externalism of contents. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailL’imagination au pouvoir. Référence singulière et exploration des mondes intuitifs possibles
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2018, March 30)

Dans la mesure où elles permettent toutes deux d’explorer des possibilités qui dépassent la réalité de ce qui est effectivement perçu, l’imagination et la faculté de conception intellectuelle (entendement ... [more ▼]

Dans la mesure où elles permettent toutes deux d’explorer des possibilités qui dépassent la réalité de ce qui est effectivement perçu, l’imagination et la faculté de conception intellectuelle (entendement) sont souvent associées l’une à l’autre dans leur opposition commune à la perception. En nous appuyant sur la théorie husserlienne des intentions de signification et de leur remplissement par l’intuition, nous insisterons pour notre part sur tout ce qui distingue l’imagination de la conception intellectuelle et qui la rapproche au contraire de la perception : - sur le terrain de la phénoménologie et de la philosophie de l’esprit, nous montrerons d’abord ce qui différencie les actes mentaux d’imagination des actes de conception, en particulier la singularisation de visée qu’implique l’apport de données sensibles concrètes ; - sur le terrain de la sémantique et de l’ontologie, nous nous intéresserons ensuite aux contenus et « objets » propres aux actes d’imagination et aux actes de conception, et nous dénoncerons à cet égard les confusions entretenues par la théorie meinongienne des objets inexistants aussi bien que par la théorie twardowskienne des objets immanents ; - sur le terrain de la philosophie du langage et de l’esprit, nous insisterons alors sur le type de référence mentale et linguistique permise par l’imagination (par opposition à la simple conception) et sur la possibilité ainsi ouverte de jugements fictionnels synthétiques (plutôt qu’analytiques) ainsi que d’une désignation fictionnelle rigide analogue à la référence de re (et non de dicto). Dans un second temps [si la durée de l’intervention le permet], nous nous interrogerons sur le rôle épistémologique spécifique que peut jouer l’imagination – par opposition à la simple analyse conceptuelle – dans l’exploration des possibles. Pour Husserl, il importe de distinguer ce qui est intellectuellement inconcevable (c’est-à-dire inconsistant, formellement contradictoire) de ce qui est inimaginable (c’est-à-dire non conforme aux contraintes de l’intuition sensible). Des lois analytiques (sphère de l’a priori formel), qu’explore l’analyse conceptuelle, se distinguent les lois de l’a priori matériel ou synthétique, que permettent de dégager les variations libres de l’imagination. A cet égard, on sait que des débats très vifs ont opposé les théoriciens de la connaissance quant aux sources du savoir mathématique. Kant tenait l’arithmétique et la géométrie pour synthétiques a priori car fondées sur l’intuition formelle et sur les schèmes (et constructions) de l’imagination. En sens inverse, Bolzano défendait le caractère purement analytique des mathématiques, dans lesquelles, selon lui, l’imagination peut au mieux jouer un rôle psychologique d’adjuvant. Et le logicisme de Frege et Russell renchérissait en montrant dans le détail que les concepts et principes arithmétiques mais aussi géométriques fondamentaux peuvent être définis en termes purement logiques de sorte que les mathématiques seraient entièrement réductibles à la logique et donc analytiques. Tout en acceptant la dimension essentiellement formelle des théories mathématiques modernes (contrairement aux intuitionnistes), certains épistémologues contemporains du projet logiciste préservent toutefois une certaine légitimité épistémologique à l’imagination. C’est le cas de Husserl lorsqu’il distingue deux versants des mathématiques selon qu’elles relèvent de la logique de la conséquence (où prévaut la non-contradiction) ou de la logique de la vérité (où prévaut la question de l’existence de modèles intuitifs). C’est aussi le cas de Peirce lorsqu’il montre l’importance sémiotique de l’imagination dans les déductions « théorématiques », qui, contrairement aux simples déductions « corollariales », ne sont pas triviales et comportent un véritable gain d’information, même si elles peuvent ensuite faire l’objet de preuves purement analytiques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailLa phénoménologie doit-elle fonder ou seulement élucider les mathématiques?
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2018, March 21)

Detailed reference viewed: 11 (1 ULiège)
See detailSemantic externalism(s) and semantic deference
Leclercq, Bruno ULiege; De Brabanter, Philippe

Conference (2018, March 02)

Detailed reference viewed: 11 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFoundational mereology as a logical tool for descriptive psychology
Leclercq, Bruno ULiege

in Fisette, Denis; Frechette, Guillaume; Janousek, Hynek (Eds.) Franz Brentano (2018)

Detailed reference viewed: 13 (1 ULiège)
Full Text
See detailLooking for Smaug and the golden mountain
Leclercq, Bruno ULiege

in Van Kerkhove, Bart (Ed.) Horrible beauty (2018)

The neat distinction between objects and concepts which prevails in standard extensional logic seems to be challenged by inexistent objects. Yet modal logics and Meinongian logics offer two very different ... [more ▼]

The neat distinction between objects and concepts which prevails in standard extensional logic seems to be challenged by inexistent objects. Yet modal logics and Meinongian logics offer two very different non-extensional ways of dealing with such objects. While the former somehow stick to the object-concept distinction, the latter overcome it in such a way that objects come to get most of the main features which standardly characterise concepts. Now, just like non-fictional discourse requires distinguishing between a de re and a de dicto reading of some linguistic expressions, (naïve reading of) fiction requires distinguishing between a de altero mundo and a de dicto reading of expressions. And this pleads for the preservation for the object-concept distinction even for fiction. This is why modal logics provide a better tool for a general theory of reference that accounts both for fictional and non-fictional discourse [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAbout all and nothing
Leclercq, Bruno ULiege

in Logica Universalis (2018)

In § 120 of the Wissenschaftslehre, Bernard Bolzano mentions the idea of nothing as a counter-example to the principle of inverse proportionality of the intension and extension of ideas. We’ll here ... [more ▼]

In § 120 of the Wissenschaftslehre, Bernard Bolzano mentions the idea of nothing as a counter-example to the principle of inverse proportionality of the intension and extension of ideas. We’ll here investigate three logical conceptions of such an idea. After having considered the standard conception of nothing as a quantifier, i.e. as a second order property accounting for the extensional vacuity/emptiness of first order properties, we’ll consider two intensional characterizations of the idea of nothing along Meinongian lines. The first one, defended by Dale Jacquette, makes “being nothing” a nuclear property and “being” the (abstract) object characterized by this sole property. We’ll show, however, that this leads to many unwanted consequences, and that it would be better to make “being nothing” an extranuclear property, the property of having no extranuclear property. The second intensional conception of nothing, defended by Thibaut Giraud, will satisfy this requirement and deal with it in mereological terms. However, for want of a convenient algebraic structure, this conception will take nothing as the empty whole and make it part of all objects, including atomic ones, which is itself questionable. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBrentano, Frege et le tournant mathématique de la logique
Leclercq, Bruno ULiege

in Revue Philosophique de Louvain (2018)

Des deux réformes de la logique (très différentes l’une de l’autre mais toutes deux majeures) que Franz Brentano et Gottlob Frege proposèrent quasi-simultanément à la fin du xixe siècle, force est ... [more ▼]

Des deux réformes de la logique (très différentes l’une de l’autre mais toutes deux majeures) que Franz Brentano et Gottlob Frege proposèrent quasi-simultanément à la fin du xixe siècle, force est aujourd’hui de constater que c’est, de loin, la seconde qui a eu, sur le développement de la logique contemporaine, l’impact le plus significatif. Une part importante des raisons tient évidemment aux avantages respectifs des deux analyses logiques nouvelles que Brentano et Frege opposent à l’analyse logique traditionnelle héritée d’Aristote. Sur ce point, cependant, plusieurs commentateurs ont montré que, si la logique frégéenne des prédicats et sa théorie de la quantification présentaient assurément des intérêts théoriques majeurs, le système de Brentano pouvait, lui aussi, faire valoir de véritables atouts, qui auraient pu être exploités davantage. Au-delà toutefois de leurs contributions spécifiques à l’analyse logique, ce sont en fait surtout deux conceptions nettement distinctes de la logique qui séparent les deux auteurs : là où, conformément à la tradition aristotélicienne, Brentano voit dans la logique une théorie du jugement et de l’inférence, c’est-à-dire des actes judicatifs et inférentiels, Frege y voit une théorie des structures de rapports formels, lesquels peuvent alors seulement faire l’objet d’actes de jugement et d’inférence. C’est aussi et peut-être surtout cette conception qui va s’imposer avec la logique mathématique contemporaine et assurer le triomphe de Frege. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULiège)
See detailLooking for Smaug and the golden mountain. Are fictional objects Kripkean or Meinongian?
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2017, October 20)

Detailed reference viewed: 19 (0 ULiège)
Peer Reviewed
See detailExploring possibilities through imagination. What can be conceived and what can be seen
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2017, September 29)

Detailed reference viewed: 20 (0 ULiège)
Peer Reviewed
See detailSemantic externalism(s) and cognitive transparency
Leclercq, Bruno ULiege; De Brabanter, Philippe

Conference (2017, September 22)

Detailed reference viewed: 31 (2 ULiège)
Peer Reviewed
See detailGiving an account of fictional discourse. Meinongian logics versus modal logics
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2017, August 29)

Detailed reference viewed: 18 (2 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLogical tools for descriptive psychology. Set theory and foundational mereology
Leclercq, Bruno ULiege

Conference (2017, May 30)

Detailed reference viewed: 24 (2 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'acte d'imagination: Approches phénoménologiques
Hagelstein, Maud ULiege; Hervy, Alievtina ULiege; Leclercq, Bruno ULiege

in Bulletin d'Analyse Phénoménologique (2017), 13 (2017)(2),

Du 25 au 29 avril 2016, le centre « Phénoménologies » de l’Université de Liège a tenu la dixième édition de son séminaire international de recherche en phénoménologie. Autour du thème général L’Acte ... [more ▼]

Du 25 au 29 avril 2016, le centre « Phénoménologies » de l’Université de Liège a tenu la dixième édition de son séminaire international de recherche en phénoménologie. Autour du thème général L’Acte d’imagination : approches phénoménologiques, vingt-huit chercheurs issus de vingt-deux universités différentes se sont rencontrés pendant une semaine entière pour discuter dans le détail plusieurs aspects de la problématique. Le volume actuel reprend la plupart des communications qui avaient été présentées durant cette semaine, communications ici retravaillées pour intégrer les propositions qu’avaient suscitées leur présentation originale et plus généralement l’ensemble des débats très riches qu’avait permis la constitution ponctuelle d’une vraie communauté philosophique. Kant avait notoirement fait de la faculté d’imagination un intermédiaire (un peu indécis) entre la réceptivité de l’expérience sensible et la spontanéité de l’entendement. En s’installant plus nettement sur le terrain de la psychologie descriptive et en abandonnant le vocabulaire des « facultés » pour lui préférer celui des actes mentaux ou des fonctions psychiques, les brentaniens s’étaient donné les moyens d’analyser plus finement les composantes de l’acte d’imagination (mode de visée, contenu réel, contenu intentionnel...), les rapports de fondation qu’il entretient avec d’autres types d’actes, et par là le rôle qu’il peut jouer dans les fonctions cognitives ou évaluatives de l’esprit. C’est de cet acte d’imagination, envisagé par la phénoménologie en tant que psychologie descriptive, qu’il sera ici question. [less ▲]

Detailed reference viewed: 71 (3 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailImagination entachée de singularité versus conception immaculée : De l’irréductibilité des objets intentionnels à de simples concepts
Leclercq, Bruno ULiege

in Bulletin d'Analyse Phénoménologique (2017), 13(2), 170-190

En repartant des analyses de Jacques English sur la triple modalité (perceptive, imaginative et signitive) de l’intentionnalité, je m’attacherai à opposer, parmi les deux modalités qui s’abstraient du ... [more ▼]

En repartant des analyses de Jacques English sur la triple modalité (perceptive, imaginative et signitive) de l’intentionnalité, je m’attacherai à opposer, parmi les deux modalités qui s’abstraient du réel pour envisager des possibles, l’imagination, qui les traite sur le mode de la donation singulière et, relevant de l’intuition, fournit dès lors de véritables objets intentionnels susceptibles de jugements synthétiques, et la conception, qui les traite sur le mode de la visée signitive générale et, pour cette raison, ne fournit que des concepts, qui ne sont susceptibles que de jugements analytiques et ne sont pas encore d’authentiques objets intentionnels. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (0 ULiège)