References of "Degroote, Frédéric"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailJean Desquesnes : Il primo libro de madrigali a cinque voci (Anvers, Phalèse et Bellère, 1594). Edition critique
Degroote, Frédéric ULiege

in Revue de la Société Liégeoise de Musicologie (in press)

Detailed reference viewed: 29 (2 ULiège)
See detailLe madrigal des anciens Pays-Bas méridionaux : un laboratoire de la transition entre prima pratica et seconda pratica ?
Degroote, Frédéric ULiege

Conference (2018, January 30)

Dans l’Italie du XVIe siècle, le genre polyphonique profane appelé « madrigal » gagne au fil des décennies une popularité croissante. Dans un premier temps, son succès doit beaucoup aux oltremontani ... [more ▼]

Dans l’Italie du XVIe siècle, le genre polyphonique profane appelé « madrigal » gagne au fil des décennies une popularité croissante. Dans un premier temps, son succès doit beaucoup aux oltremontani émigrés en Italie tels Jacques Arcadelt, Adrian Willaert ou Cipriano De Rore. Le madrigal devient ensuite un véritable laboratoire musical et poétique, essentiellement italien, ouvert aux expérimentations les plus maniéristes auxquelles s’adonnent Luca Marenzio, Carlo Gesualdo et Claudio Monteverdi. A partir des années 1550, un nouveau centre du madrigal prend progressivement place dans le Nord, et plus particulièrement à Anvers où les rééditions de compositeurs italiens côtoient une production plus locale. Les imprimeurs Pierre Phalèse et Jean Bellère remportent en particulier un certain succès en publiant plusieurs anthologies de madrigaux mêlant compositeurs italiens et locaux et dédiant ensuite des publications individuelles à des compositeurs autochtones parmi lesquels figurent Jean de Turnhout, Jean Desquesnes ou Cornelis Verdonck. Pour appréhender le phénomène du déclin de la polyphonie au profit de la monodie - qui gagne nos régions certes moins vite que l’Italie - le madrigal offre quelques clés de compréhension. A travers quelques exemples, il s’agira lors de cette communication d’investiguer le corpus madrigalesque du Nord comme laboratoire de la transition entre la prima pratica et la seconda pratica. A la lumière de cette analyse, il conviendra aussi d’interroger le postulat – encore vivace – hérité d’Alfred Einstein selon lequel la production madrigalesque des musiciens flamands après Cipriano de Rore et Roland de Lassus revêt un caractère archaïsant. Cette communication sera donc l’occasion d’une première réévaluation des transferts et des échanges que le genre a engendré sous la plume des compositeurs issus des anciens Pays-Bas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (0 ULiège)
Full Text
See detailLe Primo libro di madrigali de Jean Desquesnes (Anvers, Phalèse, 1594): Première tentative d’analyse d’un certain madrigal des anciens Pays-Bas méridionaux
Degroote, Frédéric ULiege

Conference (2017, October 20)

En 1594 paraît à Anvers Il primo libro de madrigali a cinque voci de Jean Desquesnes, chanteur à la chapelle royale de Bruxelles. Peu d’informations sont à ce jour connues s’agissant du compositeur. Son ... [more ▼]

En 1594 paraît à Anvers Il primo libro de madrigali a cinque voci de Jean Desquesnes, chanteur à la chapelle royale de Bruxelles. Peu d’informations sont à ce jour connues s’agissant du compositeur. Son recueil de 1594 — l’unique imprimé attribué à Desquesnes — constitue néanmoins un cas d’étude intéressant en vue d’appréhender la dynamique madrigalesque qui s’instaure dans les anciens Pays-Bas méridionaux, et plus particulièrement à Anvers, dès les années 1580. Pierre Phalèse et Jean Bellère remportent en effet un certain succès en publiant, dès 1583, plusieurs anthologies de madrigaux mêlant compositeurs italiens et locaux et dédiant ensuite, à des compositeurs issus des anciens Pays-Bas parmi lesquels figurent Desquesnes, des publications individuelles. Il s’agira lors de cette communication d’étudier l’agencement de son recueil et quelques-unes de ses caractéristiques, notamment les choix poétiques, en vue d’une mise en perspective de la production à Anvers à cette époque. Cette communication est aussi l’occasion, au départ du cas Desquesnes, de dresser un premier panorama du phénomène madrigalesque à Anvers dans les années 1580 et 1590. Les articles de Kristine Forney, Gerald Hoekstra et Susan Lewis Hammond ont assurément permis de franchir un premier pas dans la compréhension dudit phénomène et le développement général de cette tendance mais peu d’éditions critiques et d’analyses des livres de madrigaux ont vu jusqu’ici le jour1. Il s’agira aussi d’interroger le postulat – encore vivace – hérité d’Alfred Einstein selon lequel la production madrigalesque des musiciens flamands après Cipriano de Rore, Roland de Lassus, Philippe de Monte et Giaches de Wert revêt un moindre intérêt que celle de leurs collègues italiens2. Cette communication sera donc l’occasion d’une première réévaluation du genre tel qu’approprié par les compositeurs issus des anciens Pays-Bas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (3 ULiège)