References of "Dedry, Laurent"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailForEstimator
Dedry, Laurent ULiege; De Thier, Olivier ULiege; Perin, Jérôme ULiege et al

Software (2015)

ForEstimator est un plugin (une extension) QGIS qui permet d'estimer la hauteur dominante de peuplements résineux en Wallonie.

Detailed reference viewed: 556 (111 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailNew data on the recent history of the littoral forests of southern Cameroon: an insight into the role of historical human disturbances on the current forest composition
Biwolé, Achille ULiege; Morin-Rivat, Julie ULiege; Fayolle, Adeline ULiege et al

in Plant Ecology and Evolution (2015), 148(1), 19-28

Background and aims – Prior to European colonisation of Central Africa, human populations were dispersed through the forests, where they practiced slash-and-burn cultivation. From the 19th century they ... [more ▼]

Background and aims – Prior to European colonisation of Central Africa, human populations were dispersed through the forests, where they practiced slash-and-burn cultivation. From the 19th century they were progressively concentrated in villages along roads, leaving large areas of forest derelict. In south-western Cameroon, and elsewhere in Central Africa, forest canopy is dominated by long-lived lightdemanding tree species, suggesting a possible role of human disturbance. The aim of this study was to bring new insights into the possible effect of historical human disturbances in terms of timing and spatial extent on the current forest composition. Location – Wet evergreen littoral forest in south-western Cameroon. Methods and key results – A combined vegetation sampling and archaeobotanical survey were conducted. Potsherds, oil-palm endocarps, and charcoal were found throughout the study area, suggesting generalised human occupation and anthropogenic fire. Human occupancy occurred in two periods: between 2200 and 1500 BP, and, more recently, beginning three centuries ago. High frequency of fire and the presence of Elaeis guineensis both dated recently (between 260 and 145 BP) suggest slash-and-burn shifting cultivation practices. These human-induced disturbances may coincide with the age of the current emergent lightdemanding species, the age of which can be estimated around 200 years, or with the phases of drying climate recorded in the Central African forest in the early 18th century. Conclusions – These results support the idea that historical human disturbances are one of the major factors that shaped the current forest composition in Central Africa. [less ▲]

Detailed reference viewed: 136 (41 ULiège)
Full Text
See detailForEstimator : un nouvel outil cartographique pour mieux connaître la forêt wallonne
Dedry, Laurent ULiege; De Thier, Olivier ULiege; Perin, Jérôme ULiege et al

in Forêt.Nature (2015), (135), 40-46

Suite à l’acquisition par le Service public de Wallonie d’une couverture LiDAR de l’ensemble du territoire régional, et à l’établissement d’un modèle numérique de hauteur basé sur cette dernière, Gembloux ... [more ▼]

Suite à l’acquisition par le Service public de Wallonie d’une couverture LiDAR de l’ensemble du territoire régional, et à l’établissement d’un modèle numérique de hauteur basé sur cette dernière, Gembloux Agro-BioTech (GxABt) a mis au point un plugin QGIS, baptisé «ForEstimator», permettant aux gestionnaires et propriétaires forestiers de calculer facilement la hauteur dominante de leurs peuplements d’épicéas et de douglas équiennes. De plus, pour corriger l’ancienneté des données LiDAR, le plugin est couplé à un modèle de prédiction de la croissance de la hauteur dominante. Cette originalité permet d’actualiser l’estimation à une date postérieure à l’acquisition des données LiDAR. Parallèlement, l’équipe de GxABT a pu déterminer l’arbre le plus haut de Wallonie. Il s’agit d’un douglas de 61 mètres de haut au sein d’un peuplement mélangé de douglas et tsuga, planté en 1900, situé à Bouillon. ForEstimator permet aux gestionnaires forestiers de produire facilement des cartes de hauteur dominante, de productivité des peuplements, etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 401 (108 ULiège)
Full Text
See detailSIMMEM comme outil d'aide à la gestion : exemple d'application à une forêt communale en Ardenne belge
Dedry, Laurent ULiege; Perin, Jérôme ULiege; De Thier, Olivier ULiege et al

Scientific conference (2014, April 08)

SIMMEM est un module informatique intégré à CAPSIS permettant de simuler l'évolution des forêts sur des périodes allant jusqu'à plusieurs dizaines d'années

Detailed reference viewed: 38 (18 ULiège)
Full Text
See detailQuantifier la ressource forestière grâce au Lidar, quelques applications concrètes
Bonnet, Stéphanie ULiege; Dedry, Laurent ULiege; Bauwens, Sébastien ULiege et al

in Forêt.Nature (2014), (129), 42-43

Detailed reference viewed: 109 (26 ULiège)
Full Text
See detailQuantifier la ressource forestière grâce au LiDAR - Quelques applications concrètes
Bonnet, Stéphanie ULiege; Dedry, Laurent ULiege; Bauwens, Sébastien ULiege et al

Conference given outside the academic context (2014)

Après l’avènement des Systèmes d’Information Géographique et l’utilisation de plus en plus répandue des images aériennes et satellitaires, le LiDAR constitue une nouvelle avancée dans la quantification et ... [more ▼]

Après l’avènement des Systèmes d’Information Géographique et l’utilisation de plus en plus répandue des images aériennes et satellitaires, le LiDAR constitue une nouvelle avancée dans la quantification et le monitoring des ressources naturelles en général et forestières en particulier. Le LiDAR est une technologie d’acquisition d’information en trois dimensions. Collectées le plus souvent à partir d’un avion, les données LiDAR prennent la forme de nuages de points plus ou moins denses qui décrivent finement les structures tridimensionnelle des zones observées et donc du couvert végétal dans le cas de zones forestières. Même si, à l'heure actuelle, l’acquisition des données reste encore relativement coûteuse et leur traitement apparemment complexe, les perspectives d’utilisation de ces données apparaissent très prometteuses au plan de la gestion forestière. [less ▲]

Detailed reference viewed: 155 (42 ULiège)
Full Text
See detailDe la paléoécologie à l'écologie actuelle : 2000 ans d'interaction homme-milieu dans le nord du Bassin du Congo
Morin-Rivat, Julie ULiege; Bentaleb, Ilham; Biwole, Achille ULiege et al

Poster (2013, November 06)

La forêt tropicale africaine a longtemps été considérée comme vierge du passage de l’homme. Cependant, plusieurs études récentes en paléoécologie et archéologie ont démontré la présence d’activités ... [more ▼]

La forêt tropicale africaine a longtemps été considérée comme vierge du passage de l’homme. Cependant, plusieurs études récentes en paléoécologie et archéologie ont démontré la présence d’activités humaines anciennes à partir d’indices paléoenvironnementaux (i.e. pollens de plantes anthropophiles) et d’artefacts (i.e. tessons de céramique). Ces études sont toutefois trop rares en raison de difficultés de terrain pour repérer et accéder aux sites archéologiques (couvert végétale dense, absence de pistes). De grandes zones à l’intérieur des terres demeurent donc inexplorées. Par ailleurs, peu d’études se sont penchées sur la question de l’impact de ces activités anthropiques passées sur la structure et la composition de la végétation actuelle. Grâce à une approche multidisciplinaire à la frontière entre sciences humaines et sciences de l’environnement (archéologie, pédoanthracologie : charbons de bois des sols, écologie forestière), notre objectif est d’identifier des indices d’activités humaines anciennes, lesquels sont été mis en relation avec les patrons actuels de végétation. Nos trois zones d’étude sont localisées en forêt tropicale humide de type guinéo-congolais et sont réparties dans le sud-ouest et sud-est du Cameroun et le nord de la République du Congo. Le long d’une vingtaine de transects de plusieurs kilomètres, nous avons appliqué un protocole systématique de récolte de matériel archéologique et archéobotanique dans des fosses situées sur des parcelles d’inventaire botanique. Ceci nous a permis de récolter plus d’un millier d’échantillons contenant des macrorestes végétaux carbonisés ainsi que des artefacts inédits pour la région (pierre taillée et polie, tessons de céramique, scories de métallurgie) et d’inventorier la végétation dans l’environnement immédiat des découvertes. L’analyse spatiale et temporelle (chronologie relative et par datation radiocarbone) des macrorestes a permis d’identifier des villages entourés de probables champs agricoles (agriculture itinérante sur brûlis). Les 68 datations radiocarbones et les types céramiques obtenus suivent une chronologie archéologique en deux phases : un âge du Fer ancien entre 2300 et 1300 BP et un âge du Fer récent se poursuivant jusqu’à la période subactuelle, entre 670 et 20 BP. Entre ces deux phases d’occupation, les traces d’activités anthropiques sont rares. La première phase d’activités serait à mettre en relation avec une fragmentation de la forêt dense à la suite d’un épisode climatique aride autour de 2500 BP, permettant ainsi aux populations de pénétrer la forêt. Un épisode plus humide à partir de 800 BP, avec un retour d’un couvert plus dense, aurait fait reculer les populations humaines. Leur rétablissement dans les forêts se serait produit conjointement à des conditions plus sèches. Ces trois phases rejoignent la chronologie générale établie à l’échelle de l’Afrique centrale. Les premiers taxons identifiés parmi les macrorestes végétaux carbonisés, graines et charbons de bois, démontrent l’utilisation ancienne du palmier à huile et d’arbres fruitiers sauvages. Les espèces ligneuses identifiées sont présentes dans le cortège floristique actuel. L’identification taxonomique des charbons de bois devrait nous permettre de reconstituer l’environnement végétal au cours des deux derniers millénaires. Les différences observées dans les couverts forestiers passé et actuel en termes de composition floristique ainsi que la structure des peuplements actuels sont de bons indicateurs d’impacts récents de l’homme sur son milieu. [less ▲]

Detailed reference viewed: 201 (41 ULiège)
Full Text
See detailPrincipes de base de la télédétection et ses potentialités comme outil de caractérisation de la ressource forestière – II. LiDAR aérien
Bonnet, Stéphanie ULiege; Toromanoff, François ULiege; Bauwens, Sébastien ULiege et al

in Forêt.Nature (2013), (124), 28-41

La télédétection a déjà démontré, au travers de nombreuses études, son potentiel de caractérisation de la ressource forestière. En particulier, le développement du LiDAR aérien a ouvert la voie à de ... [more ▼]

La télédétection a déjà démontré, au travers de nombreuses études, son potentiel de caractérisation de la ressource forestière. En particulier, le développement du LiDAR aérien a ouvert la voie à de nouvelles perspectives. Cette technologie offre une vision tridimensionnelle de la forêt qui permet de récolter à large échelle des informations à l'intérieur même des peuplements. Après avoir présenté les grands principes de télédétection dans un premier article (Forêt Wallonne n°114), ce second volet présente quelques concepts de base pour se familiariser avec le LiDAR et illustre son intérêt pour la gestion des forêts et des milieux naturels aux travers de travaux de recherche menés sur une zone pilote constituée par le bassin versant de la Houille dans la région de Gedinne en Province de Namur. [less ▲]

Detailed reference viewed: 644 (90 ULiège)